Bordeaux

Les clients se mobilisent pour sauver Ma Boutique Authentique

Presque un an après le début du mouvement social des Gilets Jaunes, le commerce de proximité bordelais continue de connaître d’importantes difficultés. Irina Zhguleva, fondatrice et gérante de Ma Boutique Authentique, témoigne de son combat pour sauver son enseigne. Lorsqu’elle inaugure Ma Boutique Authentique en juin 2018, Irina Zhguleva s’appuie sur une solide expérience dans la vente et un concept en vogue : la passion pour la création française. Après 9 mois de préparation entièrement consacrés au développement de son enseigne « Made in France », la dirigeante dévoile sa première collection composée de vêtements et accessoires rigoureusement sélectionnés auprès d’artisans et créateurs partenaires, à la fois pour leur design original et pour la qualité de leur fabrication. « Le consommateur se montre de plus en plus curieux et exigeant sur l’origine et les modes de fabrication des produits qu’il achète. En créant Ma Boutique Authentique, j’ai précisément voulu valoriser les savoir-faire français et contribuer, à ma façon, au rayonnement économique de la France », explique Irina Zhguleva. Son optimisme, sa détermination et sa joie de vivre se reflètent au quotidien dans la boutique, durant les événements qu’elle y organise (défilés de mode, afterworks), mais également sur les réseaux sociaux de l’enseigne - qu’elle anime en posant elle-même avec les créations de son magasin ! Malgré des débuts très prometteurs, Ma Boutique Authentique subit à partir d’octobre 2018 une baisse de la fréquentation qui lui sera fatale. Située au 17 rue Montbazon, l’enseigne d’Irina devient l’un des nombreux dommages collatéraux du mouvement social des Gilets Jaunes. A partir de cette période, la gérante n’arrive pas à redresser son chiffre d’affaires ni sa marge pour couvrir ses échéances et générer une rémunération. Moralement, elle tient bon : « J’ai assisté à la métamorphose du quartier : les rues désertées par les familles, peu à peu remplacées par des escadrons de CRS. Ce qui m’arrive n’est la faute de personne. Les manifestants ont leurs raisons de descendre dans la rue, les forces de l’ordre doivent maintenir la sécurité. A moi de me battre pour la survie de mon commerce », déclare-t-elle. Irina ne désarme pas et organise, ce jeudi 12 septembre, une soirée Ventes Privées pour soutenir son commerce de proximité. Elle bénéficie de l’appui et de l’amitié de ses clients et partenaires qui se sont mobilisés en créant une CAGNOTTE SOLIDAIRE pour la soutenir dans son combat : « Nous sommes les premiers à vouloir un centre-ville dynamique, avec des boutiques responsables, indépendantes, à taille humaine. Or, les commerçants indépendants sont beaucoup plus vulnérables que les grandes marques industrielles. C’est le moment pour chacun d’agir et, comme le colibri, de faire sa part pour soutenir le commerce local et les circuits courts !  », déclare Aurélie Noharet, une cliente de Ma Boutique Authentique. Un message qui résonne particulièrement, au lendemain du festival bordelais Climax.


Recherche

Nous suivre

Vous pouvez nous suivre sur les différents réseaux sociaux ci-dessous!


Newsletter!

Recevez directement le nouvelles actualités de Bordeaux Gazette.

Bordeaux Gazette Annuaire

Petites Annonces Bordeaux Gironde

Nous suivre sur Facebook

Agenda