Saint Emilion

A la découverte des châteaux familiaux #2 : Vignoble Mouty : pétillantes générations.

A Sainte-Terre, non loin de Libourne, la famille Mouty cultive ses terres et son histoire depuis quatre générations. Rencontre avec les détenteurs d’un héritage plein de saveurs.

C’est en 1923 que débute l’histoire des vignobles Mouty. Donat Mouty, auvergnat d’origine, tient pour l’heure une épicerie dans le libournais. La légende familiale raconte qu’un client, endetté auprès du commerçant, aurait payé son ardoise avec une vigne. Depuis lors, le château du Barry accueille la famille Mouty jusqu’à Sabine et Bertrand, les arrières-petits-enfants. En levant les yeux vers le portrait de son aïeul accroché dans son bureau, Bertrand Mouty détaille l’histoire familiale. « L’arrière-grand-père s’est dit que plutôt qu’acheter du vin pour son commerce, il allait le faire lui-même. Notre grand-père de son coté, a commencé un peu de vente en directe. Puis mes parents ont repris en 1973. » Si le château du Barry reste le premier exploité par l’arrière-grand-père, un deuxième Saint-Emilion grand cru vient rapidement enrichir le domaine : le château Tour Renaissance. D’un terroir différent, il entretient plus de puissance et de complexité que le premier, plus léger. Terroirs argilo-graveleux ou bien sable, aux deux Saint-Emilion, cœur d’histoire et de gamme du domaine Mouty, viennent s’ajouter un large éventail en Bordeaux et deux Pomerol : château Grand Beauséjour et Saint-André.
La cave de Sainte-Terre et ses fûts de chêne
 En Bordeaux, nous proposons essentiellement le château Rambaud qui est le plus important. Sur ce vignoble on fait la cuvée Extrait de Rambaud qui est la sélection des meilleurs merlots. Chaque année, nous choisissons deux ou trois parcelles : le plus mur, le plus homogène, le plus propre et on le vinifie à part avec un élevage d’un an en barrique française ou en chêne américain. C’est un Bordeaux assez haut de gamme mais avec un prix raisonnable que l’on propose depuis 2005 et qui est notre plus grosse vente actuellement. » détaille Bertrand.
Embouteillage au domaine
Aux Bordeaux (Extrait de Rambaud, château Rambaud, domaine des Grands Ormes et Météorite la nouvelle cuvée malbec sans sulfite et élevée en barrique) ; s’ajoutent un rosé élaboré comme un blanc (« R » de Rambaud), haut de gamme, et deux blancs développés par Bertrand. « On a voulu rendre hommage au Bourgogne en terres bordelaises. Sur un très beau terroir calcaire on a développé « S » de Rambaud avec un esprit Entre-Deux-Mers avec du Sauvignon blanc et gris et le Chardonnay est lui vinifié et élevé en fûts, en amphore et en œuf. » explique-t-il.
Avec la volonté de parfaire cette cuvée proposée depuis 2013, Bertrand expérimente, teste, s’enrichit des retours clients. « Je voulais faire quelque chose de moins boisé, essayer de nouveaux contenants en étant attentif à ce qui se fait de nouveau avec l’œuf mais aussi d’ancien pour l’amphore. L’idée est de faire un comparatif entre l’œuf en grés de 950L et l’amphore en terre cuite de 780L. C’est un essai, un 2019 est dedans. » détaille-t-il.

L’oeuf en grès : une expérience

Curiosité, expérimentations mais aussi prioriser l’aspect santé et la protection de l’environnement tout en mettant en valeur un terroir déjà établi, c’est ce que Bertrand et sa sœur Sabine apportent au domaine familial. « J’ai toujours été passionné par le produit, sa culture et sa complexité mais plus jeune, je suis parti dans des études d’ingénieur du son et j’avais laissé un peu tout cela de côté tout en y pensant toujours car c’est un domaine familial. A 22 ans la région me manquait et je suis redescendu de Paris. Entre temps ma sœur Sabine s’était associée à mes parents. J’ai repris des études dans le vin et j’ai fait des stages en alternance partout dans la région et jusqu’en Afrique du Sud. » Faire ses armes, rien de plus formateur pour Bertrand, artiste dans l’âme. Il monte une société de négoce avec deux copains et commercialise un cocktail à base de vin. Ses parents lui proposent de s’associer en 2008, c’est alors qu’il ramène son côté créatif dans ses bagages. Gestion de la gamme, marketing, commerce, création d’un Chardonnay 100% Nouvelle-Terre vinifié comme un Bourgogne, cuvée Météorite, identité… Il entretient une autre manière de parler du produit et amorce un nouveau challenge : l’ensemble des vignobles sont passés en bio depuis 2018.

