Sainte Eulalie

Hommes sauvages et créatures sataniques du Moyen-Âge ...

Au Moyen-âge de nombreux êtres étranges vont venir investir l’imagerie française. L’homme sauvage qui incarne le mal, créature satanique plus animale que l’animal, intercesseur entre le monde des esprits et celui des vivants, apparaît ainsi dans de très nombreuses sculptures.

L’homme à poils ...

Tout à la fois supérieur et inférieur à l’homme civilisé, plus ou moins surnaturel, cet étrange homme dérange les esprits. Dans la littérature médiévale il prend le nom de « velu » en raison de sa très importante pilosité.

Selon certains historiens ces représentations ne font que concrétiser le regard méprisant que portait l’aristocratie sur les paysans, alors que pour d’autres il symboliserait l’introduction du « paganisme de la Renaissance », en tant que réaction contre l’humanisme chrétien médiéval et l’enseignement ecclésiastique de l’homme créé à « l’image de Dieu ».

L’Église Sainte-Eulalie ...

Alors que le mythe de l’homme sauvage, mi-homme mi-animal est assez fréquent dans la culture populaire du Moyen Âge, ce personnage quasi diabolique dont le corps est recouvert de poils, apparaît dans le décor sculpté des cathédrales, églises et châteaux. Ainsi sur l’abside orientale de l’église Sainte-Eulalie, sur le chevet, daté par une inscription de 1476, il occupe la retombée des arcs.

Folklore, carnavals et mascarades ...

A l’exemple de la célèbre mascarade royale, (bal des Ardents - 1393) où en costumes d’hommes sauvages le roi Charles VI dit le « Fou » ou « L’insensé » ainsi que cinq seigneurs désignés, sont brulés ...

L’homme sauvage va devenir une figure incontournable de pas mal de carnavals, notamment en Alsace et au Pays basque. En Languedoc, les Pailhasses de l’Hérault destinées à permettre à la population d’évacuer ses frustrations font peur aux enfants, au carnaval de Périgueux, Pétassou sorte de bon à rien vêtu d’une multitude de guenilles se situe dans la même tradition. Après une parodie de jugement, il est brûlé sur le bûcher afin qu’il retourne dans son monde obscur. À Bergerac il arriva qu’un individu le corps enduit de plumes, (homme sauvage ou Satan ?) se jette dans la Dordogne du haut du pont, le jour de carnaval ...

Ecrit par Dominique Mirassou


Recherche

Nous suivre

Vous pouvez nous suivre sur les différents réseaux sociaux ci-dessous!


Newsletter!

Recevez directement le nouvelles actualités de Bordeaux Gazette.

Bordeaux Gazette Annuaire

Petites Annonces Bordeaux Gironde

Nous suivre sur Facebook

Agenda