Bassens

Une jeune femme se lance en politique à Bassens

Elles ne sont pas légions celles qui se lancent en politique par les temps qui courent quand on voit la difficulté des uns et des autres à monter des listes paritaires. Elle est d’autant plus courageuse, Florence Fabry, qu’elle se lance à l’assaut d’un bastion du socialisme local, en affrontant Jean-Pierre Turon en mars prochain.

Lors des élections de 2008 il n’y avait pas eu de liste d’opposition à Bassens et donc tous les sièges avaient été pourvus au premier tour par la liste socialiste. Cette année Florence Fabry conduit une liste du groupe Communauté d’avenir dont le leader est Alain Juppé qui bien sur "défend son titre" sur Bordeaux. Celui-ci est venu soutenir la candidate sur le marché de Bassens en compagnie de son épouse Isabelle et de Nicolas Florian. Ils ont reçu un excellent accueil prouvant par là qu’une élection municipale ce n’est pas la guerre. Florence Fabry renoue avec une tradition qui avait été présente en 1995 et en 2001 mais qui avait passé son tour en 2008 et c’est toujours frustrant pour des " ne pensant pas comme la municipalité" de n’avoir aucun relais dans le conseil municipal car il s’agit un peu d’une démission démocratique de ne pas présenter de liste.

Bassens est une bourgade de 6.948 habitants et c’est donc un scrutin proportionnel de liste avec prime majoritaire qui s’applique et ainsi donc il n’y aura plus de conseil municipal monolithique. Au delà de cette constatation cette injonction de parité est une grosse difficulté pour les villages de plus de mille habitants où il faut trouver des femmes en nombre suffisant pour monter une liste.
En fait c’est une parité apparente sans être réelle car les conseils municipaux sont toujours constitués d’un nombre impair de conseillers et de conseillères. La difficulté à trouver des femmes vient souvent de leur charges de responsabilités au sein d’un ménage où souvent elles sont "l’homme orchestre" de la maison. Florence Fabry n’a pas reculé devant la difficulté qui s’est présentée à elle car elle travaille sur Bordeaux dans le monde associatif où son quotidien s’appelle tutelle, curatelle, handicapés. Même si pour l’instant elle est en congés maternité elle s’occupe de ses trois enfants et de son mari qui travaille loin de ses bases à Castillon la Bataille, ceci démontrant bien qu’il faut une bonne dose de volonté pour se lancer dans une telle aventure. Sur la rive droite ce n’est pas la seule commune où une femme se lance en politique car Artigues et Saint Louis de Montferrand sont dans le même cas, y aurait-il un tropisme féminin sur la rive droite ??? A suivre...

Ecrit par Bernard Lamarque


Recherche

Nous suivre

Vous pouvez nous suivre sur les différents réseaux sociaux ci-dessous!


Newsletter!

Recevez directement le nouvelles actualités de Bordeaux Gazette.