Bordeaux

Les Lionnes du Stade Bordelais championne de France d’Elite 2

Le Stade Bordelais rugby attendait un titre de champion de France depuis 1959 et il est arrivé grâce aux féminines qui se sont défaits de l’AS Bayonne en finale de l’élite 2 par le score de 29 à 20. Cette victoire est synonyme d’accession en top 10, le plus haut niveau féminin.

A Herm, après une matinée très pluvieuse, le soleil a fait son apparition et tous les ingrédients étaient alors réunis pour disputer cette finale devant un public venu nombreux pour soutenir les deux équipes qui avaient fini respectivement première et deuxième de la poule de première division Armelle Auclair. La logique est donc respectée et chaque confrontation entre ces deux équipes, sensibles au jeu de mouvement, donne lieu à des matchs de rugby de haut niveau.
Cette finale n’a pas dérogé à la règle avec une grosse entame des Bayonnaises qui profitent des fautes bordelaises qui sont sanctionnées par l’arbitre par de nombreuses pénalités et un carton blanc. Cette domination se concrétise par deux essais de Manchot suite à des pick & go près de la ligne. Le score est donc de 12 à 0 pour Bayonne après 13 minutes de jeu. Les bordelaises qui échouent depuis plusieurs saisons sur les dernières marches auraient pu penser que l’histoire se répète mais il n’en fut rien.

Arielle Piazza et la mascotte de l’Union avec les championnes d’Elite 2
photo stade Bordelais Rugby

L’équipe a gagné en maturité et a repris doucement le match en main en conservant le ballon et en mettant sous pression les basques qui à leur tour commettent des fautes. Suite à un plaquage haut de Céline HEGUY sur Rose Thomas, les bayonnaises se retrouvent à quatorze. Sur la pénalité Marjorie Hans, une surdouée du rugby qui disputait son dernier match, surprend tout le monde en envoyant une grande diagonale en direction de Cécilia Saubusse (futur capée du XV de France) qui marque le premier essai des bordelaises transformé avec l’aide du poteau. Ensuite le rythme reste soutenu et les joueuses du président Peynoche, sont sanctionnées à nouveau par un carton pour Jaureguiberry qui d’un antijeu empêcha les lionnes de marquer un essai. Ce n’est que partie remise parce qu’ à 15 contre 13, le Stade Bordelais marque son deuxième essai après plusieurs temps de jeu où Le Naour décale parfaitement Ciria. La fin du premier acte est dominé par Bordeaux qui contre l’ASB en conquête et qui laisse parler la technique de ses trois quarts. L’arbitre sort encore les cartons à la 34ème minute pour un plaquage haut d’Alves sur Lagougine qui était en train de déborder la défense basque. Jessica Garnier écope aussi d’un carton pour avoir voulu venger l’agression dont a été victime la capitaine de l’équipe de France à 7.
Le score à la pause est de 14 à 12 pour Bordeaux et il reste une mi-temps pour déterminer le champion de France 2012. Le match se joue aussi dans les tribunes avec les spectateurs qui chantent pour encourager leurs protégées. Les supporters bordelais se montreront plus endurants et soutiendront les lionnes jusqu’à la fin. C’est Bayonne qui entame le mieux la deuxième période avec une pénalité de Durruty après trois minutes de jeu. Les joueuses du stade bordelais doivent à nouveau reprendre le score et vont pour cela s’appuyer sur une défense très bien en place ainsi qu’une mêlée dominatrice qui prive de munitions les bayonnaises.

Sortie de mêlée en faveur des Lionnes
photo stade Bordelais Rugby

Les avants sont récompensées par un essai de pénalité à la 54ème suite à plusieurs mêlées consécutives où les partenaires de Lapebie se mettent à la faute. Dans cette dynamique les trois quarts s’illustrent à la 58ème minute avec un essai de Camille Grassineau qui s’arrache sur quarante mètres pour marquer son treizième essai de la saison. Les basques marquent le pas et Marjorie Hans, sur un nuage pendant cette finale, marque une pénalité qui porte le score à 29 à 15 à quinze minutes de la fin du match.
Les bayonnaises fidèles à leur réputation et à leurs valeurs ne lâchent rien et continuent de croire en leur chance. Après une succession de pick & go de plusieurs minutes bien défendus par les bordelaises, Durruty, bien servie par Le Collonier, marque un essai à la 73ème minute qui malheureusement pour Bayonne n’est pas transformé et qui les oblige donc à marquer deux fois pour espérer l’emporter. Si près du but, les lionnes ne céderont pas et veulent remporter ce titre tant attendu. Jusqu’au coup de sifflet final, elles défendent leur territoire avec des gros placages pour empêcher les adversaires du jour de franchir la ligne d’avantage et de revenir au score. Après 83 minutes de jeu d’une grande intensité, l’arbitre monsieur Lajus libère les bordelaises qui deviennent championnes de France. Suite à ce beau spectacle, c’est l’explosion de joie pour les jaune et noir. Les deux équipes remercient le public avec la chanson de leur club et après le « emmenez- moi au Stade Bordelais », Danièle Irazu, élue responsable de la pratique féminine à la FFR remet les trophées.
Comme le veut la tradition, c’est d’abord aux vaincus avec Corinne Lapébie pour Bayonne. Ensuite, c’est Margot Marie la jeune mais non moins exemplaire capitaine du Stade Bordelais qui soulève devant toutes ses partenaires le trophée tant espéré. Ce dernier fera le tour de toutes les joueuses mais aussi des filles de l’équipe deux, ainsi que les « anciennes » qui ont beaucoup donné pour faire grandir les lionnes du Stade Bordelais. Ce titre et l’accession au plus haut niveau féminin viennent récompenser le travail de plusieurs années de quelques passionnés qui ont cru en ce projet et qui l’ont soutenu parfois contre vents et marées. Le regard est déjà tourné vers la saison prochaine et ce fameux top 10 avec la volonté de bien y figurer et de faire de Bordeaux une place forte du rugby féminin.

Stade Bordelais : 29 (4 essais : Saubusse 24ème ; Ciria 30ème 30ème ; de pénalité 54ème ; Grassineau 58ème ; 3 transformations et 1 pénalité Hans)
1 carton blanc GENDREAU, 2 cartons jaune GARNIER et RAFFIN

AS Bayonne : 20 : (3 essais Manchot 6ème, 13ème ; Durruty 73ème ; 1 pénalité et 1 transformation Durruty).
Trois cartons jaunes : HEGUY, JAUREGUIBERRY, ALVES

Ecrit par Matthieu Codron


Recherche

Nous suivre

Vous pouvez nous suivre sur les différents réseaux sociaux ci-dessous!


Newsletter!

Recevez directement le nouvelles actualités de Bordeaux Gazette.

Sur le même sujet

Bordeaux Gazette Annuaire

Petites Annonces Bordeaux Gironde

Nous suivre sur Facebook

Agenda