Bordeaux

« Deux petites dames vers le Nord » une traversée de la France plutôt agitée.

Au théâtre La Lucarne, la compagnie l’œil présente cette création originale de Pierre Notte. La pièce nous conte l’histoire de deux sœurs qui ont la soixantaine et dont la mort de leur mère va transformer la vie.

La nouvelle est d’abord perçue dans l’effroi, elles sont comme deux petites filles perdues. Ensuite, c’est le maigre soulagement de voir la fin de la contrainte journalière de visiter la maman dans sa maison de retraite, mais c’est aussi le regret de ne pas avoir été là, ce jour précis, où la mort est arrivée. C’est alors que l’une d’elles se sent une envie de liberté, elle veut partir vers le Nord, mais c’est le nom peu exotique d’Amiens qui lui vient à l’esprit. L’inconscient a parlé, c’est là que se trouve la tombe de leur père qui y repose depuis 25 ans. Un père qui a souvent brillé par son absence. Brusquement, elles trouvent indispensable de le « prévenir ». Le problème, c’est que l’endroit précis de la tombe, elles l’ont oublié. Deux femmes sur scène dans un décor minimaliste qui par la magie de la mise en scène nous font parcourir le pays à la recherche du père, avec une mère en cendre, dans un pot à biscuit. C’est un road trip que vont engager les deux sœurs à travers la France et qui va les entraîner dans des situations parfois tout à fait incongrues. Elles vivent ce voyage très intense dans l’allégresse. Elles vont faire les pires bêtises. Leur vie passée n’est pas évoquée, comme si elles étaient passées directement de l’enfance à ce moment crucial de leur vie.

Deux sœurs qui s’adorent possédant chacune une manière bien particulière de fuir les problèmes que je vous laisse découvrir. Dans les relations fraternelles, l’enfance ne finit jamais. Parfois pathétiques, souvent drôles, toujours émouvantes, le spectateur suit ces femmes avec fascination. Un texte splendidement écrit par Pierre Notte (nommé à cinq reprises aux Molières dans la catégorie auteur, et en 2009 pour cette pièce). Il a su évoquer deux sœurs proches, mais aux caractères et aux sensibilités différentes qui traversent un épisode difficile de leur existence. La mise en scène est assurée par Cyrille Atlan qui avec peu de décors sait avec subtilité et efficacité nous transporter d’un lieu à un autre, grâce aux changements d’ambiance, de lumière, de son et de musique. Une belle inventivité qui nous promène à travers le pays d’une morgue à une boite de nuit jusqu’à un cimetière avec fluidité. En passant par la case...mais je n’en dirai pas plus. Bel espace sonore assuré par Samantha Maurin et musique par Samuel Desré. Les deux actrices Paule Atlan et Christiane Robert nous arrachent le rire et les pleurs, elles nous offrent un grand moment de théâtre.
Il vous reste reste quatre dates pour profiter de ce spectacle :
Mercredi 11 décembre à 20 h
Jeudi 12 décembre à 20 h
Vendredi 13 décembre à 20 h
Samedi 14 décembre à 19 h
« La Lucarne »
Rue Beyssac
Bordeaux.
Théâtre la Lucarne


Recherche

Nous suivre

Vous pouvez nous suivre sur les différents réseaux sociaux ci-dessous!


Newsletter!

Recevez directement le nouvelles actualités de Bordeaux Gazette.

Bordeaux Gazette Annuaire

Petites Annonces Bordeaux Gironde

Nous suivre sur Facebook

Agenda