Elevage en amphore

Pour mutualiser la vie autour des quelques 55 hectares, c’est tout naturellement que la maison familiale est devenue le centre névralgique du domaine. « Les bureaux ont été aménagés dans la continuité de notre habitation, tout communique. Nous devons vinifier sur chaque zone d’appellation, il y a donc un chai pour les Bordeaux, un chai pour Pomerol et un chai pour Saint-Emilion et quand les vins sont mis en bouteille ils sont rapatriés ici. » et outre les 2 à 300 000 bouteilles qui dorment autour d’eux chaque année, c’est une équipe fidèle d’une douzaine de personne qui gravite autour d’eux. « Richard notre maître de chais est là depuis trente ans, Olivier son second et Mickael le chef de culture ont fait leur apprentissage ici et ne sont jamais partis ! » détaille Bertrand. Si l’ouverture sur le monde propre aux domaines familiaux est consommée tant dans les parcours de ses membres que dans l’accueil de stagiaires (brésiliens..) la famille Mouty a choisi de resserrer les rangs. « Avant on poussait les enfants à faire des études pour ne pas rester dans la propriété. Il y a plusieurs métiers en un, c’est difficile il faut s’investir. Il faut que ce soit un choix, on leur a laissé faire le leur. » confie Françoise. Sabine, tout comme Bertrand, n’y avait pas pensé au premier abord. Elle qui voulait être commissaire-priseur fera finalement un BTS de gestion.
Au vignoble, maison familiale et bureaux communiquent
Complémentaire avec la partie créative qu’endosse Bertrand, Sabine est vitrine du domaine auprès des clients et porte le développement œnotouristique du domaine. « Nous avons créé quatre gîtes dans la propriété de Sainte-Terre : trois maisons, deux d’une capacité de huit personnes et une grande villa en pierre plus haut de gamme pour douze et un petit duplex de quatre. Nous lions ça avec des visites dans les vignes, des dégustations commentées… » Les touristes hébergés dans les gîtes du domaine sous le label « bienvenue à la ferme » sont divers : étrangers ou français, connaisseurs ou néophytes, ce qu’ils ont en commun : l’amour du produit. Sabine confirme volontiers être « la première contente de travailler en famille ». « On est tous complémentaires, ça donne une énergie, une émulation. On partage nos valeurs et les clients sont contents de nous connaître, notre histoire parle aux gens ! » Toujours ravis de conter l’histoire de leur domaine, c’est en 2023 que le vignoble fêtera son centenaire. «  C’est un évènement familial mais nous le fêterons avec les clients. » poursuit-elle.

La gamme du vignoble Mouty

En attendant, un nouveau volet de l’histoire familiale est en train de s’écrire avec l’acquisition d’un nouveau gite à Saint-Emilion. « On a signé il y a une semaine ! C’est un emplacement exceptionnel, niché en contrebas de la muraille. Les travaux débuteront à l’automne ! » se félicite la représentante de la quatrième génération. Et quand on demande si des cinq enfants de 2 à 20 ans certains pérenniseront familial, Bertrand sourit « Raphaël est trop petit… » et se tourne vers Sabine « j’ai un fils de 18 ans qui fait un BTS dans le commerce du vin, il aime la partie chai, son premier choix est d’aller vers les vignes mais le plus petit de 14 ans est motivé pour la gestion. ». Si le frère et la sœur comptent bien laisser la liberté de choix à la cinquième génération, l’histoire a montré plus d’une fois, que les chemins empruntés par les membres de la famille Mouty rejoignaient toujours les chemins viticoles de Sainte-Terre.

Informations supplémentaires :
19 route de Merlande, Sainte-Terre.
Téléphone : 05.57.84.55.88.
https://www.vignobles-mouty.com/fr/

Ecrit par Sabine Taverdet


Recherche

Nous suivre

Vous pouvez nous suivre sur les différents réseaux sociaux ci-dessous!


Newsletter!

Recevez directement le nouvelles actualités de Bordeaux Gazette.

Bordeaux Gazette Annuaire

Et si je vous racontais...

Chapitres : 1
Voyage, Voyage !

Chapitres : 1 - 2 - 3
Mecarecit 2035

Chapitres : 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7
Bienvenue à Sainte Gueille

Chapitres : 1 - 2 - 3
On ne refait pas l’histoire

Chapitres : 1 - 2 - 3
Un monde meilleur

Nous suivre sur Facebook

Agenda