Portets

Au château de Mongenan conférence : "Le 21 janvier 1793."

Le 21 janvier 1793. Ils ne sont plus très nombreux ceux qui se rendent chaque 21 janvier à Bordeaux à la messe anniversaire de Louis XVI. La permanence de cette cérémonie, certes réservée aux personnes qui, bien que républicaines sont restées de sensibilité monarchiste, montre le désarroi qui a saisi les français lorsque l’irréparable a été commis. Qu’ils estiment ou non que Louis XVI ait mérité la mort, les citoyens se trouvèrent un peu orphelins et surtout livrés aux bagarres qui allaient devenir sanglantes entre toutes les factions révolutionnaires. Et pourtant, Florence Mothe l’affirme, il n’y avait pas d’autre solution. Les députés, en votant la mort du roi à une toute petite majorité ont pensé se débarrasser d’un problème encombrant. Louis XVI avait tissé lui-même le filet du piège dans lequel il a été emprisonné. Refusant de répudier Marie-Antoinette « en bourgeois » comme le lui conseillait La Fayette, refusant de dénoncer l’attitude délétère de ses frères et des émigrés, continuant à cacher soigneusement le double jeu qu’avait mené la reine et les incroyables tractations menées par Danton pour obtenir la fausse victoire de Valmy et auxquelles il avait participé, il ne pouvait, ne serait-ce que pour s’assurer de son silence éternel, qu’être condamné à mort. Peu de députés, sans doute, connaissaient le fin mot de l’histoire. Les nations européennes firent mine de se désoler, mais se réjouirent en secret, persuadées qu’elles terrasseraient la France aisément. Et le peuple, désorienté, se partagea les exvotos révolutionnaires. Comment s’est donc passé ce début d’année 1793, marquée désormais par la présence presque permanente de la guillotine sur les places publiques et la proximité de la Terreur ?
Pour la dernière conférence de la série « Louis XVI, cet inconnu » qu’elle donnera le dimanche 29 août à 17 h au château de Mongenan, Florence Mothe s’est plongée dans les mémoires d’époque et a relu les journaux racontant l’ambiance de Paris . Plus encore, elle tracera le dernier portrait de ce roi, si différent de ce qu’on nous a enseigné à l’école, énigmatique, intelligent, combinard, corrupteur, secret, qui, sans doute, aurait pu être un grand roi s’il s’était davantage occupé de finances et si les circonstances lui en avaient laissé le temps.
Renseignements : château de Mongenan, 33640 Portets , tel : 05 56 67 18 11, visite à partir de 14 h, conférence « Modern Style » à 17 h suivie de la dégustation gourmande des vins du domaine, entrée 10 €, gratuite jusqu’à 12 ans.
Monument Historique privé ouvert à la visite. Jardins Remarquables, Potager de France, Roseraie de France SNHF, Best of Wine Tourism 2008. www.chateaudemongenan.com / chateau.mongenan@free.fr


Recherche

Nous suivre

Vous pouvez nous suivre sur les différents réseaux sociaux ci-dessous!


Newsletter!

Recevez directement le nouvelles actualités de Bordeaux Gazette.

Bordeaux Gazette Annuaire

Et si je vous racontais...

Chapitres : 1 - 2 - 3 - 4
Chloé n’est pas ce qu’elle croit

Chapitres : 1 - 2 - 3
La chaise vide

Chapitres : 1 - 2 - 3 - 4
Querelle de voisinage

Chapitres : 1 - 2 - 3 - 4
Mascarade

Chapitres : 1 - 2 - 3 - 4 - 5
Cordélia et son fantôme

Nous suivre sur Facebook

Agenda