Bordeaux

Alain Rousset et Carole Delga sur la même ligne

En fait de ligne il s’agit d’une ligne de chemin de fer ou plus exactement de la ligne de TGV devant relier Bordeaux à Toulouse qui s’inscrit dans un projet plus vaste celui du Grand Projet Ferroviaire du Sud-Ouest (GPSO).

Il reste indéniable que l’actuelle ligne de chemin de fer entre Bordeaux et Toulouse qui s’appuie sur un trajet issu du milieu du XIX siècle (du aux frères Péreire en 1854 avec la création de la Compagnie des Chemins de Fer du Midi devant relier Bordeaux à Cette* qui va ouvrir tronçon par tronçon jusqu’en 1860) est saturée voire sur saturée entre ces deux villes entre TER, Intercités, TGV et marchandises. Dans ce contexte il sera surement impossible d’ouvrir des sillons à la concurrence comme l’Europe le prévoit. Simultanément le train s’avère le système de transport grande capacité très largement le moins polluant au kilomètre/passager. Alors que l’heure serait à la négociation et à la recherche d’une solution capable de satisfaire tout le monde, on plonge dans la crise la plus profonde en Aquitaine entre d’un côté le maire de Bordeaux et le Président de la Communauté urbaine soutenu par le Président de Région qui oeuvre depuis plusieurs mandats pour le désenclavement de la partie sud de l’Aquitaine ainsi que sa connexion avec l’Espagne qui non seulement s’ouvre à la grande vitesse mais reste aussi un axe économique majeur laissé à la discrétion du transport routier. Ce dernier génère thromboses sur thromboses dans le réseau routiers et autoroutiers avec tous les désagréments que cela génère et les bordelais(e)s en savent quelque chose avec la pratique de la rocade. Il semble vital dans un monde de plus en plus ouvert vers l’écologie de réorienter le transport qu’il soit voyageur ou marchandise ver le fer d’autant que cette ligne est un morceau de l’arc des métropoles du Sud (Bordeaux, Toulouse, Montpellier, Nîmes, Marseille, Nice). Pour une fois qu’on cherche à améliorer une transversale il serait stupide de s’en priver en libérant du trafic sur la voie traditionnelle.

TGV sur une ligne traditionnel et non en mode LGV

Le Maire de Bordeaux en se positionnant dans la logique du non au projet qu’il qualifie de pharaonique n’a pas l’air de s’inscrire dans l’air du temps qui voudrait que l’on arrête le plus vite possible, le tout bagnole et surtout le tout camion qui embolise le trafic entre l’Espagne et la région parisienne voire bien au delà vers le Nord. Son propos "d’insensé et anachronique" au sujet de cette liaison n’a pour le commun des mortels rien d’insensé et surtout pas d’anachronique car c’est plutôt lui qui est anachronique face au réchauffement climatique en mettant le chemin de fer au pilori. Cette analyse lui vaut une réprobation massive qui va du maire de Toulouse, Jean-Luc Moudenc à l’ancien maire de Bordeaux en passant par la Présidente de l’Occitanie, Carole Delga ; le Président de la Nouvelle Aquitaine et le Président de la Métropole risquant de mettre le bazar le plus complet à la gestion de la dite Métropole. C’est vrai qu’aux yeux des Toulousains, Pierre Hurmic passe pour un profond égoïste qui est relié en deux heures 04 à Montparnasse au centre de Paris grace au TGV, alors que le Toulousain dans le meilleur des cas avec l’avion doit ramer d’Orly au centre de Paris soit en transport collectif, soit en transport individuel. Il est certain qu’en cette période de près campagne présidentielle les tons se durcissent mais cette question du TGV Bordeaux, Toulouse n’intéresse pas pour l’instant Eric Zemmour qui n’en n’a pas parlé se contentant de s’arc bouter sur ses thèmes de prédilections qui intéressent assez peu l’aménagement du territoire. Tout aussi furieux le Président Rousset qui oeuvre pour le désenclavement du Sud de sa région depuis plus de quinze ans et qui se bat pour le développement du ferroviaire a beaucoup de mal à comprendre ce positionnement qui risque de coûter cher à l’actuel maire de Bordeaux dont on n’est pas sur que toute son équipe partage la même analyse.
* version orthographique initiale de la ville devenue Sète en 1927

Ecrit par Bernard Lamarque

Co-fondateur de Bordeaux Gazette


Recherche

Nous suivre

Vous pouvez nous suivre sur les différents réseaux sociaux ci-dessous!


Newsletter!

Recevez directement le nouvelles actualités de Bordeaux Gazette.

Et si je vous racontais...

Chapitres : 1 - 2 - 3
Secret de famille

Chapitres : 1 - 2 - 3 - 4
Chloé n’est pas ce qu’elle croit

Chapitres : 1 - 2 - 3
La chaise vide

Chapitres : 1 - 2 - 3 - 4
Querelle de voisinage

Chapitres : 1 - 2 - 3 - 4
Mascarade

Nous suivre sur Facebook

Agenda