Bordeaux

Les précieuses ridicules à La Lucarne

Venez prendre un coup de soleil au théâtre la Lucarne dans la joyeuse lumière du grand siècle avec les « Précieuses Ridicules »

Au théâtre la Lucarne cette semaine, on joue du Molière et le propos est toujours d’actualité, puisqu’il s’agit de se créer un espace dans le monde en tentant de s’intégrer à un groupe de personnes que l’on estime représentatives de ce qu’il y a de meilleur. Et même si pour cela il faut se renier. Le monde est scindé en ce qu’on pourrait être tenté de qualifier comme des castes ; être issu des cités… D’une famille de la classe moyenne … De la campagne… Ou bien encore faire partie des quelques riches qui sont de plus en plus riches, ce n’est pas la même chose et c’est plus compliqué pour certains que pour d’autres. Le problème reste le même, trouver sa place.

Dans « les précieuses ridicules », deux coquettes venues de province n’ont qu’un désir, c’est de s’intégrer à l’intelligentsia parisienne ou tout du moins de l’idée qu’elles s’en font. Les deux femmes rêvent de côtoyer ce qu’elles pensent être les plus beaux esprits pour s’élever dans la société. Leurs rêves utopiques d’être reconnues pour leur culture et leur intelligence pour échapper à un avenir déprimant les rendent pathétiques. Elles vont sombrer dans le ridicule par la vilaine farce que vont leur jouer deux prétendants éconduits. On ne les plaindra pas, car c’est leur sottise qui les fait tomber dans tous les pièges pour notre plus grand plaisir.

On s’amuse beaucoup dans cette pièce et les acteurs sont excellents. Ici, pas de metteur en scène à proprement parlé, les six acteurs se sont réunis et de ce huis clos est né leur vision des précieuses ridicules. Même si vous connaissez déjà la pièce, ce qui est assez probable, vous ne serez pas déçu, laissez vos préjugés au vestiaire et venez redécouvrir cette histoire. La troupe nous offre un traitement très original ; on chante, on danse un peu jazz on a presque envie de claquer des doigts, on a même un petit one woman show de Marie Touya, qui décoiffe. La rythmique est bonne, le comique parfois burlesque est toujours réjouissant. Le texte de Molière est respecté à la lettre ici pas de volonté poussive de remise à jour particulière en éliminant les détails qui marquent le XVIIe siècle, tout cela donne une couleur singulière ; les quelques plumes, rubans et expressions de l’époque deviennent par l’habileté des acteurs metteurs en scène des allégories parfois étranges et poétiques, mais tout à fait compréhensibles.

Bravo à Nicole Cazaux, Pierre Falloux, Anne Gauthier, Raymond Gouet, Jean Labeyrie, Marie Touya. C’est Lucas Fortune qui orchestrait le son et la lumière. Ils sont encore sur scène les 23, 24, 25, 26 et 27 janvier à 20 h. Laissez là vos préjugés et venez redécouvrir Molière à la Lucarne avec la compagnie " L’œil" le théâtre de Poche de Saint Michel.
N’oubliez pas de réserver, car ce petit théâtre très confortable fait salle comble depuis la première.
Théâtre-la-lucarne.com
3 rue Beyssac Bordeaux
05 56 92 25 06