Bordeaux

L’aéroport de Bordeaux-Mérignac poursuit sa croissance

Avec 9,3 % de croissance en 2018, l’aéroport de Bordeaux-Mérignac s’impose comme l’un des plus performants en France l’année passée, juste derrière l’aéroport de Nantes et de Lille, et enregistre sa meilleure performance depuis sa création en termes de nombre de passagers. Une hausse du trafic particulièrement importante qui marque la 9e année de croissance consécutive pour l’aéroport, une tendance qui devrait se poursuivre en 2019 et qui laisse craindre des problèmes de stationnement aux périodes de grands départs.

Une forte croissance portée par les compagnies low-cost et l’international

En l’espace de 5 ans, l’aéroport de Bordeaux-Mérignac enregistre une croissance record de 40 %, un phénomène principalement porté par la hausse de la fréquentation des vols internationaux et la multiplication des offres low-costs.

Fortement concurrencées par les lignes ferroviaires à grande vitesse, les lignes nationales, et notamment les liaisons vers Paris, ont vu leur croissance se ralentir en 2018. Un phénomène qui n’empêche pas l’aéroport d’afficher des résultats très positifs et encourageants à l’international, qui progresse de 21,2 %.

Au cœur de l’été 2018, ce sont pas moins de 99 destinations directes, dont 27 inédites, qui étaient disponibles depuis l’aéroport bordelais, un record. Un développement de l’offre principalement porté vers l’international qui représente 80 % des nouvelles lignes.

Le développement des destinations intervient en conjonction avec le développement des compagnies aériennes low-costs comme Easyjet, Volotea ou encore Wizz Air, lesquelles sont opèrent une grande majorité de ces nouvelles lignes.

Une croissance qui devrait se poursuivre en 2019

Avec l’arrivée de nouvelles compagnies low-costs et notamment la création d’une nouvelle base Ryanair à l’aéroport de Bordeaux, l’année 2019 s’annonce également très positive, et une poursuite de la hausse de la fréquentation est attendue. Pour l’été prochain, 11 nouvelles lignes ont déjà été ouvertes.

Avec la création de la nouvelle base de Ryanair, ce sont 24 lignes qui devraient voir le jour, dont 16 inédites. De son côté, Easyjet poursuit ses efforts et compte créer 4 nouvelles destinations en juin 2019.

Si cette croissance est effectivement portée par l’international et le développement des compagnies low-cost, c’est donc naturellement que le trafic de passagers en 2019 devrait continuer à la hausse.

En dehors des points positifs évidents pour les usagers ; une plus grande facilité pour voyager à l’étranger à un moindre coût, il est cependant à craindre que les infrastructures de l’aéroport en souffre.

Quelles conséquences pour les infrastructures de l’aéroport ?

L’augmentation de la flotte, la capacité d’accueil des terminaux et le stationnement sont parmi les principaux critères qui laissent craindre quelques problèmes de gestion ou de fluidité dans les prochaines années si la tendance devait se poursuivre.

Le parking à l’aéroport de Bordeaux est déjà en forte demande, et ce, malgré la forte présence d’une offre privée à proximité des terminaux. Aux périodes de forte demande, comme durant les vacances scolaires, il n’est pas rare d’observer une saturation des offres de stationnement de longue durée (pour une semaine ou plus). Avec l’augmentation du nombre de passagers, c’est un constat qui pourrait s’aggraver sans de nouveaux développements.

La croissance de cette année 2018 ne s’est pas manifestée par une augmentation des mouvements d’avions, mais plutôt par une augmentation des taux de remplissage. Toutefois, avec la multiplication des destinations, la baisse du prix du billet moyen et la hausse de la demande, il est très probable qu’une augmentation du nombre de mouvements d’avions arrive prochainement. Ce qui devrait se traduire par une augmentation des flottes qu’il faudra pouvoir accommoder.

Enfin, la capacité d’accueil du Hall Billi (lequel est réservé aux vols low-cost) est estimée à 2,5 millions de voyageurs par an. Une capacité qui pourrait rapidement être atteinte avec l’arrivée de nouvelles compagnies comme Ryanair et entraîner le besoin pour une nouvelle aérogare ou la réorganisation des terminaux pour gérer le flux de voyageurs.

Toutefois, rassurez-vous, il y a de la lumière au bout du tunnel, puisque l’aéroport a récemment annoncé son projet d’investir une somme de 140 millions d’euros sur les 5 prochaines années.

Ecrit par La rédaction


Recherche

Nous suivre

Vous pouvez nous suivre sur les différents réseaux sociaux ci-dessous!


Newsletter!

Recevez directement le nouvelles actualités de Bordeaux Gazette.

Petites Annonces Bordeaux Gironde

Nous suivre sur Facebook

Agenda