Bordeaux

Bordeaux : Juillet 1914 - La guerre et la fin de la "Belle Epoque" !!!

Alors que l’Almanach de la « Vie bordelaise », guide mondain, recommande aux bordelais, dès le mois de juin 1914, de quitter la ville et que, pour les riches citadins, Bordeaux s’est transporté à Arcachon, Soulac ou Royan. Dans une atmosphère chaude et orageuse, les bordelais ont reçu d’une oreille distraite l’annonce le 26 juin, de l’assassinat de L’Archiduc François Ferdinand, héritier du trône d’Autriche-Hongrie et de son épouse, dans une ville lointaine, du nom de Sarajevo.

Des bordelais toujours festifs

Même si quelques pessimistes craignent l’imminence de la guerre, il faudra attendre le 25 juillet pour que la « Petite Gironde » et « Nouvelliste » titrent au sujet de l’ultimatum de l’Autriche à la Serbie. C’est en effet le Congrès Eucharistique de Lourdes, le procès de l’assassinat du directeur du Figaro par la femme de l’ancien président du Conseil ( Madame Caillaux) qui font les gros titres et surtout le combat qui doit opposer aux arènes de la rue de la Benatte, notre boxeur champion Georges Carpentier au boxeur noir américain « Kid Jackson » qui passionne les bordelais, l’idole sportive française triomphera dans des arènes archi combles et son challenger américain sera vilipendé par la presse pour ses irrégularités.
La célébration du 14 juillet va, dans les jours qui suivent, faire l’objet d’une grande ferveur populaire. Afin d’assister à la revue, la place des Quinconces est envahie, les rues et embarcations sur la Garonne illuminées, la foule enthousiaste est au rendez-vous. En cette deuxième quinzaine de juillet, les salles de spectacle sont copieusement garnies par les bordelais qui ne peuvent pas s’offrir de vacances : l’Apollo, l’Alhambra, l’American-park avec son portique d’entrée illuminé fonctionne de dix heures du matin à minuit, alors que l’établissement voisin, le Casino des Lilas, joue sa revue « Pas veuve, mais joyeuse ».
L’American-park met cependant l’accent sur les graves événements qui risquent de compromettre la paix en Europe. Les magnifiques tableaux de chants patriotiques présentés chaque soir sont très acclamés.

L’agitation, la guerre

Tout en annonçant la victoire du belge Thys dans le Tour de France cycliste, la presse titre « La guerre après la rupture diplomatique », quelques jours plus tard, le 29 juillet, les unes titrent que « L’Autriche a déclaré la guerre à la Serbie ». Des manifestations vont avoir lieu dans le centre ville (place de la Comédie), la police doit arracher à la fureur de la foule un contre manifestant qui a crié « A bas la guerre ». A L’Alhambra, au milieu du spectacle, on chante la « Marseillaise » et malmène un spectateur qui a refusé de se lever. Des manifestations patriotiques ont lieu aux Bouffes-Bordelais et au Français.
Dans la rue, des groupes vont violemment s’opposer à l’annonce de l’assassinat de Jaurès : "Un chapeau de paille a été brûlé" titre la « Petite Gironde ». Le 1er Août, des milliers de personnes défilent en ville en criant : « A Berlin ! Vive la France ! Vive la Russie ! » Le 2 Août, les journaux titrent « La mobilisation française est décrétée ».

La fin de la « belle époque »

Le Maire ordonne la fermeture immédiate des théâtres, cafés-chantants, bals et cinémas. Les chevaux et voitures sont réquisitionnés, et dès le lendemain, c’est une ville choquée qui lit dans la presse : « Notre territoire violé », les dernières dépêches insérées dans les éditions spéciales des journaux sont lues avec avidité, la guerre est bien là et les horreurs ne vont pas tarder.
Une certaine forme de vie héritée du dix-neuvième siècle, certes pas également douce pour tout le monde, est en train de s’achever, une tourmente sanglante va envahir l’Europe, l’accouchement d’un monde nouveau sera à ce prix, la Belle Epoque vient de s’éteindre….
Source : La Belle Epoque à Bordeaux - Albert Rèche

Ecrit par Dominique Mirassou


Recherche

Nous suivre

Vous pouvez nous suivre sur les différents réseaux sociaux ci-dessous!


Newsletter!

Recevez directement le nouvelles actualités de Bordeaux Gazette.

Petites Annonces Bordeaux Gironde

Nous suivre sur Facebook

Agenda