Vingt cinq ans après

Un observateur perspicace de la vie politique pourrait plagier Dumas fils avec un tel titre, car vingt cinq après la transmission du pouvoir à Alain Juppé par Jacques Chaban-Delmas, il semblerait que l’on assiste à la renaissance du Chabanisme avec la passation de pouvoir d’Alain Juppé à Nicolas Florian. On pourrait décrire rapidement et simplement le Chabanisme en deux mots : réforme et concertation. A l’origine Chaban sort des rangs des radicaux-socialistes pour se positionner au lendemain de la guerre sur l’axe centriste pour pouvoir déboulonner le socialiste Fernand Audeguil, en 1947. Cette orientation gaullo-centriste va animer tout le parcours politique de Chaban qui débouchera sur son programme de "La Nouvelle Société" d’inspiration libérale sous l’influence de Jacques Delors. Cette France du Sud, est très largement marquée par le radicalisme qui est devenu un parti centriste se scindant en deux entre "valoisiens" et "de gauche" alors qu’il était un parti, surtout radical ( souhaitant des évolutions radicales vers les idéaux de la république : liberté, égalité, fraternité) à sa naissance en 1901. Sous l’influence du sinistrisme* poussé vers la droite par l’apparition de partis de gauche plus radicaux il a insensiblement glissé de la gauche vers la droite, mais ceci a entraîné progressivement la lente disparition de l’appellation "droite" dont plus aucun parti ne se réclame aujourd’hui, voire à être considéré comme de droite pouvant être estimée à une insulte. Dans cette période, on assiste à une consultation tout azimut afin de rencontrer le maximum de bordelais(es) jeunes et vieux pour les voir et accessoirement obtenir leur avis. Pour ceux qui s’en souviennent Chaban frappait à toutes les portes pour rencontrer des bordelais(es) pendant ses campagnes électorales, encaissant parfois quelques quolibets, mais l’homme avait du cran et de la répartie. Ceci l’a souvent conduit à rencontrer des gens de sa génération, enclenchant le déclin de celle que l’on a appelé "la belle endormie". Les mauvaises langues auront vite fait de dire que les bordelais(es) sont en train de se faire endormir.
*Sinistrisme et mouvement sinistrogyre (du latin sinister, gauche) sont des néologismes inventés par Albert Thibaudet

Ecrit par Bernard Lamarque

Co-fondateur et rédacteur en chef de Bordeaux Gazette


Recherche

Nous suivre

Vous pouvez nous suivre sur les différents réseaux sociaux ci-dessous!


Newsletter!

Recevez directement le nouvelles actualités de Bordeaux Gazette.

Sur le même sujet


Bordeaux Gazette Annuaire

Et si je vous racontais...

Nous suivre sur Facebook

Agenda