Hasnaã MasterChef frôle la catastrophe en 3ème semaine et nous donne son vécu

La première semaine avait très bien commencé avec 2 coups de cœur et les félicitations du jury, mais depuis Hasnaâ enchaîne les tests sous pression, elle en est à quatre. Jusqu’à présent elle s’en est sortie comme celui face à Thomas ou c’était quitte ou double et elle a encore fait partie de l’équipe perdante face aux 5 Bocuses d’or qui les notaient. Il lui a donc fallu affronter ses camarades d’équipe sur l’artichaut revisité par Jean-Luc Cabanel et elle s’en est encore sortie mais elle a pris un avertissement. Ouf, mais quelle troisième semaine à l’atelier !

Retour vers le futur !
Voilà près de soixante ans que cette machine existe et je la sous-estimais énormément : Il s’agit de ce maudit micro-ondes, qui me servait uniquement à réchauffer le lait le matin. Ce petit électroménager qui s’utilise aussi pour cuisiner, devient l’élément principal d’une nouvelle boite mystère ! Mais pourquoi n’y avais-je pas pensé plus tôt ?
En cette première matinée d’épreuve, je me suis retrouvée face à une petite machine qui ressemblait à s’y méprendre à une petite télé. Et surprise de taille, on m’a demandé de sortir de cette petite boite électronique, un plat esthétique et bon en une heure

Hasnaã et le pont de pierres
photo Bordeaux Gazette - Bernard Lamarque

Ma première hantise depuis le début de cette semaine était de ne pas servir une fois de plus, une recette inspirée de mes origines, et de sortir des fondamentaux que je connaissais pour épater les chefs avec de la cuisine purement française ou occidentale. Et cela afin d’éviter d’entendre la remarque qui avait été servie à Ilham la saison passée. Bref, prendre des risques (même si cela ne me ressemble pas trop), mais cette idée a été ma première erreur. Ce n’était ni l’épreuve, ni le moment pour se lancer dans une improvisation créative ! La seconde erreur a été de choisir plusieurs ingrédients nécessitant autant de cuissons à différentes puissances. La troisième erreur qui m’a conduit tout droit en sous pression était totalement indépendante de ma volonté : c’est un détail technique difficile à anticiper, mais nous étions 15 candidats avec chacun son propre four à micro-ondes qui bippait constamment à intervalles réguliers !!! Cela m’a fortement déconcentré, m’empêchant d’être attentive pour surveiller les différents temps de cuisson de mes aliments.
Résultat : Alors que j’espérais proposer un plat simple et réussi, j’ai tout raté ! Asperges pas suffisamment cuites, donc velouté raté. Cabillaud beaucoup trop cuit donc transformé en charpie, courgette pas cuite et gambas crue. Que dire de plus sur ce ratage intégral, si ce n’est qu’une fois l’épreuve passée, j’avais envie que ce micro-onde se transforme en machine à remonter le temps pour que je puisse réparer mes erreurs et éviter la fameuse sous-pression qui me tendait amoureusement ses bras. Mais ce beau miracle n’a pas eu lieu... Pour la seconde épreuve, je me suis retrouvé sur la chaise à observer les autres candidats se débattre sur le dressage d’un dessert. Et c’est la réalisation de Pierre qui, pour la deuxième fois de la semaine a été choisie comme coup de cœur. Je dois d’ailleurs vous avouer que suite à l’épreuve, j’ai eu la chance de goûter sa recette au micro-onde, et elle était tout à fait magnifique. C’est donc finalement face à Thomas, un des candidats les plus drôle de cette saison, que je me suis retrouvée en sous-pression.

Entre Terre et Mer.
Blanquette de veau et poisson... L’énoncé semblait plutôt simple, et je pense que sans le stress cela aurait pu être tout aussi facile à réaliser ! Mais si on ajoute à cela l’énooorme surprise de devoir échanger nos plateaux de produits de la mer, ce n’est soudain plus la même histoire ! Après avoir choisi uniquement des Noix de Saint-Jacques, je me retrouve avec le plateau de Thomas composé de Gambas, St-Jacques, Algues, œufs de saumon... What Else ? Malgré cela, mon assiette avait du goût, car le jus était “à tomber” mais selon Monsieur Camdeborde, celle-ci manquait cruellement de garniture. Même si j’avais tout de même utilisé les feuilles de céleri et l’oignon pour faire une petite salade qui accompagnait les gambas, et quelques champignons boutons poêlés, je pense que le Chef avait un peu raison... Cette assiette m’a malgré tout donné l’avantage sur Thomas, et permis de continuer l’aventure mais... sans grande fierté. J’ai ressenti une étrange sensation en me retrouvant dans cette première épreuve sous-pression en face à face car c’était lui ou moi... Et l’éliminer m’a fait ressentir un grand sentiment de culpabilité et de déception car je commençais vraiment à bien sympathiser avec tous les candidats et notamment Thomas.

