Les poètes et la censure

Le talent n’exonère guère les poètes des affres de la censure. Baudelaire, Rimbaud, Genet en sont des exemples frappants. La vie de ces écrivains a souvent été confondues avec leurs œuvres, et souvent les outrances de leur comportement ont été taxées d’atteintes aux bonnes mœurs. L’écrivain se doit-il d’être un modèle pour la société de son temps et son attitude doit-elle être conforme à ce qu’en attendent les salons bien-pensants ? C’est peu probable. Corneille prôna le duel, Racine empoisonna sans doute sa maîtresse la Champmeslé ; Victor Hugo vécut maritalement avec Juliette Drouet en lui faisant voir les pierres, Gide était homosexuel, tout comme Montherlant.... Bref, tous ces talents littéraires n’avaient pas des mœurs recommandables et ont cependant laissé des œuvres immenses qui ont fait scandale lors de leur publication. Et naturellement, ils ont déchaîné les foudres de la censure.
L’œuvre littéraire de qualité peut-elle être autre chose que scandaleuse ? Le succès d’un livre vient essentiellement du choc qu’il crée dans le public. Ce n’est pas toujours parce qu’il défend des idées sataniques. Mais toute idée neuve, tout talent est par essence scandaleux puisqu’il porte la marque du différant. Au demeurant, qu’appelle-t-on bonne mœurs ?
Henri Sauguet racontait l’histoire suivante. Jean Genet pose sa candidature à la Société des Auteurs dont il était président. Certains membres du conseil répliquent "On ne peut pas prendre Genet, c’est un voyou qui a fait de la prison". Armand Lanoux s’insurge : "Messieurs, vous êtes des nuls et des poltrons. Genet fera gloire à notre compagnie." La candidature de Genet est validée. Huit jours plus tard, Lanoux arrive en larmes à la Société des Auteurs : "C’est épouvantable, j’ai été cambriolé, on m’a volé tous mes ouvrages rares, c’est certainement Genet ou un de ses copains..." Et voilà comment on fait les mauvaises réputations qui aboutissent à la censure des meilleurs écrivains.
Dans la conférence qu’elle donnera le dimanche 5 mai à 17 h au château de Mongenan, Florence Mothe racontera la censure des poètes. La censure des idées, la censure des vers si poignants, mais jugés ignominieux à l’époque où ils ont été écrits et aussi ce bizarre amalgame qui prétend confondre l’homme et l’œuvre. Comme si les censeurs ne comprenaient pas qu’il faut beaucoup souffrir pour écrire un peu...
Renseignements : Château de Mongenan : 05 56 67 18 11
Visite à partir de 14 h du musée, du Temple maçonnique et des jardins,
conférence à 17 h suivie de la dégustation gourmande des vins du domaine.
Entrée 10 €

photo : Jean Genet


Recherche

Nous suivre

Vous pouvez nous suivre sur les différents réseaux sociaux ci-dessous!


Newsletter!

Recevez directement le nouvelles actualités de Bordeaux Gazette.

Petites Annonces Bordeaux Gironde

Nous suivre sur Facebook

Agenda