Un vent de révolte souffle sur l’Assemblée Générale de BAYER après le rachat de MONSANTO

Bayer dans la tourmente. Après avoir perdu un tiers de sa valeur en Bourse depuis le rachat de Monsanto, il doit faire face à la colère de ses actionnaires. Plusieurs d’entre eux, dont BlackRock et Deka, accusent la direction de n’avoir pas mesuré les risques juridiques de cette fusion. Werner Baumann, PDG du groupe et initiateur de ce mariage coûteux, est sur la sellette. Bayer sous pression. Vendredi 26 avril a eu lieu son assemblée générale à Bonn en Allemagne et l’ambiance s’annonçait tendue, le groupe ayant dégringolé en Bourse depuis le rachat de Monsanto en juin 2018. Il a perdu un tiers de sa valeur soit près de 30 milliards d’euros. Rappelons le montant historique du rachat du groupe américain : 63 milliards d’euros. Cette chute est très critiquée par les actionnaires qui accusent Bayer de n’avoir pas assez anticipé les risques juridiques auxquels il allait faire face avec cette fusion. Les craintes se sont intensifiées en août lorsque Monsanto a été condamné à une amende historique de 289 millions de dollars pour ne pas avoir informé de la dangerosité de son herbicide Roundup à l’origine du cancer du jardinier américain Dewayne Johnson. Même si l’amende est moins salée que prévue (elle est redescendue à 81 millions de dollars en appel) la firme américaine est sous le coup de plus de 11 000 procédures similaires rien qu’aux États-Unis.
Marina Fabre , in NOVETHIC


Recherche

Nous suivre

Vous pouvez nous suivre sur les différents réseaux sociaux ci-dessous!


Newsletter!

Recevez directement le nouvelles actualités de Bordeaux Gazette.

Bordeaux Gazette Annuaire

Petites Annonces Bordeaux Gironde

Nous suivre sur Facebook

Agenda