Bordeaux

"Pougnacs et Margagnes" présenté par son auteur Guy Suire à la Librairie Mollat

Plus qu’un dictionnaire définitif ce "Pougnacs et Margagnes" est un vrai livre de chevet pour celui qui veut s’imprégner de l’histoire de Bordeaux. Le langage est un vecteur d’anecdotes et d’histoires car les mots ont une vie, ils sont comme les êtres humains : ils naissent vivent et meurent, mais il y en a qui ont la peau dure. C’est à ces marqueurs de notre histoire Gasconne que Guy Suire s’est intéressé pendant de longues années et aujourd’hui il nous livre la quintessence de son amour pour la langue qu’il chérit.

A découvrir, car à travers tous ces mots rangés comme des "carassons", mais dans le sens de la hauteur, on peut prendre une "cuite" de vocabulaire. Près d’une centaine de personnes sont venus pour écouter Guy Suire qui présentait son dernier ouvrage. Pour lui les mots d’ici sont indissociable de "l’assent" comme le signale l’auteur lors de la présentation de son ouvrage et c’est pourquoi il avait prévu de faire lire des morceaux choisis par deux comédiens : Laure Abadie malheureusement absente et Jean-Marc Foissac. Ils les a fait longuement applaudir aussi bien l’absente que le présent avec toute la verve qui l’anime dans ses situations. Il a expliqué pourquoi ce terme définitif : "Ça fait 25 ans que je mène cette rubrique dans le journal Sud-Ouest : Les mots d’ici, et définitif aussi parce que moi j’arrêterai très prochainement cette rubrique pour faire autre chose et c’est certainement le dernier ouvrage que je consacre à ce baragoin, à ces mots barbares qu’on a longtemps appelé du patois mais qui ne sont en définitive que ce qui surnage de la grande langue occitane qui était répandu ici, à Bordeaux et que les Anglais nous laissèrent parler jusqu’en 1453 date de la bataille de Castillon.".

Jean-Marc Foissac, comédien et l’auteur Guy Suire
photo Bordeaux Gazette - Bernard Lamarque

Il situe ainsi la date du déclin de ce parler occitan pour passer au parler français et ce sera l’école publique qui achèvera le travail à partir 1880 avec les lois de Jules Ferry et les instituteurs du moment mettaient un point d’honneur à chasser le patois. L’unité de la France s’est faite au prix de l’érosion des parlés locaux. La langue gasconne qui était la langue de la région du Grand Sud-Ouest et qui en fait était une branche de l’Occitan fut encore parlé jusqu’en 1945. Le gascon ne se parlant plus , il est resté les mots et c’est ainsi qu’est né le Bordeluche et le Bordeluche c’est ce qui reste de cette langue Gasconne. "Cette langue n’est plus une langue mais un parlé car si je veux employer les mots qui sont dans mon ouvrage, j’ai besoin de recourir à la langue française, j’ai besoin de recourir aux verbes français, aux substantifs français, aux qualificatifs français et quelques mots surnagent". Le Bordeluche est né des apports que les immigrants Agenais, Montois, Périgourdins... qui venaient travailler à la ville et qui s’interpellaient dans leur parlé natal ont introduit dans la langue du lieu en créant ainsi un sabir urbain. C’est devant un public attentif et très coopérant qu’il a fait la démonstration qu’à travers ces mots on peut aussi découvrir des mots français. Mais il préfère aller chez le charcutier demander de la "tricandille" plutôt que de la tripe de porc pochée dans un bouillon de légumes et il préfère la "chocolatine" plutôt que le petit pain au chocolat, question de saveur de la langue. Ce n’est pas un livre à lire, mais plutôt à déguster comme un vieil Armagnac, un petit verre chaque jour.

Livre Broché
Editeur : Mollat Editions
ISBN : 978-2-358-77003-3
EAN : 9782358770033
Nb. de pages : 263 pages
Poids : 459 g
Comment nommera-t-on demain « bourrier », « gueille », « pignot » ? Et « ventrèche », toujours à la carte, mais oubliée des menus ? Ce livre est né du regret de voir les mots de bonne compagnie nous quitter. À l’heure où le nombre de locuteurs natifs s’amenuise, il était urgent de les convoquer, une dernière fois, à la réception solennelle que confère l’écrit.
Guy Suire
Prix 19 €
Dimensions : 12,2cm x 23cm x 1,6cm
Chez Mollat et dans toutes les bonnes librairies

Ecrit par Bernard Lamarque

Co-fondateur et rédacteur en chef de Bordeaux Gazette


Recherche

Nous suivre

Vous pouvez nous suivre sur les différents réseaux sociaux ci-dessous!


Newsletter!

Recevez directement le nouvelles actualités de Bordeaux Gazette.

Petites Annonces Bordeaux Gironde

Nous suivre sur Facebook

Agenda