Bordeaux

Géorgie, berceau de la viticulture à la Cité du Vin

En 2017, la ville de Bordeaux célèbre la Géorgie, occasion pour la cité du vin d’accueillir jusqu’au 5 novembre l’exposition « Géorgie, berceau de la viticulture ».

La cité du vin accueille deux fois par an des expositions temporaires portées par la Fondation, une consacrée à des artistes et la seconde aux vignobles du monde. Cette année la Géorgie est à l’honneur. L’exposition est produite par les partenaires, le ministère de l’agriculture et l’ambassade de Géorgie, la Fondation de la cité de vin se chargeant de l’organisation, de la mise en place des conférences et des spectacles tels les chants polyphoniques géorgiens.

La Géorgie est une petite république de plus de 9 680 000 habitants, située sur la côte de la mer noire dans le Caucase. Entre l’Europe de l’Est et l’Asie, elle est considérée comme faisant partie à part entière culturellement, politiquement, et historiquement de l’Europe. La vigne et le vin font partie intégrante de sa culture. En effet, des traces archéologiques sur le site néolithique de Shulaveri-Shomutepe démontrent une activité quotidienne vitivinicole. Des jarres en céramique contenant des résidus de vin tels que l’acide tartrique (principal bio-marqueur du vin) de 8000 ans ont été mises à jour. Ainsi, la Géorgie se marque comme étant le berceau de la viticulture. La vigne et le vin sont considérés comme un véritable patrimoine national.

Lina Lopez, artiste scénographe franco-colombienne, créatrice de la scénographie de l’exposition apris le parti de la modernité et de l’épure. Des alcôves sont consacrées aux 4 thèmes majeurs que sont les racines de la viticulture géorgienne, le vin et les royautés, la place du vin dans les croyances religieuses et la vie quotidienne. Elles regroupent des objets viticoles (contenants, outils) et photographies nous montrant que la viticulture géorgienne a évolué et qu’elle associe méthodes les plus modernes de la viticulture aux traditions séculaires telle que la vinification en Qveris (grandes jarres en terre cuite enterrées) et les banquets ou supra organisés autour d’une figure remarquable le Tamada.

Le visiteur découvre ici l’histoire de la Géorgie et ses liens indéfectibles avec la vigne et le vin. Un premier objet présenté, datant du VIe- V millénaire av J.C., est une jarre en terre cuite avec des motifs de vignes stylisés ayant contenu les raisins pour leur vinification. Puis, un peu plus loin la riche période antique durant laquelle la Géorgie était séparée en 2 royaumes celui de Colchidie et celui d’Ibérie est représentée au travers d’objets de décoration funéraires ou de bijoux en bronze ou en or symbolisant des feuilles de vigne ou des raisins. La religion a toujours été très présente en Georgie, qu’elle soit polythéiste ou monothéiste chrétienne.

Par exemple, la vigne accompagne le voyage vers l’au-delà dans des rites ancestraux comme le montre des sarments de vigne, entourés de feuille d’or et d’argent, retrouvés dans des riches tombeaux datés du IIIe millénaire avant notre ère. Dans la vie quotidienne retracée par des photographies anciennes, le chai viticole ou marani trouve sa place dans les maisons individuelles et conserve toujours une importance sacrée. C’est là qu’ont lieu toutes les cérémonies ou événements importants autour des supra menés par le Tamada qui est chargé de porter tous les toasts. Pour terminer la visite, il est bon d’observer avec attention l’évolution jusqu’à nos jours de la cinquantaine de récipients différents contenant le vin, de la coupe vinaire en céramique datant du VIII-VIIe siéce av J.C. jusqu’au broc émaillé plus proche de nous.

Le commissaire de l’exposition, David Lordkipanidze nous permet de voyager, dans un vignoble remarquable, au cours du temps et de l’espace, du profane et du sacré grâce aux prêts exceptionnels qu’il a pu obtenir de ces nombreux objets dont certains ne sont jamais sortis de la Géorgie sauf pour cette exposition.
Informations pratiques. Cité du Vin, 134 quai de Bacalan,
Ouverte de 10-18 h. Le billet de la visite de la cité du vin comprend la visite de l’exposition temporaire.