L’épidémie s’aggrave dans le monde

La situation est assez stable en Europe mais la situation dans le reste du monde reste très hétérogène avec des pays qui veulent déconfiner avant d’avoir atteint le pic infectieux.

Il n’y a jamais eu autant de cas dans le monde qu’à l’heure actuelle ( 7 517 427 cas et le chiffre s’incrémente régulièrement ) et on est sur une hypothèse qui pourrait voir réapparaître le virus car on sait aujourd’hui qu’il a circulé avant qu’il ne soit identifié peut être depuis la fin de l’été dernier. Pour l’OMS si la situation s’améliore en Europe la situation s’aggrave au Brésil, au Pérou, en Iran, en Inde qui subit une vague de cas graves avec 50.000 personnes infectées par jour. Au Etats-Unis New-York affiche aussi 20 000 nouveaux cas par jour. La question c’est qu’on ne sait pas exactement quel est le facteur prépondérant entraînant la baisse de la présence du virus et le rôle exact du déconfinement surtout si on n’a pas franchi le pic de contamination. Si le virus recircule, ce sera vraisemblablement par le truchement des jeunes comme l’avance Martin Blachier. En ce qui concerne l’Afrique ce sont les pays qui possèdent de grandes mégalopoles qui sont les plus touchés et ceux qui ont des densités au kilomètre carré faibles sont assez peu touchés d’autant que les populations sont des populations jeunes (les jeunes montrant moins de prise au virus). Un des facteurs qui a montré notre fragilité en Europe et en France en particulier, c’est l’importance de la "casse" chez les personnes âgées dans nos civilisations européennes vieillissantes.

Le port du masque obligatoire donne des résultats en Australie

On ne peut pas lutter contre une épidémie si on ne sait pas qui est infecté et c’est ce qui s’est passé au démarrage de la pandémie car on ne savait pas qui était porteur. Seuls des tests massifs donneraient un chiffre exact comme à Wuhan où sur dix millions d’habitants testés sur un mois trois cents porteurs asymptomatiques ont été identifiés récemment. La seule réponse dans ce cas d’ignorance est le confinement pour casser la courbe épidémique et c’est seulement une fois cassée que l’on peut envisager de déconfiner sinon on court à la catastrophe. On regarde avec étonnement la situation de l’Australie qui est peu affectée (7 289 cas - plus 4 cas en 5 jours) mais il faut savoir que le port du masque y est obligatoire et que l’infraction d’absence de port, vaut une amende de 2 000 euros. Il faut a tout pris éviter le relâchement car le virus est là et il circule à bas bruit, si on veut rester dans une phase positive il faut rester très vigilant tout en sachant qu’automatiquement le déconfinement se fera presque spontanément car la population ne peut pas vivre longuement confinée d’autant que les problèmes économiques deviennent prépondérants. Ce que l’on constate à l’heure actuelle, c’est que le virus se propage en gagnant l’hémisphère Sud qui rentre en hiver, d’où certains pensent qu’il pourrait revenir à l’Automne prochain. De toute manière, on ne savait pas grand chose sur ce virus et on en apprend encore tous les jours. Pour l’instant on reste démuni en terme de médicaments et de vaccin. Il va falloir s’habituer à vivre avec et se montrer très prudent, sans pour autant s’empêcher de vivre tout en respectant les gestes barrières.

Ecrit par Bernard Lamarque

Co-fondateur et rédacteur en chef de Bordeaux Gazette


Recherche

Nous suivre

Vous pouvez nous suivre sur les différents réseaux sociaux ci-dessous!


Newsletter!

Recevez directement le nouvelles actualités de Bordeaux Gazette.

Sur le même sujet


Bordeaux Gazette Annuaire

Et si je vous racontais...

Chapitres : 1 - 2 - 3
Vendanges et Immortalité

Chapitres : 1 - 2 - 3 - 4
Voyage, Voyage !

Chapitres : 1 - 2 - 3
Mecarecit 2035

Chapitres : 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7
Bienvenue à Sainte Gueille

Chapitres : 1 - 2 - 3
On ne refait pas l’histoire

Nous suivre sur Facebook

Agenda