Bordeaux

Macron : Un an à l’Elysée, débat

Après un an passé à l’Elysée, Emmanuel Macron tente de faire bouger les lignes. De la nomination d’Edouard Philippe à Matignon, en passant par la signature des ordonnances travail ou encore la poignée de main avec Donald Trump, que retenir du début de ce quinquennat ?

C’est le thème retenu par l’ALIMSO, à l’initiative de ce débat entre éditorialistes. Ghislaine Ottenheimer (Challenges), Stéphane Vernay (Ouest France) et Bruno Dive (Sud Ouest) étaient présents au sein des locaux de Sud Ouest à Bordeaux pour nous donner des éléments de réponse. Séparé en plusieurs thèmes, ce débat animé par le politologue Jean Petaux (aussi membre de l’ALIMSO) est resté de bout en bout très captivant. L’attitude du jeune président français est le premier point abordé dans cet échange. Les trois éditorialistes présents s’accordent à dire qu’il y a une forme de réussite et un dynamisme certain de la part d’E.M. Bruno Dive estime que, contrairement à ses prédécesseurs, “on a envie qu’il réussisse”.

Ghislaine Ottenheimer (Challenges)

Concours de circonstances ou non, si les français l’ont élu, c’est le signe que l’ancien système ne fonctionnait plus. Son discours positif et son énergie entendent bien faire bouger les lignes. Et à la question de Jean Petaux sur le fait qu’une grande partie des journalistes ont un regard bienveillant à son égard, Stéphane Vernay explique que cela tient à trois éléments : la séduction, la sidération et la restauration. C’est selon lui un président qui vit dans l’avenir mais qui est à la fois pétri de références historiques avec dans son exercice du pouvoir, un côté monarque bien assumé. On comprend alors qu’il veut laisser une trace dans l’Histoire et transformer la France pour les 50 ans à venir.

Bruno Dive (Sud Ouest)

L’un des points évoqués lors du débat a bien sûr été son rôle sur le plan international. Ghislaine Ottenheimer estime qu’Emmanuel Macron est doté d’une intelligence fascinante qui lui permet d’être très efficace et rapide sur divers sujets importants. Et malgré sa jeunesse et le fait qu’il n’ait pas encore réussi à convaincre sur la scène internationale, il montre qu’il est présent et a “le mérite d’essayer de dialoguer”. Un dialogue qu’il tente d’instaurer, notamment auprès de Donald Trump après l’avoir rencontré à plusieurs reprises. Il est un “deal maker”, très fort sur son image et est désormais connu dans le monde entier. Bien que cette image lui soit favorable, Ghislaine Ottenheimer parle d’hubris pour définir une confiance en lui peut-être trop élevée.

Jean Petaux

Parfois un brin provocateur, il aime la confrontation, comme en témoigne le débat auquel il a participé avec Jean-Jacques Bourdin et Edwy Plenel récemment. Sur le plan de la politique intérieure, il garde la volonté de détruire le paysage politique en place depuis de nombreuses années avec le clivage gauche/droite. Malgré tout, le président français reste un mystère. L’éditorialiste de Challenges se demande d’ailleurs s’il est réellement sincère et s’il comprend les gens “normaux” ou non élitistes. Emmanuel Macron est clivant sociologiquement. Les trois experts considèrent tout de même qu’il n’y a désormais plus personne pour lui faire face car nous sommes dans une période de décomposition politique. Et même si ses électeurs restent soudés derrière lui, la réalité peut parfois le rattraper à force de ne douter de rien. Au fond, son principal opposant n’est-il pas lui-même ?

Ecrit par Paul Savary


Recherche

Nous suivre

Vous pouvez nous suivre sur les différents réseaux sociaux ci-dessous!


Newsletter!

Recevez directement le nouvelles actualités de Bordeaux Gazette.

Petites Annonces Bordeaux Gironde

Nous suivre sur Facebook

Agenda