Bordeaux

Le torchon brûle entre BMA et Darwin

BMA cherche tous les moyens de discréditer Darwin en distillant des informations erronées sur sa gouvernance afin de désinformer un certain nombre d’élus et il faudrait retrouver de la sérénité pour sortir d’une situation ubuesque.

Darwin c’est 1200 emplois métropolitains dont 700 sur le site, 15000 usagers et un million de visiteurs par an. On veut asphyxier ce site par une programmation de travaux effectués sans concertation, surtout sans concertation des responsables sécurité ce qui est une obligation dans ce type de travaux et BMA s’assoit dessus. Il est nécessaire de retrouver de la sécurité et un cadre pour les associations, les entreprises et les visiteurs qui viennent et occupent le site de Darwin. On ne peut pas traiter un million de visiteurs par dessus la jambe car il en va de l’image de Bordeaux à laquelle Alain Juppé est particulièrement attachée et il ne se passe pas un jour sans qu’un pays lointain viennent voir cette organisation exemplaire dans laquelle Philippe Barre n’a jamais touché un sou alors qu’on s’emploie à le calomnier et le discréditer. Il se réserve le droit de porter plainte envers les gens qui propagent ce genre de "fakes". Il fait remarquer en passant qu’il n’y a pas de balcon effondré à Darwin et il se demande quel est l’intérêt de faire passer les réseaux par l’allée cavalière alors que l’on pouvait les faire passer à l’extérieur de la caserne côté sud où une rue va être ré-ouverte rénovée. Aucun sondage du sol n’a été effectué avant travaux ce qui est une obligation pour savoir sur quoi l’on va tomber mais la seule réponse c’est "s’il y a problème les assurances paieront". Il fait aussi remarquer qu’aucune des associations hébergées ne coûtent le moindre centime à la collectivité alors qu’après son départ Jérôme Siri a tenté de récupérer des associations en leur offrant hébergement gratuit et subventions, donc de l’argent public. Philippe Barre fait remarquer qu’il n’ y a jamais eu aucun squat et que Darwin a assaini la situation du quartier.

Philippe Barre s’explique documents en mains

Le rouleau compresseur de la construction béton est en marche et on sait très bien que Pascal Gérasimo ne veut pas du modèle proposé par Darwin mais l’avenir pourrait lui donner tord avec les données alarmantes du GIEC car c’est lui le pollueur en fait. Le GIEC fait remarquer : Si nous ne mettons pas en place des mesures drastiques et immédiates pour lutter contre le réchauffement de la planète, les conséquences pour le vivant seront désastreuses . Les dix années les plus chaudes jamais enregistrées sont toutes postérieures à 1997. Pire, 14 des 15 années les plus chaudes se situent au XXIème siècle, à peine entamé. Ainsi, l’année 2016 est la plus chaude, suivie de près par 2015, 2014 et 2010. Les chercheurs appellent à ce que des mesures drastiques soient prises immédiatement pour limiter ce réchauffement à 1,5°C, et non à 2°C, et ce avant 2030. Avec une montée des eaux dépassant 70 centimètres la Bastide aura les pieds dans l’eau à l’horizon 2050 si on n’arrête pas les émissions de gaz à effet de serres. Aucun regard sur l’avenir de la part de BMA que des résultats financiers immédiats et un Bordeaux qui se bétonne de plus en plus à l’Est au Nord et au Sud pour de juteux profits qui ne remplissent que les caisses des mêmes. Il ressort une volonté d’affaiblir l’éco-système pour mieux le soumettre aux intérêts politiques et économiques locaux du « Business as usual » Les responsables publics doivent désormais faire un choix entre d’une part, les discours se félicitant de l’impact positif et du rayonnement exceptionnel de l’éco-système Darwin et d’autre part, le soutien explicite aux actes conduisant à son asphyxie. Depuis le départ de l’expérience de l’éco-système Darwin un certain nombre d’élus et non des moindre de la majorité Juppé, ont soutenu l’expérience et la soutienne encore mais aujourd’hui on cherche à déconnecter ses soutiens avec des propos infamants sur l’action et la moralité de la direction de Darwin. "Quand on veut tuer son chien, on dit qu’il a la rage".

Ecrit par Bernard Lamarque


Recherche

Nous suivre

Vous pouvez nous suivre sur les différents réseaux sociaux ci-dessous!


Newsletter!

Recevez directement le nouvelles actualités de Bordeaux Gazette.

Petites Annonces Bordeaux Gironde

Nous suivre sur Facebook

Agenda