Bordeaux

Rouge séduit la Fondation Desperados qui crée Courts-Circuits

La Fondation Desperados pour l’Art Urbain articule son action autour de deux missions principales : la promotion et la diffusion de l’art urbain dans l’ensemble de la société, et le soutien à la création artistique et l’accompagnement d’artistes émergents.

Stéphane Carricondo directeur de la Fondation Desperados pour l’Art Urbain parle du projet que Rouge a proposé en ces termes : "L’intrigante idée de « faire déambuler des anonymes dans la rue avec des œuvres d’art » nous a tout de suite séduits. Déplacer les points de vue et proposer un art urbain singulier, aux dispositifs audacieux et novateurs, est l’une des ambitions de la Fondation Desprados pour l’Art Urbain. C’est donc tout naturellement que nous avons choisi d’accompagner Rouge dans l’exploration de nouveaux horizons artistiques". Lors de l’inauguration avec la remise des œuvres à leurs heureux dépositaires à qui elles sont confiées à vie, Rouge nous a bien spécifié qu’il s’agissait d’œuvres transportables car certaines sont un peu encombrantes comme celle qu’a produit Rouge pour Courts-Circuits, son paravent qui s’intitule "Une chambre en ville" est une huile sur toile sur châssis de 2,50 mètres sur 1,70 que l’on peut déplacer mais avec laquelle il est forcément difficile de déambuler car le paravent ne se déplace que plié. C’est pourquoi il a été décidé des points de présentation de ces œuvres par leurs heureux détenteurs pour la vie. Le premier point de rencontre est prévu ce samedi, place Camille Julian à 15 h 30 pour la première promenade itinérante et sauvage de « Courts-Circuits ». Le problème restant bien sur la météo car quand il fait froid point de problème, mais quand il pleut, c’est un peu plus compliqué.

"Certaines histoires se li(s)ent en c(h)oeur" une gravure, bois, métal et papier de 57x78x19cm de Madame prêtée à vie à Yann Perraud

Cinq artistes ont accepté d’accompagner Rouge dans cette expérience inédite avec l’espagnol Isaac Cordal qui a créé "Non-lieux" en bois, résine et acrylique oeuvre tridimensionnelle de 18x45x30 cm. Madame accompagne le mouvement avec "Certaines histoires se li(s)ent en c(h)oeur" une gravure, bois, métal et papier de 57x78x19cm. Un autre espagnol participe, Manolo Mesa avec une huile sur toile et aluminium de 197x265cm intitulée "El eco de mi habitation". Matt Velvet qui vit et travaille à Bordeaux a accepté de participer en fournissant "Volée pour pièces/Stolen for parts" qui est une huile sur hayon de VW Golf de 85x135cm. Le brésilien Rero a sûrement fourni l’oeuvre la plus facilement transportable du lot car il s’agit d’une broderie et impression ciel sur drapeau et hampe de 100x150 sans titre(I HOLD THE TRUTH). C’est ainsi que va se constituer une galerie en plein air et c’est Rouge qui apporte la réponse à cette aventure :" L’ensemble de ce projet est motivé par cette conviction simple : une oeuvre est vouée à être vue et vécue par un public. C’est encore plus vrai pour l’art urbain qui s’est affranchi des « lieux de l’art » pour s’exposer dans la rue pour atteindre le plus grand nombre, de manière totalement désintéressée. Je me suis donc posé cette question : des oeuvres d’ateliers pourraient-elles intégrer l’espaces des rues et de quelle façon ? Maintenant il ne reste plus au public de dire ce qu’il en pense en venant nombreux sur cette première promenade itinérante et sauvage.

Ecrit par Bernard Lamarque

Co-fondateur et rédacteur en chef de Bordeaux Gazette


Recherche

Nous suivre

Vous pouvez nous suivre sur les différents réseaux sociaux ci-dessous!


Newsletter!

Recevez directement le nouvelles actualités de Bordeaux Gazette.

Bordeaux Gazette Annuaire

Petites Annonces Bordeaux Gironde

Nous suivre sur Facebook

Agenda