Bordeaux

Pont de pierre : sortir de l’ornière ! par Emmanuelle Ajon

Aujourd’hui, la fumée blanche devrait sortir de l’immeuble de la Métropole afin de sceller l’avenir de la circulation sur le pont de pierre.

Je ne peux que regretter l’impasse dans laquelle cette décision soudaine et unilatérale a plongé tout un territoire, entraînant même aujourd’hui une guerre de village sur La Bastide entre " pro " et " anti ".
En effet, ce choix de circulation est trop lourd de conséquences pour certains acteurs pour être sacralisé sans avoir préalablement analysé l’ensemble des impacts pour tous et mis en oeuvre les mesures propres à accompagner leurs effets les plus négatifs :
- mobilité
- stationnement
- économie
- qualité de l’air
- écologie

Aussi, je souhaiterais que le groupe de travail ad hoc ait la sagesse de demander une réelle étude d’impact sur l’ensemble du territoire concerné. Que, parallèlement, les demandes des habitants et acteurs économiques soient d’ores et déjà entendues :
- aménagement des sens de circulation de la place Stalingrad pour sortir la place de son statut d’impasse et création de flux permettant de maintenir l’activité commerciale
- fournir à chaque territoire bastidien l’accès à la mobilité douce (mise en place de stations VCub à la Benauge , de garages à vélo et arceaux de stationnement)
- accroître l’offre de stationnement collectif pour désengorger le quartier aux heures de pointe matinales (parcs relais en amont), permettre aux acteurs socio-économiques de venir travailler sur le quartier et offrir des parcs de stationnement résidentiel pour les habitants
- accompagner les commerçants impactés par cette modification structurelle par la mise en oeuvre du disque bleu pour leurs clients et une campagne de communication pour mettre la lumière sur leurs activités
- Écouter l’ensemble des acteurs et habitants avant de prendre de nouvelles décisions.

Je regrette que nous n’ayons pas pu faire ces accompagnements avant la fermeture du pont de pierre, ainsi qu’attendre l’ouverture du pont Simone Veil, ce qui aurait été plus facile pour tout le territoire bastidien.
L’enfer est, dit-on, pavé de bonnes intentions, mais en politique il faut savoir anticiper, prévoir, sinon les pavés peuvent faire de très gros dégâts en termes de bien vivre ensemble. C’est actuellement le cas à la Bastide.
Je rencontrerai dés vendredi un maximum d’acteurs pour porter des propositions concretes et constructives pour amener l’ensemble du territoire à utiliser cette nouvelle forme d’organisation spatiale comme un atout

Communiqué de Presse : Emmanuelle Ajon

Ecrit par La rédaction


Recherche

Nous suivre

Vous pouvez nous suivre sur les différents réseaux sociaux ci-dessous!


Newsletter!

Recevez directement le nouvelles actualités de Bordeaux Gazette.

Petites Annonces Bordeaux Gironde

Nous suivre sur Facebook

Agenda