Enfumage

Les gens n’arrivent pas à comprendre où passe tout cet argent que l’on prélève dans leur porte-monnaie et nos gouvernants n’osent pas le leur expliquer. En comptabilité publique, il y a le dogme sacro-saint de la dépense et de la recette non affectée et tout est noyé dans un vaste compte général qui ressemble au tonneau des Danaïdes. Nos tonneaux percés et fêlés cher à Platon, c’est tout simplement la dette qui alimente les banquiers et tout cet argent ponctionné pour une juste et bonne cause n’est pas employé en totalité pour cette cause aussi noble et nécessaire soit elle mais on n’en retrouve qu’une maigre partie que les spécialistes évaluent dans une fourchette de l’ordre de dix sept à vingt cinq pour cent. Il y a donc près de quatre vingt pour cent qui va ailleurs et la révolte des "cochons de payants" dont certains ont encore des dents est totalement justifiée. Il est évident que Macron avec son gouvernement est dans la nasse d’autant que dans ce genre de conflit avec les citoyens chaque ministre court dans son couloir sans venir en aide à l’ensemble et seul l’Intérieur est convié à la fête en tant que garant de l’ordre public. Situation d’autant plus épineuse que dans le viseur, il y a les Européennes que le Chef de l’Etat voudrait bien remporter, mais devant le tollé que soulèverait une telle explication, ses chances seraient totalement nulles. Aujourd’hui tout le monde a compris l’importance de l’urgence écologique mais la croissance ne peut en être la réponse démontrant bien que tout système porte en lui-même les germes de son propre échec, comme l’échec prévisible de cette forme d’Europe des marchands qui amène le repli sur soi et qui risque de le démontrer dans un avenir pas si lointain qui est déjà en marche.

Ecrit par Bernard Lamarque


Recherche

Nous suivre

Vous pouvez nous suivre sur les différents réseaux sociaux ci-dessous!


Newsletter!

Recevez directement le nouvelles actualités de Bordeaux Gazette.