Censure de l’argent et autocensure

La presse est-elle à vendre ? C’est une question que bien des gens - en général de droite extrême ou de gauche non moins extrême - se posent depuis longtemps. On parlait déjà sous la Révolution de "journalistes stipendiés" et on caricaturait les mêmes journalistes recevant à genoux des paquets d’assignats sous le titre : "Journaliste recevant d’un ministre le prix de son apostasie".Les choses ne se passent plus comme cela au XXI° siècle. Si certains papiers sentent parfois le caviar, si sous certains reportages concernant des pays africains il serait plus déontologiques de placer la mention : communiqué, rares sont les confrères que l’on a pu prendre la main dans le pot de confiture. Mais aussi honnêtes - et pauvres en général - que soient les journalistes, ont-ils toujours le courage ou la possibilité de dénoncer ceux qu’ils prennent en flagrant délit d’aimer la confiture ?
C’est beaucoup moins sûr, tant des exemples récents sur les affaires de financement politique dont on observera qu’elles ont disparu comme par miracle des radars à l’élection d’Emmanuel Macron , nous ont administré la preuve de la mollesse et de la lenteur de la presse à évoquer ces problèmes pourtant toujours de la plus brûlante actualité.
Depuis 1990, Florence Mothe s’est penchée sur beaucoup de scandales politico-financiers qui ont donné une nouvelle orientation à sa carrière. Et elle s’est également heurtée en tant qu’éditeur de journal au mur de l’argent. C’est donc d’un double point de vue particulièrement bien informé que le dimanche 26 mai à 17 h elle évoquera ses problèmes au château de Mongenan à Portets. Mais l’analyse ne serait pas complète si elle n’évoquait pas également le phénomène de l’autocensure. Lord Beaverbrook qui était à la fois patron de journaux, ministre et milliardaire disait : "On peut tout dire, on doit tout dire quand on sait tout dire". Le journalisme serait donc l’art de concilier l’eau et le feu ? A moins que la recherche du scoop ne soit inséparable de celle du talent....
Château de Mongenan, Portets, renseignements : 05 56 67 18 11
Visite commentée du musée, des jardins et du temple maçonnique à partir de 14 h. Conférence à 17 h suivie de la dégustation gourmande des vins du domaine.
Entrée 10 €


Recherche

Nous suivre

Vous pouvez nous suivre sur les différents réseaux sociaux ci-dessous!


Newsletter!

Recevez directement le nouvelles actualités de Bordeaux Gazette.

Petites Annonces Bordeaux Gironde

Nous suivre sur Facebook

Agenda