8 décrocheurs de portraits pour dénoncer « l’inaction du gouvernement sur l’urgence climatique » devant le tribunal

8 prévenus : 4 femmes et 4 hommes sont incités à comparaître ce vendredi devant le tribunal correctionnel de Bordeaux pour « vol en réunion ». Les faits concernent le décrochage de 5 portraits présidentiels dans 5 mairies de Gironde. Les peines encourues sont de 5 ans de prison et 75 000€ d’amende.

« Les coupables ne sont pas les prévenus mais les dirigeants et les multinationales »
Ces actions citoyennes s’inscrivent dans le cadre d’une campagne de désobéissance civile non violente organisée par ANV Cop21. 134 portraits présidentiels d’Emmanuel Macron ont ainsi été décrochés partout en France afin de dénoncer l’inaction des pouvoirs publiques et du gouvernement face à l’urgence climatique. Cela dans le but d’alerter l’opinion lors de rassemblement et d’actions divers. Ce fut par exemple le cas lors du dernier G5, organisé cet été par la France, lors duquel l’interdiction de manifester a été bravée à Bayonne pour faire marcher les portraits du président Macron devant les caméras du monde entier. Plus récemment, 100 portraits présidentiels ont été brandis la tête à l’envers, dimanche 8 décembre au Trocadéro à Paris. Un geste symbolique à 100 jours des municipales et pendant que se tenait en même temps la COP25 à Madrid. Un mouvement a-partisan mais « absolument politique » composé de citoyens « prêts à mettre leur liberté en jeu pour délivrer leur message » selon les personnes présentes à la conférence de presse donnée avant le procès. Ce mouvement représente aussi « l’effroi d’une jeunesse désemparée face à ce qui arrive » selon l’une des prévenues.

Les prévenus avec Loïc Prud’homme et le responsable local COP 21

La relaxe espérée 
Comme ce fut le cas à Lyon, où Fanny Delahalle jugée pour les mêmes faits a été relaxée par le tribunal. La défense espère ici que les prévenus soient eux aussi relaxés. Une défense qui va s’articuler en 2 axes : expliquer dans un premier temps que décrocher ces portraits représente une réquisition et non un vol. Les portraits seront rendus « une fois que le président aura pris les bons engagements ». Puis que la justice reconnaisse l’exonération de responsabilité des prévenus par rapport à un état de nécessité qui est celui de vouloir sauver la planète, ce qui passe aussi par une modification de la législation. Viendront témoigner à la barre Loïc Prud’homme, député LFI qui sera présent en tant qu’élu, ainsi que Jean-Baptiste Sallée, chercheur océanographe au CNRS et présent en tant que scientifique.
Un rassemblement devant le tribunal contre vents et pluies 
A l’issue de cette conférence de presse, était organisé un rassemblement en présence des prévenus devant le tribunal de grande instance de Bordeaux. L’occasion de rassembler militants et soutiens, que ni la pluie ni le vent n’ont réussi à faire fuir, sous une bannière réclamant la « relaxe pour tous les prévenus » Etait aussi présent à ce rassemblement Philippe Poutou, figure de la lutte contre la fermeture de l’usine Ford Blanquefort. Cela pour rappeler que la lutte pour le climat rejoint la lutte contre la violence sociale mais aussi contre la mondialisation et le capitalisme. Des revendications différentes pour un seul et même combat. Ce qui n’est pas sans rappeler un slogan souvent entendu au cours de manifestation ces derniers temps : «  fin du monde, fin du mois, même combat  ».

Ecrit par François Collet


Recherche

Nous suivre

Vous pouvez nous suivre sur les différents réseaux sociaux ci-dessous!


Newsletter!

Recevez directement le nouvelles actualités de Bordeaux Gazette.

Bordeaux Gazette Annuaire

Et si je vous racontais...

Chapitres : 1
Mecarecit 2035

Chapitres : 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7
Bienvenue à Sainte Gueille

Chapitres : 1 - 2 - 3
On ne refait pas l’histoire

Chapitres : 1 - 2 - 3
Un monde meilleur

Chapitres : 1 - 2 - 3
Comme une plume

Nous suivre sur Facebook

Agenda