Bordeaux

L’UBB sécurise le bonus offensif à l’ultime minute

Si on regarde le score l’UBB a marqué autant de points en seconde mi-temps qu’en première à la différence des visiteurs qui n’en ont réussi seulement que six en première et au bout du compte large victoire 44 à 6.

C’est sous un soleil presque printanier que la partie s’est engagée sauf que la température n’y était pas mais les conditions étaient excellentes. Les visiteurs n’ont pas vu un ballon pendant les quinze première minutes soit le temps d’encaisser seize points et d’en marquer trois lors de leur première incursion dans le camp bordelo-béglais. Il faut dire que c’est grâce à un Botica totalement retrouvé faisant oublier son ratage de Clermont que le score en est arrivé là. En conférence de presse Urios a fait remarquer que personne durant la semaine n’avait fait allusion à ce ratage sachant que le joueur était face à lui même et qu’avant le match, il n’avait pas été question de le soulager de ce rôle de butteur lui permettant de se retrouver pleinement. Il faut là encore souligner la finesse du "management" d’Urios qui a précisé : "si on le met en doute dans son rôle, il est perdu pour le club". Un joueur de la trempe de Botica sait se reprendre sans qu’on lui en fasse la remarque, il en a même peut être un peu trop fait au pied mais il voulait tellement se racheter qu’on ne peut lui en tenir grès car à lui seul il va réaliser plus de la moitié du score soit vingt sept points.

Cyril Cazeaux auteur du premier essai

Même si le score est ample, le match a été peut être moins facile qu’il ne pourrait y paraître car pour le manager c’est simplement un bon match de reprise et non un match de référence. Après la semaine de vacances où tout le monde s’est un peu éparpillé, il a fallu se remettre dans le rythme et rapidement car il y a encore le déplacement à Brive qui attend. Même après le premier essai en force de Cazeaux, si on a pensé un moment que l’affaire serait vite pliée, il a fallu se détromper et ce n’est qu’autour de la botte de Botica, dans ce cas là le bien nommé, que le match s’est construit avec quatre pénalités et une transformation réussies en 22 minutes portant déjà son actif à onze points. Guy Arias du Stade Français c’est exprimé en ces termes apès le match en reconnaissant avoir été battu "par une belle équipe de Bordeaux, même si elle n’a pas fait un grand match aujourd’hui". Ce jugement n’est pas négligeable car cela veut dire que privé de ses internationaux, elle reste une "belle équipe" dont la prestation a satisfait son manager qui avec la lucidité qui le caractérise a apprécié l’état d’esprit du groupe tout en reconnaissant qu’il avait affronté une équipe diminuée.

Ben Lam dépose le ballon en but

Si Botica a été le poison de la première mi-temps pour les parisiens, Lam s’est employé a pourrir la deuxième mi-temps du Stade Français. Ben Lam est de plus en plus efficace dans ce groupe et si le ballon n’arrive pas à lui, il ne se gêne pas pour aller le chercher voire le récupérer à son profit et c’est ainsi qu’il a non seulement marqué son essai après un tout droit le long de la touche où il s’est montré inarrêtable, il en a offert un a Botica et il aurait pu en marquer un autre si l’arrière parisien n’avait pas envoyé au pied le ballon au delà des limites du terrain pour concéder une mêlée à cinq mètres. Certes ce n’est pas Radradra mais beaucoup aimeraient le voir au centre, Urios ne partage pas tout à fait ce sentiment car il trouve que c’est un vrai excellent ailier dans la tradition des "blacks". Après tout, les événements pourraient ouvrir cette opportunité si au centre l’UBB était dégarnie avec un Uberti surement indisponible pour le prochain match et un Delgui touché. En défense aussi le néozélandais est très présent et ce n’est pas qu’une arme offensive avec sa vitesse et sa puissance.

Groupé pénétrant avec Maynadier ballon en mains

C’est donc durant la seconde période que les locaux sont allés chercher ce bonus offensif en marquant deux essais supplémentaires tout d’abord mais les visiteurs ont bien tenté de faire échec à la réalité du bonus offensif après la réalisation de Lam. Les locaux vont passer de chaudes minutes à la 65ème et il s’en est fallu de peu que les visiteurs ne réussissent à la 66ème minute mais la défense bordelo-béglaise sur son terrain a su faire face en montrant une grande détermination défensive. Passez cet orage les locaux vont tout faire pour essayer de sécuriser ce bonus difficilement gagné car l’adversaire défend bien sa ligne mais une nouvelle fois les parisiens vont craquer et c’est Buros qui va conclure. Pour la transformation face aux poteaux Botica va céder la place à Amosa qui quitte le club pour rejoindre immédiatement l’Aviron Bayonnais. Ce dernier va réussir son coup de pied pour ajouter deux points au score de l’UBB. Maintenant rendez-vous à Brive qui a perdu sa confrontation face à Bayonne et qui va vouloir récupérer des points en recevant l’UBB qui pointe maintenant à la quatrième place du Top 14 avec 9 points d’avance sur Lyon et le Stade Français respectivement sept et huitième du classement.

Botica sait aussi distribuer le jeu

Union Bordeaux Bègles : 44 (4 essais Cazeaux 9ème, Botica 50ème,Lam 55ème, Buros 80ème ; 6 pénalités Botica 7ème, 11ème, 14ème, 22ème, 42ème, 43ème ; 3 transformations Botica 9ème, 50ème, Amosa 80min +1)

Stade Français Paris : 6 (2 pénalités Segons 18ème, 26ème)

Ecrit par Bernard Lamarque

Co-fondateur et rédacteur en chef de Bordeaux Gazette


Recherche

Nous suivre

Vous pouvez nous suivre sur les différents réseaux sociaux ci-dessous!


Newsletter!

Recevez directement le nouvelles actualités de Bordeaux Gazette.

Bordeaux Gazette Annuaire

Et si je vous racontais...

Chapitres : 1 - 2 - 3 - 4
Mascarade

Chapitres : 1 - 2 - 3 - 4 - 5
Cordélia et son fantôme

Chapitres : 1 - 2 - 3 - 4
Brunissande et Esclarmonde

Chapitres : 1 - 2 - 3 - 4
Vendanges et Immortalité

Chapitres : 1 - 2 - 3 - 4
Voyage, Voyage !

Nous suivre sur Facebook

Agenda