New York

Lettre de New York : Un retour à la normale

« La politique consiste en un effort tenace et énergique pour tarauder des planches de bois dur. Cet effort exige à la fois de la passion et du coup d’œil ». Max Weber

Pour un toxicomane de la politique de longue date comme moi, l’élection présidentielle de 2020 est la première sensation de « griserie » durable et généralisée dont j’ai pu me réjouir en quatre ans. Oui, les élections de mi-mandat de 2018 ont donné un élan d’euphorie avec un basculement vers une majorité de centre-gauche à la Chambre des représentants, la plus puissante de nos deux organes législatifs nationaux. Je fus agréablement enivré par l’élection en 2018 d’Alexandria Ocasio-Cortez (Bronx, NY), Rashida Tlaib (Detroit, MI), Ilhan Omar (Minneapolis, MN) et Ayanna Pressley (Boston, MA). Cette cohorte de progressistes relativement radicaux connus sous le nom de « The Squad » a offert une meilleure articulation et une plus grande portée à un programme politique progressiste émergeant dans ce pays.

Divine surprise du résultat !

Malgré les progrès de 2018, le gouvernement fédéral américain est resté un paradis pour les conservateurs politiques avec un Sénat de centre-droit qui a travaillé main dans la main avec une Maison Blanche pouvant être qualifiée d’extrême droite afin de continuer à promulguer un programme solidement conservateur - certains pourraient même dire réactionnaire. Le plus inquiétant a été la désignation de plus de 50 juges résolument conservateurs aux tribunaux fédéraux, dont trois à la cour suprême. Ces nominations judiciaires à vie, souvent archi-conservatrices, auront sans nul doute une incidence sur la façon dont les lois seront interprétées et appliquées dans ce pays pour les générations à venir.

On danse dans la rue à New-York

Aujourd’hui, comme au cours des 30 dernières années, le corps politique américain poursuit son cours bipolaire avec ce pendule politico-émotionnel oscillant régulièrement entre les extrêmes de la gauche et de la droite. Pourtant, au milieu de ce chaos bipolaire, tant de choses nous attendent aujourd’hui. L’inversion et la réparation d’actions scandaleuses – criminelles pourrait-on dire – unilatérales contre des êtres humains aux Etats-Unis et à l’étranger. Les questions importantes au niveau national, de soins de santé abordables pour tous et d’une éducation plus performante et accessible à tous, restent fondamentales. Dans le même temps, les États-Unis doivent contribuer aux efforts engagés contre le réchauffement de la planète. L’électorat américain a mis fin au cauchemar Trumpiste, ce qui est de bonne augure pour envisager un retour à la normale. La question dans mon esprit et j’ose le dire dans l’esprit de nombreux de mes compatriotes américains, reste bel et bien de savoir : vers quelle « normalité » allons-nous revenir ?
Texte traduit par Alexa Mirassou
photo d’ouverture : "T’es cuit" ou plutôt "tu es viré’

Ecrit par Dan Charnas

Communiquant Newyorkais, démocrate habite quartier Inwood à Manhattan


Recherche

Nous suivre

Vous pouvez nous suivre sur les différents réseaux sociaux ci-dessous!


Newsletter!

Recevez directement le nouvelles actualités de Bordeaux Gazette.

Et si je vous racontais...

Chapitres : 1 - 2 - 3 - 4
Brunissande et Esclarmonde

Chapitres : 1 - 2 - 3 - 4
Vendanges et Immortalité

Chapitres : 1 - 2 - 3 - 4
Voyage, Voyage !

Chapitres : 1 - 2 - 3
Mecarecit 2035

Chapitres : 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7
Bienvenue à Sainte Gueille

Nous suivre sur Facebook

Agenda