Un sympathique tortillard, le tramway de Bordeaux, à Cadillac.



Publié le 28 juillet 2017 à 13:29

Culture

Il y a 120 ans, en 1897, naissait dans l’allégresse le tramway de Bordeaux à Cadillac ; en fait un vrai petit train. Mais en dépit de ses locos à vapeur, de ses voitures de voyageurs et de ses wagons de marchandises, il circulait sur la route et ses gares se trouvaient au cœur des villages. Auteur de l’Entre-deux-Mers, le pays entre Dordogne et Garonne (Geste éditions), Antoine Lebègue évoque ce tortillard qui a désenclavé la rive droite de la Garonne et contribué à son développement pendant près d’un demi-siècle.


En mai 1855 le premier tronçon de la ligne des Bordeaux à Cette (Sète aujourd’hui) atteint Langon. Dix ans après la ligne de Bordeaux à La Sauve est concédée à deux investisseurs nommés Riche et Chrétien qui inaugurent le service huit ans après. Cette ligne désenclave les coteaux de Garonne mais uniquement jusqu’à La Tresne, où elle bifurque pour s’enfoncer dans le plateau de l’Entre-deux-Mers.
Les bourgs et villages des bords de Garonne restent toujours les grands oubliés du développement ferroviaire girondin. Certes le 22 septembre 1871 un ancien mécano a demandé l’autorisation de créer un tramway à voie étroite (1,10 m.) jusqu’à Saint-Macaire. Mais en vain, les discussions trainant pour savoir si la nouvelle ligne sera raccordée (avec un troisième rail) à la celle de La Sauve ou autonome. Il faut dire que le conseiller général de Cadillac, Dézeimeris, président du Conseil général à partir de 1878, est partisan, lui, d’une ligne allant de Libourne à Langon via sa cité et La Sauve.
Heureusement, le député Cazauvieilh, défend le projet de tramway. Il trouve un investisseur en la personne du baron Empain. Mais ce dernier est écarté car belge. Qu’importe ! Il ne désespère pas et convainc Emile Faugère de s’intéresser au projet. Ingénieur ayant déjà réalisé la voie ferrée du Nizan à Saint-Symphorien, celui-ci est bien connu et apprécié en Gironde. Si bien qu’en 1890 il finit par obtenir le précieux sésame du Conseil général. Tout n’est pas réglé pour autant : accord des différentes administrations et de l’état-major, réglages de nombreux détails (largeur de la voie etc ), trois ans sont nécessaires pour arriver à la convention définitive, signée en juillet 1894. Les travaux commencent et se déroulent sans problème à l’exception d’une loco qui heurte des wagons plateforme et les projette sur une charrette et sur le mur d’une maison.

Gare de Cadillac

Partant de la gare du quai Deschamps à La Bastide, voisine de celle des Chemins de fer de l’Etat, la ligne se déroule sur 32,3 km pour aboutir à la gare de Cadillac devant les remparts. En site propre de Bordeaux à La Tresne, la voie se situe ensuite sur l’accotement et sur la chaussée de l’actuel CD 10, d’où son appellation de tramway. Sur l’ensemble du tracé c’est une voie unique qui s’élargit pour offrir trois voies au niveau des gares. Quinsac, Cambes, Beaurech, Tabanac, Le Tourne-Langoiran, Langoiran, Lestiac, Pailllet, Rions et Béguey. Toutes ces stations, dont la moitié est encore visible aujourd’hui, se composent d’un bâtiment pour les voyageurs ainsi que d’une halle et d’un quai à marchandises. A Cadillac, le terminus, on trouve quatre voies et des bâtiments plus importants.
Les convois ne sont pas très rapides : deux heures pour 32 kilomètres. Mais le succès de la ligne est immédiat avec 364 982 voyageurs pour la première année d’exploitation et 494 949 en 1902. Malheureusement trois décennies après les treize locos commencent à vieillir. Il faudrait les remplacer. Seulement l’investissement n’est plus justifié car en 1933 une ligne d’autocars est venue concurrencer le tramway dont le nombre de voyageurs chute. En juin 1935 il est décidé de fermer la ligne. Après avoir entrainé la disparition des liaisons par bateaux, le tramway s’efface derrière le car. L’adieu au tram toutefois n’est peut-être qu’un au-revoir, des projets de voies ferrées apparaissant aujourd’hui dans l’Entre-deux-Mers.


Antoine Lebegue


Populaire dans cette rubrique Sur le même sujet

Le maire de Bordeaux se bat en (...)

| le 12 août 2016
Guy de Chabot, baron de Jarnac et Montlieu, gentilhomme de la Chambre du roi et du duc d’Orléans, nommé maire perpétuel par le roi de France François 1er, sera effectivement maire de Bordeaux de 1545 (...)

Retour sur l’histoire des bateaux à vapeur bordelais par Michel Colle

27 décembre 2017 23:27

« Chic & à Bicyclette » Etoile de l’Innovation de la CCI de Bordeaux

29 décembre 2017 07:37

Bordeaux, 3ème ville la plus embouteillée de France

21 décembre 2017 10:19

1686 : « la traite des noirs », le commerce triangulaire au départ de Bordeaux …

15 décembre 2017 10:43

Norbert Fradin en vedette de l’inauguration d’Histoire de la Marine Bordelaise

11 décembre 2017 19:41
RECHERCHE
 
Petites annones Bordeaux Gironde
Le service de petites annonces de Bordeaux Gazette
 
  Recherche Commercial indépendant en publicité
Premium
Lire +
  Table avec quatre tabourets
Premium
Lire +
Dernières Annonces
SALON DU DISQUE DE BORDEAUX
localisation de l'annonce Bordeaux DVD & CD
Lire +
SALON DU LIVRE ANCIEN
localisation de l'annonce Bordeaux Livres
Lire +
CONCERT DE SOLIDARITÉ POUR LES BLESSÉS DE GUERRE
localisation de l'annonce Mérignac Concert et Spectacle
Lire +
exposition en trio
localisation de l'annonce Bordeaux Autres
Lire +
Martine PINSOLLE
localisation de l'annonce Bordeaux Exposition et Visite
Lire +
Déposer votre annonce gratuitement