Hasnaâ MasterChef et François Adamski du Gabriel Bocuse d’Or 2001
photo Bordeaux Gazette - Bernard Lamarque

J’avais découvert en lui une grande sensibilité et c’était une personne avec qui j’aurais vraiment aimé partager plus d’épreuves ! Je lui souhaite toute la réussite qu’il mérite, car c’est vraiment quelqu’un d’extraordinaire !

Comme un ouragan en cuisine.
Bienvenue à Monaco, dans les cuisines professionnelles d’un grand Palace et chez un très grand cuisinier, le Chef Philippe Joannes.
Il nous a ouvert les portes de ses cuisines et du Fairmont ! Tous les candidats ont pu trouver une lettre dans leur chambre d’hôtel pour leur souhaiter bon courage. Un geste adorable de la part d’une telle personnalité ! Je partageais ma chambre avec Julie, la fille la plus déjantée de l’aventure, et j’en étais très contente ! D’ailleurs, elle a fait preuve d’une malice incroyable en allant visiter le restaurant du Palace la veille de l’épreuve, histoire d’avoir une idée de la carte et des inspirations du Chef. Mieux, elle a même subtilisé la carte et nous l’a ramené dans la chambre afin que nous, l’équipe des filles commencions à tout décortiquer et à imaginer les assiettes... La fatigue du voyage a eu raison de notre petite réunion secrète qui s’est achevée tardivement dans la nuit.
Le lendemain, en arrivant sur le lieu de l’épreuve, nous nous sommes aperçu qu’il ne s’agissait pas du même restaurant que celui dans lequel Julie avait subtilisé la carte !!! Tout ce que l’on avait fait, n’avait servi strictement à rien. Après quelques minutes pour nous familiariser avec les cuisines, l’épreuve est lancée. Je me suis retrouvée au poste “poisson" à devoir nettoyer un poisson spécial, dont la tête ne me plaisait pas beaucoup... Je n’en avais pas qu’un seul à nettoyer, mais plusieurs ! Et j’ignorais que ce fameux poisson avait des défenses encore actives après sa mort, des épines vénéneuses qui ont transformé mes doigts en saucissons douloureux, ce qui était handicapant pour la suite de l’aventure ! Heureusement, une fois les plats dressés un des chefs m’a conseillé d’utiliser de l’eau de Javel dans de l’eau chaude pour annuler les effets du poison. Et alors que j’admirais l’état de mes doigts en attendant la dégustation du jury, j’ai été témoin d’une situation inédite : Une charmante femme au visage familier passait devant moi en m’adressant un joli sourire. Il s’agissait de la princesse Caroline ! Magique. Au moment de la dégustation, nous étions toutes souriantes en allant présenter nos plats aux Bocuses d’Or, car nous étions pleines d’espoir et satisfaites de notre travail... Mais cela n’a pas suffit pour remporter l’épreuve. Dommage. Le comble de la déception pour moi a été lors de l’annonce des résultats : la récompense accordée aux garçons m’a complètement fait craqué !!! Ils ont eu la chance d’aller visiter le laboratoire du célèbre Chocolatier Patrick Roger, ce qui représente un rêve pour moi ! Carole me voyant en larmes m’a demandé pourquoi je pleurais, et j’ai dû lui avouer que j’avais vraiment envie d’être à la place des garçons... Ces derniers ont été adorables avec moi : Ils ont eu la gentillesse de me ramener le livre dédicacé de l’artiste !

L’artichaut, c’est le bouquet !

Le plat de Jean-Luc Cabanel et le plat d’Hasnaâ
Image TF1

Pour l’épreuve sous-pression par équipe, nous avons vu un chef unique en son genre arriver avec une assiette dont je suis tombée follement amoureuse, tellement je l’ai trouvé belle. Mais la recette était aussi spéciale que son créateur ! J’ai essayé de respecter au mieux son esprit, ce qui m’a permis de conserver ma place dans MasterChef et d’intégrer le TOP13, mais nous avons perdu Sabine, une jeune maman très attachante. C’est ainsi que s’est achevée une semaine plutôt difficile et riche en rebondissements, mais encore une fois, ce n’est que le début...

Rendez-vous Jeudi soir sur TF1 à 20h 50 pour des épreuves tout aussi inédites et relevées !
Hasnaã Ferreira

Le blog culinaire d’Hasnaã

Ecrit par Bernard Lamarque

Co-fondateur et rédacteur en chef de Bordeaux Gazette


Recherche

Nous suivre

Vous pouvez nous suivre sur les différents réseaux sociaux ci-dessous!


Newsletter!

Recevez directement le nouvelles actualités de Bordeaux Gazette.

Bordeaux Gazette Annuaire

Et si je vous racontais...

Chapitres : 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7
Bienvenue à Sainte Gueille

Chapitres : 1 - 2 - 3
On ne refait pas l’histoire

Chapitres : 1 - 2 - 3
Un monde meilleur

Chapitres : 1 - 2 - 3
Comme une plume

Chapitres : 1 - 2 - 3 - 4
Le Génie du Sculpteur

Nous suivre sur Facebook

Agenda