Tout le théâtre de Jean Giraudoux

" C’est décidé, l’année prochaine, nous continuerons le théâtre et nous consacrerons toute notre saison à Montherlant." Ainsi s’exprime Florence Mothe, ravie de son expérience de "Marivaux and c°" qui amène chaque dimanche au théâtre de verdure du château de Mongenan un public de plus en plus nombreux et enthousiaste. Après Guitry la semaine dernière, c’est Giraudoux qui est convié le dimanche 2 septembre à 17 h pour l’avant dernier spectacle de cette série qui s’achèvera le 9 avec des extraits de pièces de Jean Anouilh. Les comédiens du Théâtre Masqué sont toujours de la partie. Pour représenter Guitry, ils ont été secondés par Michel de Peyret et pour interpréter Giraudoux, ils feront équipe avec des comédiens de la Compagnie de la Laurence qui permettront de donner de larges extraits d’ "Amphitryon 38", "La Guerre de Troie n’aura pas lieu", "l’Appolon de Bellac" et "La Folle de Chaillot", sans oublier ce texte merveilleux intitulé "Armistice à Bordeaux" qui sera lu par Jacques Albert-Canque et qui fut rédigé le 21 juin 1940 à la terrasse de l’Hôtel de Bordeaux par Jean Giraudoux, dont on oublie qu’il fut aussi haut fonctionnaire, diplomate et homme politique. Pour résumer le talent merveilleux de cet auteur qui fit les délices de Louis Jouvet et de la compagnie Renaud-Barrault , Florence Mothe anticipe sur le programme 2019 en citant une phrase de Montherlant écrite dans "Les jeunes filles" :« Voyez-vous, il n’y a qu’une façon d’aimer les femmes, c’est d’amour. Il n’y a qu’une façon de leur faire du bien, c’est de les prendre dans ses bras. Tout le reste, amitié, estime, sympathie intellectuelle, sans amour est un fantôme, et un fantôme cruel, car ce sont les fantômes qui sont cruels ; avec les réalités on peut toujours s’arranger. » Giraudoux et Montherlant se rejoignent en ce sens que tout le théâtre de Giraudoux est un théâtre de la métaphore. L’ambassadeur veut parler d’Hitler et de la stupidité des accords de Munich ? il évoque le songe d’Hélène avant la Guerre de Troie, alors qu’elle ne rêve en couleurs que les scènes de batailles les plus hideuses. Il veut dénoncer la corruption politique ? Il a recours à la fable de la Folle de Chaillot, vieille Comtesse décavée qui lit éternellement en novembre 1945 Le Gaulois du 7 octobre 1896, mais parviendra à faire disparaître dans un puits sans fond les aigrefins qui voulaient hérisser de derricks la colline de Chaillot.
Poétique, symbolique, précieux, drôle et grave, le théâtre de Giraudoux est à l’opposé du théâtre de geste et du théâtre de rue qui sont les directions actuelles empruntées par le spectacle. Mais le geste s’efface et le texte reste. Avec Giraudoux, jusqu’à l’éblouissement....
Renseignements :
Château de Mongenan
33640 Portets,
tel 05 56 67 18 11,
visite à partir de 14 h,
spectacle à 17 h suivie d’une rencontre gourmande avec les comédiens.
Entrée 10 €,
gratuit jusqu’à 12 ans.