Bordeaux

Stationnement payant à Bordeaux : où en est-on aujourd’hui ?

Ce débat anime tout Bordeaux depuis le début 2018. Le stationnement a fait grincer des dents grand nombre d’habitants en ce début d’année. Les mesures d’assouplissement mises en place par le maire Alain Juppé ont-elles réellement calmé les débats ?

Tout a commencé le 1 er janvier 2018, lorsque de nouvelles mesures de stationnement sont appliquées. Le tarif des amendes est revue à la hausse (de 17€ à 35€) et les contrôles sont de plus en plus fréquents, jusqu’à atteindre une verbalisation deux fois plus élevée. C’est désormais plus de 50 agents d’Urbis Park qui tournent chaque jour afin de réguler le stationnement, d’où l’augmentation considérable du nombre d’amendes distribuées. La colère était telle chez les Bordelais que les manifestations se furent de plus en plus nombreuses. La situation dégénère même fin janvier lors d’une cérémonie des vœux d’Alain Juppé et de l’élu responsable de la vie urbaine de la ville Jean-Louis David. Ce dernier saisi même au col un manifestant. Depuis, le maire de Bordeaux s’est aperçu que la pilule de ces mesures est dure à avaler et prévoit alors de nouvelles mesures d’assouplissement, qui prendront effet le 1 er mai 2018. La durée maximale du stationnement sera donc augmenté à 4h15, contre 3h actuellement. Le prix reste à 35€ en zone verte et 30€ en zone rouge.

Concernant les amendes, désormais nommées « forfaits post-stationnement », le tarif s’évalue à 30€ (zone rouge) et 25€ (zone verte) si le montant est réglé dans les vingt-quatre heures. Et pour les commerçants et artisans, un abonnement professionnel sera attribué au montant de 30€ par mois, alors que les métiers de santé auront la gratuité du stationnement. Une sorte de compromis est donc trouvée. Les avis des habitants restent cependant mitigés. Jacques, retraité, n’est toujours pas satisfait. Selon lui, les prix n’auraient jamais dû augmenter une première fois, et cette baisse est juste « un moyen de noyer le poisson ». Il ajoute : « à augmenter les tarifs comme cela, on chasse les gens des villes. Bientôt les commerçants se plaindront qu’ils n’ont plus de clients mais les hommes politiques ne voient rien du tout à long terme. On taxe les gens qui travaillent alors que si les gens ont des voitures, ce n’est pas pour le plaisir mais bien pour travailler ! ». Jacques confie qu’il n’ose plus sortir en centre-ville en voiture aussi régulièrement qu’avant, il ne souhaite pas cautionner les tarifs mis en place

Sandrine, commerçante au niveau de la barrière Saint-Genès, explique « qu’il y a beaucoup plus de places pour se garer depuis ces tarifs et les doubles contrôles  » mais que l’inconvénient est « le manque de gratuité contrairement au côté Talence ». Les gens qui n’ont pas la monnaie ne peuvent pas s’arrêter quelques minutes et doivent aller se garer plus loin. Elle trouve aussi scandaleux les tarifs qui s’ont imposé actuellement, et a hâte que les prix baissent à partir du premier mai. Jérôme, étudiant, se retrouve quant à lui plus satisfait. Il est content que « les élus de la mairie de Bordeaux aient pris en considération les réclamations des bordelais ». La baisse du prix des amendes était «  nécessaire » selon lui, trouvant « ce montant réellement excessif ». De nouvelles mesures sont à attendre au sujet du stationnement payant, elle seront prises le 26 mars au cours du conseil municipal.

Ecrit par Anthony Conan


Recherche

Nous suivre

Vous pouvez nous suivre sur les différents réseaux sociaux ci-dessous!


Newsletter!

Recevez directement le nouvelles actualités de Bordeaux Gazette.

Petites Annonces Bordeaux Gironde

Nous suivre sur Facebook

Agenda