Bordeaux

La petite statue de la place Picard

Si sur la place Picard la taille de Lady Liberty est modeste il n’en n’est pas de même sur Liberty Island dans la baie de New-York, où elle mesure 92,9 mètres de haut sur son piédestal et pèse 225 tonnes avec sa structure où elle est visitable à l’intérieur.

Elle est devenue l’effigie du nouveau monde et nombreux sont les immigrants qui arrivant par bâteaux dans la baie de New-York, en la voyant réalisaient qu’ils allaient mettre un pied dans un monde libre. Il ne faut pas oublier que cette statue est un cadeau fait par la Fance aux Etats-Unis. L’idée est née en France en 1865, profondément choquée par l’assassinat du président Lincoln et particulièrement les républicains qui avaient imaginé frapper une médaille en or mais sous le Second Empire le projet avait paru séditieux et la censure l’avait donc interdit. Il y avait de la frustration et particulièrement chez René Lefebvre de Laboulaye, professeur au collège de France qui avait réuni autour de lui un cénacle républicain et Franc-maçon. Dès 1875 ce dernier, président du Comité de l’union Franco-américaine, lance une souscription pour l’érection de la statue de la Liberté pour le centième anniversaire du Jour de l’Indépendance, donc pour le 4 juillet 1876. Lefebvre de Labouley avait fait sculpté son buste par un jeune artiste alsacien Frédéric Auguste Bartholdi qui entendant parler du projet car il a un goût prononcé pour les œuvres gigantesques, du style du Colosse de Saint Charles Borromée va s’en inspirer pour son projet de statue de la Liberté. Frustré de n’avoir pu construire son phare à l’entrée du canal de Suez faute de financement, Bartholdi transforme son projet égyptien en projet américain à travers l’Union Franco-américaine présidée par Labouley.

Photo d’archives fond Bartholdi

Bartholdi après avoir imaginé les traits d’une égyptienne pour son phare envisagé pour le canal de Suez, imagine alors les traits idéalisés d’une européenne qui ne seraient autres que ceux de sa mère, et non ceux d’une dame de petite vertu comme l’a voulu un moment la légende à moins que ce soit sa femme Jeanne voire sa grande tante Sarah Salmon. Elle a été construite en France mais sa réalisation va demander beaucoup plus de temps que les quelques mois séparant la décision et l’anniversaire envisagé. La construction de la statue de la Liberté a donc débuté dans les ateliers de la cuivrerie d’art Gaget*, Gauthier et Cie, à Paris, avec la collaboration de l’architecte Viollet-le-Duc, chargé de concevoir une armature pour le colosse qu’il envisageait rempli de sac de sables. Un modèle d’exécution en plâtre au 1/16e d’une hauteur de 2,11m est réalisé alors que la taille définitive mesurera 46 mètres. Le projet va mettre du temps à voir le jour car en septembre 1879 au décès de Viollet-Leduc soit trois ans après la date anniversaire qui devait être honorée, c’est Gustave Eiffel qui remplace Viollet-Leduc auprès de Bartholdi et c’est à Gustave Eiffel que l’on doit l’astucieux montage de poutrelles d’acier qui permet de la visiter de l’intérieur. En fait la statue ne sera inaugurée qu’en 1886 par le Président Cleveland, soit dix ans après la date initialement prévue.

La petite statue de la place Picard

Même si déjà en 1875 on a fait la demande officielle d’implantation de la statue sur la petite île déserte de Bedlœ à l’embouchure de l’Hudson , cela ne sera pas forcément des plus facile car les américains auraient préféré une statue de La Fayette et il faudra attendre jusqu’en 1880 pour arriver à boucler le budget aussi bien du côté français pour la réalisation de la statue que pour la réalisation du socle côté américain. Ainsi elle a été d’abord entièrement montée en France dans le XVIIème arrondissement, dans le quartier de la place des Ternes car elle est en cuivre repoussé, les tôles sont rivetés les unes aux autres pour être édifiée et vérifiée. Ensuite démontée la statue est transférée en morceaux sur des péniches jusqu’à Rouen où elle a pris la mer à bord de la frégate Isère pour les Etats-Unis où remontée elle a donc été inaugurée le 28 octobre 1886. A Bordeaux sur la place Picard sur le socle de la petite statue ne figure absolument aucune indication et elle n’est qu’une des multiples copies de toutes les tailles fidèles ou interprétées qui existent de part le monde de la statue de la Liberté. Historiquement à Bordeaux il existait la fontaine de la Liberté démontée en 1941 et c’est Philippe Dorthe alors conseiller municipal de Bordeaux qui a eu l’idée de réinstaller la statue sans la fontaine.
* gadget viendrait des ateliers Gaget qui avait fait fabriquer des statues miniatures, mais ce n’est pas la seule hypothèse
Histoire détaillée de la Liberté éclairant le Monde dite Statue de la Liberté
Sources : Franck Ferrand raconte Radio classique

Ecrit par Bernard Lamarque

Co-fondateur et rédacteur en chef de Bordeaux Gazette


Recherche

Nous suivre

Vous pouvez nous suivre sur les différents réseaux sociaux ci-dessous!


Newsletter!

Recevez directement le nouvelles actualités de Bordeaux Gazette.

Bordeaux Gazette Annuaire

Petites Annonces Bordeaux Gironde

Nous suivre sur Facebook

Agenda