Bordeaux

C’est parti depuis le 1er mai où, de part et d’autre du pont de pierre, on peut suivre sur six panneaux illustrés bifaces des explications qui vous rendront incollable sur les péripéties de la construction de ce monument historique, de son histoire et des noms qui ont attaché leur notoriété à sa construction.

Construire un pont qui enjambe le cours du fleuve est une idée qui s’est faite jour dès 1750 avec le pont de bateaux imaginé par l’Intendant Tourny mais cette idée ne fut jamais exploitée mais dès cette époque le lieu du pont était fixé dès 1763 quand la route de Paris est arrivée jusqu’à La Bastide en vis à vis de la porte de Bourgogne installée depuis 1751 à sa place actuelle. A cette époque le tracé des itinéraires d’un point à un autre était en train de se formalisait grace particulièrement à l’acheminement de la poste qui a stabilisé les points de passage des routes, reliant les localités à servir. Le pont devrait donc se construire entre ces deux points à l’endroit où le fleuve fait cinq cent mètres. Cette idée du pont de bateau fut reprise en 1782 par Dupré de Saint-Maure mais n’eut pas plus de succès que la proposition de Tourny. Le premier projet sérieux fut proposé par l’ingénieur des Ponts et Chaussées en chef Le Ragoix de Saint André qui prévoyait dix-neuf arches massives en pierre, proposition faite, suite à l’intérêt suscité par l’énorme descriptif de l’Atlas de Trudaine*. C’est en 1807 que Napoléon prescrit par décret l’étude d’un pont préoccupé par le passage de ses troupes et l’ingénieur en chef Claude Didier lui proposa un pont en bois et c’est au cours de la construction des premiers éléments que Claude Deschamps suggéra de construire les piles en pierre et le reste a suivi avec les modifications apportées au cours du chantier qui va durer douze ans.

Les panneaux rive gauche

La première pierre posée en décembre 1812 mais une entreprise de cette envergure demandait un solide financement que l’état seul ne pouvait continuait à assumer et c’est ainsi que pour l’achever Pierre Balguerie-Stuttenberg propose d’apporter deux millions contre une concession d’exploitation du pont pendant 99 ans assorti d’un droit de péage et c’est ainsi qu’est née la compagnie du pont de Bordeaux et le péage survivra jusqu’en 1863. Le tarif pour une personne à pied chargé de moins de dix kilos était de cinq centimes si vous dépassiez les dix kilos de marchandises le prix doublait et si vous étiez sur un mulet ou un cheval, monture et cavalier payaient trente cinq centimes. Depuis sa réalisation la circulation n’a jamais cessé d’augmenter sur ce pont de pierre au point que aussitôt construit le problème s’est posé de l’agrandir voire d’en construire un autre et il va falloir attendre la construction du pont Saint Jean après une succession de projets autour de ce pont de pierre dont il a même était un instant question de le remplacer par un tunnel voire de le modifier et donc après avoir envisagé de le modifier ou de le supprimer en 1949, il est décidé de le conserver et de construire un nouveau franchissement avec le pont Saint Jean qui ne sera inauguré qu’en avril 1965. En 1954 pour suppléer à la lenteur de la construction du pont Saint Jean le pont de pierre a été porté à quatre voies pour faciliter l’écoulement du trafic mais avec l’arrivée du tramway, il n’a pas pu supporter la charge simultanée de ce nouveau moyen de transport urbain et l’écoulement des voitures et il va être consolidé et renforcé car son âge le nécessite du haut de ses deux cents ans d’existence.

*L’atlas des routes royales de Trudaine

Ecrit par Bernard Lamarque

Co-fondateur de Bordeaux Gazette


Recherche

Nous suivre

Vous pouvez nous suivre sur les différents réseaux sociaux ci-dessous!


Newsletter!

Recevez directement le nouvelles actualités de Bordeaux Gazette.

Bordeaux Gazette Annuaire

Et si je vous racontais...

Chapitres : 1 - 2 - 3 - 4
Et cum animo

Chapitres : 1 - 2 - 3
Une Vie de Chat

Chapitres : 1 - 2 - 3
Les Danseurs

Chapitres : 1 - 2 - 3
Secret de famille

Chapitres : 1 - 2 - 3 - 4
Chloé n’est pas ce qu’elle croit

Nous suivre sur Facebook

Agenda