Bordeaux

Jacques Bernar, Possibles visiteurs du soir à la Galerie MLS jusqu’au 4 septembre 2018.

En cette fin de mois de juillet, une petite communauté d’initiés assiste l’interview de Jacques Bernar, tour à tour peintre, professeur des beaux-arts, conseiller des collectivités pour des actions culturelles et sociales.

En effet, MarieLys Singaravélou au sein de sa galerie MLS et Jacques Bernar ont organisé, cet été 2018, une série de rencontres « Possibles visiteurs du soir » visant à interroger quelques grandes questions concernant l’art. C’est ainsi qu’elles ont débutées avec Monsieur Malloy, professeur de philosophie, qui aborda la question de l’intervention du politique actuellement, dans le marché de l’art. Puis, ce fut le tour d’Eric Puech, commissaire d’art, questionnant le rôle des musées dans la vision et la représentation des œuvres pour le public. Ensuite, Michel Petuaud-Letang, architecte, relata l’évolution du rôle des grands collectionneurs à travers l’histoire, notamment régionaux tel Monsieur Moix.

Douceur de la main peinture (catalogue 1975)

En ce 23 juillet, Jacques Bernar, interrogé par un des ses amis Guy Lenoir fondateur de la galerie MC2A, nous dit que le peintre évolue avec le temps, il en est de même pour les peintures tant par elle-même que par le regard du spectateur. Par exemple, un même tableau vu à quelques heures d’intervalle peut transmettre des sentiments, émotions très opposées. C’est une des raisons pour lesquelles, la rétrospective (1968-2018) de Jacques Bernar se déroule à la galerie MLS tout l’été, laissant ainsi, le temps aux visiteurs touristes ou bordelais de venir et revenir, voir et revoir, sentir et ressentir son évolution et ses questions. Les œuvres, les portraits sont autant de miroirs dans lesquels le spectateur peut se perdre, se trouver et parfois rencontrer l’artiste.

Amalia Sérigraphie et crayon

Jacques Bernar est une personnalité originale et attachante, avec des convictions fortes et un parcours atypique consacré à l’art et aux problèmes sociaux des artistes. Il dit : « il faut du temps pour regarder la peinture, j’ai travaillé différents matériaux depuis mes débuts. J’ai œuvré au Canada, puis revenu en France j’ai travaillé les matériaux composites et les couleurs pour l’aérospatiale et de grands stylistes (Paco Rabanne, Chanel, etc..). J’ai été sollicité par le département pour trouver des solutions d’accompagnement des artistes en difficulté et donc, mis en place l’artothèque départementale, participé à la mise en route du FRAC. Ce fut l’occasion d’inventer le concept « Bâtir pour se bâtir ». En effet, quand l’artiste réalise son œuvre il l’élabore mais aussi il se réalise et interpelle son moi vrai ou profond.

Portrait d’Adrienne 2016

La rétrospective de Jacques Bernar, peintures et dessins, nous montre le chemin artistique de cet homme original et impatient qui va apprendre au cours de son travail la patience. Ses débuts sont consacrés à des paysages ou des objets tel le fauteuil du grand père rappelant les touches, le pointillisme des impressionnistes, la décomposition des couleurs en de grandes lames. Le fauteuil du grand père que le centre blanc illumine nous donne l’illusion de la joie et de la lévitation, symbolisant la rêverie produite quand on s’assoit sur un tel siège. Puis, les nouvelles technologies, le numérique vont interpeller Jacques Bernar, à la fois sur la question du réel et du fictif mais aussi sur l’apprentissage de la composition de la matière et de l’image. Ainsi, ses grands portraits, à partir de femmes modèles réelles sont des êtres entièrement recomposés et donc virtuels. Sur la base d’une facture classique à partir de représentations numériques la main reprend le dessus par des finitions au pastel et à l’acrylique pour composer un visage tout à fait expressif. Pour terminer, les portraits les plus récents sont redessinés au moyen de traces, de réseaux formés par l’ordinateur que Jacques Bernar a appris à dompter.Retrospectivenar Rétrospective 1968 2018
Galerie MLS, 123 quai des Chartrons,
Bordeaux,
Tram B station Cours du Médoc
soirée visiteurs du soir le mardi 4 septembre