Les 30 ans du Musée de la Bande Dessinée à Bruxelles

C’est le 3 octobre 1989, en présence de ses majestés le Roi Baudoin et la Reine Fabiola, ainsi que des grands noms de la bande dessinée belge de l’époque qu’a été inauguré celui qui est désormais le doyen*1 des musées dédiés au Neuvième Art dans le monde.

Depuis sa création le Musée de la Bande Dessinée a vu sa fréquentation augmenter régulièrement jusqu’en 2016 où les attentats de Paris et de Bruxelles ont porté un coup sévère à sa fréquentation mais la situation s’est rapidement rétablie et se sont plus de 230.000 visiteurs qui ont fréquenté ce Musée en 2018 dont 45,6% de français, devant les Belges 13,1% et les chinois en troisième position avec 5,8%, ce qui s’interprète comme un intérêt pour la Bande Dessinée et le dessin voire pour la langue française. L’ouverture de ce Musée de la Bande Dessinée de Bruxelles a été la concrétisation du rêve d’un groupe de passionnés de BD Franco-belge, tous auteurs ou amateurs de Bandes Dessinées qui souhaitaient mettre leur passion à la portée du Grand public. Le destin a lié ce Musée aux anciens magasins Waucquez, merveille d’architecture Art Nouveau signée Victor Horta qui est un lieu inondé de lumière qui vient du ciel avec l’espace impressionnant qui laisse apparent la structure métallique de l’édifice. C’est un établissement qui a été réhabilité, car à une époque, il s’est agi d’une friche commerciale occupée par des vagabonds qui a été un instant vouée à la démolition comme l’a été le chef d’œuvre d’Horta qu’était la Maison du Peuple démolie en 1965 dont un élément de pierre est conservé au CBBD*2 comme relique d’une époque révolue, mais combien riche d’architecture avec l’Art Nouveau, et ces anciens magasins Waucquez ou la maison Autrique

Le toit capte la lumière pour éclairer l’intérieur du bâtiment
Pierre taillée, vestige de la Maison du peuple en photo

Attraction incontournable située au cœur de la ville, le Musée de la BD à Bruxelles met à l’honneur depuis presque 30 ans auteurs et héros du 9ème Art. C’est un centre de conservation important car le Musée accueille actuellement plus de 7.000 planches et dessins originaux et veille à une bonne conservation de ces planches et originaux. C’est aussi un centre de documentation unique au Monde, avec plus de 107.000 références, avec salle de lecture où l’on peut consulter les grands classiques de la BD Franco-belge ainsi qu’une sélection de la BD actuelle : environ 6.800 albums*3 en français ou en Néerlandais et environ 2.000 dans une quarantaine d’autres langues de l’anglais au papiamentu en passant par le suédois, le corse, l’islandais, l’hindi, le serbe et bien d’autres encore mis à la disposition des visiteurs avec libre accès aux collections du centre. La bibliothèque d’étude rassemble 60.000 albums, la majorité en français ou en néerlandais issu de la production de ces 20 dernières années, ce fond, étant régulièrement augmenté d’éditions plus anciennes et d’ouvrages précieux avec une bibliothèque d’environ 4.000 ouvrages de référence, annuaires, monographies et études diverses la plupart étant consultables uniquement sur place dont certains sur réservation. Tout ce trésor de bandes dessinées au delà de la place occupée dans la salle de lecture et de la bibliothèque d’étude est classé dans des salles à part non visibles aux yeux du public.

Salle de Lecture et Bibliothèque d’Etude
Les premiers albums du périodique Spirou

Le CBBD*2 est disposé sur plusieurs niveaux avec un puits central qui apporte la lumière sur un large espace. Tout autour selon l’étage, des coursives ou des salles ont permis l’installation des éléments du musée, les espaces d’expositions qui occupent ces coursives et les salles nécessaires, comme au rez de chaussée pour la bibliothèque et la salle de lecture à laquelle on peut accéder pour la très modique somme de 0,50€ par jour sans avoir a acquitter le prix de la visite du Musée puisque le rez de chaussée est en accès libre car donnant sur la brasserie Horta. Seul l’accès aux étages est payant pour pouvoir admirer les expositions qui sont réalisées par les équipes du scénographe Jean Serneels qui sait magnifiquement utiliser la lumière du lieu et sa configuration si particulière d’ancien magasin de vente de tissus avec ses demi-étages qui multiplient les espaces des coursives. Dans tous les guides du monde entier la visite de ce lieu si particulier est recommandée et spécialement dans ceux de langue française car aussi curieux que cela puisse paraître le musée participe à un projet d’apprentissage du français auprès des classes de primo-arrivants de l’Institut des Filles de Marie. Une curiosité à ne pas manquer à la brasserie Horta qui jouxte le CBBD*2 au premier étage avec son mur de carrelages dédicacés par les auteurs qui ont été exposés au musée rappelant en cela pour ceux qui s’en souviennent de la Brasserie de l’Avenir de Pierre Pascal où les murs de l’espace de restauration du premier étage étaient ornés des dessins de dessinateurs venus manger dans l’établissement.

La lumière pénètre par le toit
Espace consacré à Boule et Bill

CBBD sur Google Street View

*1 Musées de la BD dans le monde : dans quatorze pays dont quinze musées au Japon orientés Mangas ou répondant à des doubles dénominations et les Etats-Unis orientés comics ou huit se sont ouverts mais quatre se sont fermés depuis.
*2 CBBD Centre Belge de la Bande Dessinée ou Musée de la BD à Bruxelles
*3 Les périodiques hebdomadaires sont archivés en albums.

Les animations des 30 ans du CBBD

Ecrit par Bernard Lamarque

Co-fondateur et rédacteur en chef de Bordeaux Gazette


Recherche

Nous suivre

Vous pouvez nous suivre sur les différents réseaux sociaux ci-dessous!


Newsletter!

Recevez directement le nouvelles actualités de Bordeaux Gazette.

Petites Annonces Bordeaux Gironde

Nous suivre sur Facebook

Agenda