Portets

Conférence à Mongenan : Histoire de Gorsas-le-sapajou, le journaliste qui a lancé la Révolution française.

La prise de la Bastille aurait elle eu le même impact si aucun journaliste n’avait été sur place pour relater l’évènement ? C’est peu probable. En tout cas, il est douteux qu’elle se serait produite le 14 juillet sans un papier de Gorsas, publié dans « Le courrier de Versailles à Paris » du 11 juillet 1789 qui figure dans les collections du musée de Mongenan. La veille, le rédacteur en chef de cette feuille avait reçu en début d’après-midi la visite de Mme de Staël, fille du premier ministre Jacques Necker que Louis XVI avait viré le matin même sans ménagement. Furieuse de l’injure faite à son père, l’ambassadrice de Suède avait donné l’information au journaliste en lui demandant d’appeler à manifester le dimanche à 14 h au Palais Royal . Gorsas ne se le fit pas dire deux fois et écrivit son papier sur le champ. Son appel à la manif fonctionna au-delà de ses espérances. Le dimanche matin, tout Paris se dirigea vers le Palais Royal pour exiger le retour de Necker. Une femme du Faubourg Saint Antoine avait apporté un panier d’œufs pourris qu’elle eut l’idée de lancer au passage dans les fenêtres des beaux hôtels de la place Vendôme. Le Prince de Lambesc qui dirigeait les gardes tenta bêtement de charger la foule . La manifestation devint houleuse, elle se poursuivit tard dans la nuit, reprit le lendemain sous une pluie battante et le mardi, le soleil revenu, la foule se dirigea vers la Bastille pénétra dans la forteresse et assassina son gouverneur, le marquis de Launay. Le récit de ces folles journées figura naturellement dans Le Courrier de Versailles à Paris . Gorsas, alias « le sapajou » tant il était laid, n’en avait pas perdu une miette. Son journal devint quelques mois plus tard le premier quotidien national français. Gorsas raconta tout de la Révolution, puis adhéra au mouvement de la Gironde. Il s’enfuit à Caen, et arma la main de Charlotte Corday car il prétendait que la proscription des Girondins était entièrement la faute de son confrère Marat dont il avait quelques semaines auparavant exigé la mise en accusation. Cette passionnante histoire de la Révolution vue à travers le prisme de la presse de l’époque et des homériques bagarres entre journalistes sera le sujet de la conférence que Florence Mothe donnera dimanche prochain 12 septembre à 17 h au château de Mongenan à Portets. Une conférence qui racontera par le menu la haine réciproque de Gorsas et de Marat et à laquelle ne manquera même pas une histoire d’amour puisque Gorsas-le-sapajou ne pouvant accepter d’être séparé de sa belle, revint à Paris pour la voir, fut reconnu à cause de sa laideur, arrêté, jugé et exécuté.
Renseignements : château de Mongenan, 33640 Portets , tel : 05 56 67 18 11, visite à partir de 14 h, conférence « Modern Style » à 17 h suivie de la dégustation gourmande des vins du domaine, entrée 10 €, gratuite jusqu’à 12 ans.
Monument Historique privé ouvert à la visite. Jardins Remarquables, Potager de France, Roseraie de France SNHF, Best of Wine Tourism 2008. www.chateaudemongenan.com / chateau.mongenan@free.fr


Recherche

Nous suivre

Vous pouvez nous suivre sur les différents réseaux sociaux ci-dessous!


Newsletter!

Recevez directement le nouvelles actualités de Bordeaux Gazette.

Bordeaux Gazette Annuaire

Et si je vous racontais...

Chapitres : 1 - 2 - 3 - 4
Chloé n’est pas ce qu’elle croit

Chapitres : 1 - 2 - 3
La chaise vide

Chapitres : 1 - 2 - 3 - 4
Querelle de voisinage

Chapitres : 1 - 2 - 3 - 4
Mascarade

Chapitres : 1 - 2 - 3 - 4 - 5
Cordélia et son fantôme

Nous suivre sur Facebook

Agenda