Reggae Sun Ska

Reggae Sun Ska 2019 : Bilan de la 22ème édition

Il y a 22 ans nous avons lancé un concert de reggae à Montalivet. Un soir, 3 groupes et tous les copains rassemblés pour nous filer un coup de main à la salle des sports. Plus de 2500 personnes furent rassemblées et nous étions loin d’imaginer nous retrouver là 22 ans plus tard.

Personne ne pouvait imaginer les conséquences et l’influence que ce simple concert allait apporter à notre jeune existence mais aussi à un territoire comme le Médoc. De périples en périples, de déménagements en déménagements le Sun Ska s’est façonné et les apprentis sont devenus des maîtres. Il paraît que c’est devant l’épreuve que l’on se construit. En ce qui concerne les équipes du Sun Ska, je ne peux que dire qu’elles restent un modèle de force et de sagesse à la fois. Les épreuves on ne les compte plus, les bâtons dans les roues et les coups bas, critiqués, montrés du doigt, les chevelus, les fumeurs de pétards, les marginaux, mais en fait personne ne s’était rendu compte que nous, nous étions en train d’écrire l’histoire et quelle histoire ! 22 ans d’histoire... Car le Sun Ska n’est pas un simple festival ou juste un simple concert. Le Sun Ska c’est un esprit, c’est une famille, c’est un mode de vie, de penser, une philosophie et cet état d’esprit n’a rien d’utopique.
Vivre ensemble, apprendre ensemble, co-construire, rappeler les valeurs essentielles qui font notre éducation et notre quotidien. C’est la base de ce grand rassemblement collectif. Bien sûr nous ne sommes pas parfaits, mais qui peut prétendre l’être ?

Arrivée avec armes et bagages

Le Sun Ska n’est pas un festival en marge, c’est au contraire un modèle de société, un véritable exemple au niveau national et un pilier de l’économie et du savoir-faire local. Combien de jeunes sont passés par le festival ? Et pour lesquels le volontariat a-t’il créé des vocations ? Combien de personnes et de familles vivent actuellement grâce à l’économie du Festival et ses retombées. Cela, on a bien souvent tendance à l’oublier ou en tout cas à l’occulter mais depuis 22 ans l’impact du pour l’économie en Gironde du festival est primordial. Le territoire j’ai commencé à vous en parler, et c’est à Nodris que nous posons la pierre angulaire d’un grand projet de territoire dont nous n’avons pas hésité à porter la préfiguration : un outil à l’échelle du territoire médocain. Concertation territoriale, lancement et création d‘un réseau à l’échelle du Médoc, le RACAM, l’association Reggae Sun Ska porte sur ses frêles épaules la préfiguration d’une politique culturelle à l’échelle du Médoc. Et ce n’est pas mentir que de rappeler cela. Je t’aime/Moi non plus, c’est aussi cela la relation du festival avec le Médoc. On en veut, on n’en veut pas ! On en veut, on n’en veut pas...

En Aquitaine, bien sur

Mais pendant ce temps-là, le colosse aux pieds d’argile continue à avancer, à foncer, voir à défoncer des portes. Et cela ne se fait pas sans laisser de traces, sans prendre des coups pour faire avancer la culture sur le territoire et surtout enfin poser définitivement notre modèle économique. L’itinérance a fragilisé le festival, l’arrivée à Nodris peut le sauver définitivement mais il va falloir que les partenaires nous garantissent une visibilité sur la suite et sur les investissements que nous avons effectués sur ce site, dans les plus brefs délais. Ce site est le lieu idéal et de notre coté nous avons mis tous les moyens préconisés pour pérenniser le lieu et garantir la sécurité du public et des riverains. Je crois que personne ne peut remettre en doute l’engagement et le professionnalisme de la structure, qui je tiens à le rappeler, est un modèle, un exemple. Le public a enfin retrouvé SON Sun Ska Médocain. Un Sun Ska proche, à taille humaine et surtout un Sun Ska qui rayonne via son programme annuel Music’action en Médoc sur le territoire médocain, plus de 40 actions en 2018/2019 sur les musiques actuelles. (médiation, concerts, rencontres, concert en milieu hospitalier, espaces jeunesses, epadh, collaboration intensive avec les forces locales…) Il faut tenir, il faut donc maintenant nous garantir cette longévité. Sans les partenaires, privés, publics, amis, volontaires, nous ne pourrons continuer l’aventure.

La Foule

Par contre, Il faut aller vite, très vite et bien plus vite. Le temps des entrepreneurs n’est bien souvent pas le même temps que le temps politique mais là, il va falloir arriver à être sur les mêmes timings, et vite. Plus de 27500 spectateurs étaient donc présents pour cette 22ème édition. 25000 payants, 27500 avec les invitations. C’est une augmentation par rapport à 2018 qui je le rappelle nous avait fait perdre près de 50% de notre fréquentation suite au déménagement. Pour le public, on vient de toute la France et de tout le Médoc bien sûr. Je me suis plu hier soir à rencontrer des familles, des chefs d’entreprises, des responsables associatifs, des élus, des propriétaires viticoles et toute une jeunesse qui est notre jeunesse. Ce qui est sûr, c’est que le point commun de tout ces profils typologiques étaient que leurs yeux pétillaient. Pétillaient de joie, du bonheur de se retrouver, d’échanger et de vivre un grand moment de musique, de partage, de valeurs et de savoir-faire propre à ce beau Médoc. Il faut préserver cela, c’est l’essence même du Reggae Sun Ska ! Mais je le rappelle il faut aller vite. Pour conclure et comme le dit si bien Mathieu le fils de Jean Guy, notre cher président disparu, il y a quelques semaines, " Big up et longue vie au Sun Ska ! "

Fred Lachaize, Directeur .

Ecrit par La rédaction


Recherche

Nous suivre

Vous pouvez nous suivre sur les différents réseaux sociaux ci-dessous!


Newsletter!

Recevez directement le nouvelles actualités de Bordeaux Gazette.

Petites Annonces Bordeaux Gironde

Nous suivre sur Facebook

Agenda