“40 millions d’automobilistes” dit non aux nouveaux radars !

L’association a récemment protesté contre la mise en place de radars de covoiturage rendue possible depuis décembre 2019, via la loi d’Orientation des Mobilités.

Inaugurés en 2003, les radars sont la hantise des automobilistes depuis maintenant près de 17 ans en France. Ces machines se sont perfectionnées d’année en année passant d’un simple instrument de mesure à un outil de plus en plus complexe. L’article 39 de la Loi d’Orientation des Mobilités (LOM) prévoit de mettre en place des dispositifs permettant de verbaliser les véhicules non autorisés à emprunter la voie réservée aux voitures transportant un nombre minimal d’occupants. Cette nouvelle initiative du gouvernement a été vivement critiquée par les associations d’automobilistes, qualifiant la mise en place d’une voie réservée au covoiturage “d’inutile et de dangereux” dans la mesure où cela favoriserait le rapprochement des individus en temps de Covid. La mise en place d’un genre de radar énerve aussi l’association d’autant plus que… Cette mesure pourrait devenir obligatoire dans les agglomérations de plus de 150 000 habitants dès 2025. On compte aujourd’hui trois de ces radars en France : un à Grenoble, un à Lyon et le dernier à Paris. En plus de verbaliser les véhicules non autorisés sur cette voie spéciale, ces appareils devraient aussi sanctionner les moyens de transport ne respectant pas la zone à faibles
émissions.

Radar embarqué sur véhicule privé

Cette restriction a été instaurée dans plusieurs agglomérations dans le but de protéger les habitants de la pollution de l’air causée par le trafic. L’association 40 millions d’automobilistes critique notamment les choix des élus en les qualifiant de contradictoires. “À l’heure où l’on nous demande de respecter scrupuleusement les distances physiques et où la voiture individuelle devient donc un geste barrière pour se prémunir contre la Covid-19, ces élus ne trouvent rien de plus intelligent que de contraindre” dénonce Pierre Chasseray, délégué général de l’association. L’aspect politique a aussi été vivement critiqué par les dirigeants de ce même comité, “Mais jusque-là, ils servaient la politique de sécurité routière. Désormais, ils sont aussi élaborés pour servir l’idéologie anti-voiture d’une minorité de militants écologistes.” Finalement, d’après “40 millions d’automobilistes” ce sera près d’une voiture sur trois qui sera interdite à la circulation dans les grandes villes dès lors que ces appareils seront mis en service. Si les enjeux écologiques de notre siècle sont importants, il ne faut pas oublier qu’avec l’épidémie de Covid-19 vécue actuellement, ce n’est pas forcément une bonne solution de pousser les citadins à emprunter des transports en commun ou d’adopter le covoiturage.

Ecrit par Thomas Caubios


Recherche

Nous suivre

Vous pouvez nous suivre sur les différents réseaux sociaux ci-dessous!


Newsletter!

Recevez directement le nouvelles actualités de Bordeaux Gazette.

Bordeaux Gazette Annuaire

Et si je vous racontais...

Chapitres : 1 - 2 - 3
La chaise vide

Chapitres : 1 - 2 - 3 - 4
Querelle de voisinage

Chapitres : 1 - 2 - 3 - 4
Mascarade

Chapitres : 1 - 2 - 3 - 4 - 5
Cordélia et son fantôme

Chapitres : 1 - 2 - 3 - 4
Brunissande et Esclarmonde

Nous suivre sur Facebook

Agenda