Sagesse de Confucius ….



Publié le 26 février 2016 à 14:40

Culture

Histoire de nous enseigner ou du moins de nous rappeler « quelques valeurs, propositions et aphorismes pour grandir », Cyrille J.D. Javary, sinologue français, nous présente dans son ouvrage, l’histoire et l’actualité du message de Confucius, une invitation à la joie tout à fait moderne liée à un processus, à un désir de constante amélioration personnelle.


Confucius de l’historique au légendaire.

Malgré une abondance de documents et une foule d’informations à propos du plus connu des Chinois, on ne sait pas grand-chose de sûr à son propos. Sa naissance en -551 et sa mort en – 479 sont d’ailleurs contestées par quelques érudits, tant les différentes sources à propos de Confucius vont du sérieusement fiable au parfaitement légendaire. La retranscription des notes prises par ses disciples (Le Lunyu) présente cependant une réelle cohérence et constitue une source tout à fait fiable, de même que « les Mémoires Historiques », œuvre du grand historien chinois Sima Qian.

Souvent présentée de manière critique mais respectée, la pensée de celui qui devint très vite célèbre, sera raillée avec une très grande brutalité dans les années 1970, durant la seconde partie de la « Révolution Culturelle ».

La spécificité Chinoise

La spécificité de la mythologie chinoise tient au fait que, contrairement aux autres cultures du continent eurasien, ses figures emblématiques ne sont jamais des figures de dieux créateurs mais des souverains humains dont le rôle est de favoriser le passage progressif de la sauvagerie à la civilisation.

Influencé peut-être en partie par ses origines, une famille noble et brillante qui à son époque fut ruinée et vouée aux querelles intestines, Confucius va fonder son enseignement sur une conviction selon laquelle la valeur humaine prévaut sur l’origine sociale.

Le souci de s’améliorer sans cesse …

Si la noblesse du sang se reçoit, la noblesse du cœur s’acquiert grâce à une propension ouverte à quiconque se sent poussé par le souci de s’améliorer sans cesse, tel est le socle de l’enseignement de Confucius :
« Je n’éclaire que les enthousiastes, je n’ouvre ma porte qu’à ceux qui trépignent d’apprendre. Je ne guide que ceux qui brûlent de s’exprimer et ne m’engage qu’auprès de ceux qui ont des choses à dire. Mais, si après que j’ai soulevé un angle de la question, l’élève n’est pas capable d’en déduire les trois autres, je ne lui répète pas la leçon. »

Confucius à l’évidence n’enseigne aucune théorie, il propose juste une manière de vivre « plus humaine », sa visée strictement horizontale ne se hausse jamais en direction des cieux ni ne se penche vers les ténèbres infernales. La transcendance, la métaphysique, le mystère de ce qui se passe après la mort sont selon lui des domaines sans réponses tant que nous sommes vivants, seuls lui importent les conséquences de ces questions dans la vie quotidienne.

Confucius, essentiellement intéressé par la perfectibilité humaine, va redéfinir la noblesse, décidant d’appeler « noble » tout être qui se hausse sans cesse et « plébéien », « mesquin », « vaurien » quiconque se conduit avec bassesse, fût-il prince de haut lignage.

L’ouvrage de Cyrille J.D. Javary

Pédagogique, riche d’enseignements et de sujets de réflexion, cet ouvrage tout en commençant par situer Confucius dans l’histoire de la Chine, décrit avec précision l’évolution, mais aussi les déformations subies par sa pensée. Il lui fut reproché d’’être naïf, passéiste, rigide, misogyne etc …. et son discours allusif en quête d’une juste mesure subtile, fut transformé en un inventaire béatifiant et bêtifiant du moralisme par un néoconfucianisme à long terme fossilisant.

Un bref portrait de Confucius par lui-même, ou plutôt de ce qui l’anime, nous rappelle que selon lui, c’est dans le désir continuel d’aller de l’avant que nous pouvons trouver sans aucun doute, une joie véritable. Nulle immodestie dans les propos de Confucius, mais une logique d’enthousiasme et de dépassement qui enchante l’existence.

« Confucius est un homme dont l’ardeur d’apprendre, l’enthousiasme pour l’étude peut lui faire oublier de manger et qui, dans sa joie de réussir à agir avec justesse, en arrive à oublier l’inquiétude, même à l’âge où on sent la vieillesse approcher. »

De quoi tirer pas mal de leçons de sagesse et « d’enthousiasme » tant en matière de rapports interpersonnels, de gouvernement de soi-même mais aussi de gouvernance des affaires publiques. Un viatique intemporel pour une humanité en souffrance ….

Source : Sagesse de Confucius Editions EYROLLES


Dominique Mirassou


Populaire dans cette rubrique Sur le même sujet

Le tragique destin des « Recluses (...)

| le 6 février 2015
Sur l’actuelle place Gambetta, lorsque vos pas vous mènent à l’angle de la rue Judaïque et de la rue du Palais-Gallien, vous êtes tout près de la « Chapelle de la Recluse Saint Ladre » (Saint Lazare) (...)

Michel Serres, invité de l’Institut Bernard Magrez

4 juin 20:07

A lire et à méditer …. Les « pathologies politiques françaises » par Alain Duhamel.

8 octobre 2016 18:47

« Malaise dans la démocratie » … de Jean-Pierre Le Goff

18 mars 2016 18:38

Le testament de Virgile, plus qu’un roman œnologique

18 octobre 16:21

Le Marché des Capucins, Origine et Histoire …

5 septembre 11:47
RECHERCHE
 
Petites annones Bordeaux Gironde
Le service de petites annonces de Bordeaux Gazette
 
  Recherche Commercial indépendant en publicité
Premium
Lire +
Dernières Annonces
Maison en pierres
localisation de l'annonce Monségur Vente immobilière
Lire +
Petites escapades bordelaises #1
localisation de l'annonce Bordeaux Exposition et Visite
Lire +
Alvy Zamé s’invite sur la scène bordelaise
localisation de l'annonce Bordeaux Concert et Spectacle
Lire +
Le VOCAL TOUR 2017 donne le tempo à Bordeaux Lac
localisation de l'annonce Bordeaux Concert et Spectacle
Lire +
Recherche Commercial indépendant en publicité
localisation de l'annonce Bordeaux Offres d'emploi
Lire +
Déposer votre annonce gratuitement