Bordeaux

Ysteria où le Réel se heurte au Réel ! au TnBA

Gérard Watkins après « Scènes de violences conjugales » - la désagrégation d’un couple - dans ce même théâtre il y a deux ans, crée et met en scène « Ysteria ».

Cette maladie complexe, mystérieuse, « l’Hystérie » du grec « Ystéria » a été identifiée, écrit l’auteur, comme celle de la femme puisque venant de l’utérus ... L’épilepsie est destinée aux hommes. Ceux-ci ne doivent révéler ni leur fragilité et encore moins une part de féminité … Ils sont forts, virils et travailleurs ! Et de cette thèse le théâtre devrait en faire son affaire. Mais sur un plateau où les voix (quelquefois faibles pour porter jusqu’en fond de salle) s’expriment et où les corps bougent, cette seule thèse là peut-elle ou doit-elle interroger ou séduire ? Qui est qui ? Qui est celui qu’il prétend être ? La question se pose à l’issue de ces échanges verbaux, bavards quelquefois et heureusement corporels après plus de deux heures d’interrogations, d’affirmations, de silences aussi … Le plateau est nu avec en fond des portes imaginées et des canapés, un pupitre, un espace « bureau » et des coussins … beaucoup de coussins.

Le canapé du psychiatre impuissant face au diagnostic

Tout cela bouge sans-cesse au fur et à mesure des analyses, des discours des psychiatres, des témoignages des malades comme une sorte de happening, d’exercices improvisés où le public pris à partie semble assez souvent se réveiller d’une profonde léthargie libératoire. Comme des apparitions entre les analyses des trois psychiatres et les témoignages des deux malades qui furent soudainement paralysés de leur main droite, des scènes oniriques, mystiques où les personnages issus de l’histoire d’avant et qui se lâchent enfin avec humour se succèdent, de Cro Magnon aux sorcières de Salem. La farce soudain absurde, décalée, costumée, carnavalesque, s’impose, casse les palabres et réveille nos sens jusqu’au rire et à la détente bienfaitrice. Les cinq comédiens, multiples, complémentaires et heureusement talentueux, Julie Denisse, David Gouhier, Malo Martin, Clémentine Menard, et Yitu Tchang servent avec brio cette performance textuelle et gestuelle, à approfondir.
Du mardi 12 au samedi 16 mars Mar à Ven 20h
Sam à 19h –
TnBA - Salle Vauthier – Durée estimée 2h

Ecrit par Pierre Chep


Recherche

Nous suivre

Vous pouvez nous suivre sur les différents réseaux sociaux ci-dessous!


Newsletter!

Recevez directement le nouvelles actualités de Bordeaux Gazette.

Petites Annonces Bordeaux Gironde

Nous suivre sur Facebook

Agenda