Bordeaux

Le Grand Prix de l’Académie Montesquieu remis à Catherine Larrère

On ne peut que regretter le télescopage de la remise de ce prix avec l’inauguration des journées de la presse qui a complètement siphonné la présence de public alors que suivre le propos de Catherine Larrère était fort intéressant en bonne propagandiste de Montesquieu qu’elle est.



Agrégée de philosophie et spécialiste de Montesquieu Catherine Larrère s’est vue remettre ce prix pour l’ensemble de son travail depuis de très nombreuses années sur le philosophe girondin dont la statue orne le côté Nord de la place des Quinconces, la statue de Montaigne en ornant le côté Sud. La pensée du philosophe a profondément influencé le siècle des lumières allant jusqu’à déboucher sur le plan pratique à fournir les bases aussi bien de la constitution française que celle des Etats Unis en s’appuyant sur sa pensée. Principes mis en lumière par le philosophe, qui aujourd’hui sont battus en brèche par les pays totalitaires mais qui sont le fondement de sociétés vivants en paix les unes avec les autres. A travers ce propos Catherine Larrère a voulu saluer tous ceux qui ont de près ou de plus ou moins loin se sont intéressés à l’œuvre de Montesquieu dont le regretté Jean Ehrard, doyen d’Université, décédé au cours de cette année qui avait fondé la société Montesquieu et c’était particulièrement intéressé à l’apport de Montesquieu dans l’abolition de l’esclavage car l’actualité de Montesquieu reste très présente dans l’essence de notre vie actuelle même si nous n’en avons pas conscience. Elle a aussi rendu hommage à Denis Salas avec ses très nombreuses contributions publiées dans le journal Le Monde sur le service de l’Etat qui pour Montesquieu repose sur la vertu politique c’est à dire la mission de service public au détriment des intérêts particuliers.

Catherine Larrere

Ce long discours de l’intervenante dont il est difficile de restituer la totalité des éléments a souligné qu’il faut relever que d’après la thèse de Durkheim Montesquieu serait le fondateur de la sociologie en reprenant une remarque d’Auguste Comte et Catherine Larrère de citer Durkheim "Montesquieu aurait abandonné le point de vue du législateur normatif et constructiviste - ou volontariste, philosophe politique depuis Platon, il serait passé du côté de la science du côté de ce qui est cette science nouvelle qu’est la sociologie". L’ensemble du propos est resté très technique entre pour Montesquieu : le bien fondé de la Monarchie et de la République ayant un penchant pour la Monarchie constitutionnelle telle que fondée en Angleterre a son époque et qui a fort peu évolué depuis. Pour clore son propos très intéressant elle a cité que Montesquieu en terme économique avait été influencé par Adam Smith, philosophe et économiste écossais ainsi qu’une des principales figures des Lumières écossaises. Il est l’auteur de deux ouvrages classiques, "Théorie des sentiments moraux" et "Recherches sur la nature et les causes de la richesse des nations", respectivement publiés en 1759 et 1776. Il reste dans l’histoire comme l’un des pères des sciences économiques modernes. Il était professeur de philosophie morale à l’université de Glasgow. Si on peut le formuler ainsi la conférencière a montré combien l’œuvre de Montesquieu dans son propos reste contemporaine et actuelle dans ce monde turbulent qu’on observe chaque jour.

Ecrit par Bernard Lamarque

Co-fondateur de Bordeaux Gazette


Recherche

Nous suivre

Vous pouvez nous suivre sur les différents réseaux sociaux ci-dessous!


Newsletter!

Recevez directement le nouvelles actualités de Bordeaux Gazette.

Bordeaux Gazette Annuaire

Et si je vous racontais...

Chapitres : 1 - 2 - 3 - 4 - 5
Jeanne et Gédéon

Chapitres : 1 - 2 - 3 - 4 - 5
On ne sait jamais de qui l’on peut avoir besoin

Chapitres : 1 - 2 - 3 - 4
Et cum animo

Chapitres : 1 - 2 - 3
Une Vie de Chat

Chapitres : 1 - 2 - 3
Les Danseurs

Nous suivre sur Facebook

Agenda