Bordeaux

Le Chevalier à la rose de Richard Strauss à l’UGC

Né le 11 juin 1864 à Munich, Richard Strauss est le fils d’un corniste talentueux de la cour et de l’héritière d’une brasserie célèbre. Il vit donc dans une famille très aisée et favorable à un développement musical précoce. À quatre ans, Strauss montre un talent prodigieux au piano. À six ans, il compose déjà de petites pièces pour le piano. À sept, il est initié au violon. Avant même sa rentrée à l’université, certaines des compositions du jeune homme sont déjà jouées. (symphozik.info)

Le raffinement Viennois
Sans aucun rapport avec Johann Strauss, Richard Strauss est le grand compositeur allemand du début du XXème siècle. Il fait son entrée dans Viva l’Opéra avec un de ses plus purs chefs-d’œuvre, un opéra d’un raffinement extrême, porté par un texte du plus grand poète viennois de l’époque, Hugo von Hoffmanstahl, et une musique d’une subtilité, d’une finesse, d’une élégance à peu près sans égal dans tout l’Histoire de l’opéra. Il y a là tout à la fois une comédie légère et un vertige bouleversant, un trouble frémissant et une manière de valse intime, une méditation sur le temps qui ruine les amours et qui illumine la jeunesse juste avant qu’elle se fane à son tour. C’est constamment sublime sans que rien n’y paraisse, un simple parfum qui passe. Filmé à Baden Baden dans une mise en scène miroitante d’Herbert Wernicke, porté par la baguette aux fragrances ambrées de Christian Thielemann, ce Chevalier à la rose réunit la plus belle distribution dont on puisse rêver au monde : en Maréchale, la voix de soie et d’argent de la grande Renée Fleming, en Octavian la belle Sophie Koch, en Sophie la lumineuse Diana Damrau, en baron Ochs le truculent Franz Hawlata et même, luxe inouï, pour le petit rôle du chahteur italien, Jonas Kaufmann ! La beauté à l’état pur.
Alain Duhault
Synopsis
A Vienne au XVIIIème siècle. Alors que la Maréchale s’éveille d’une nuit passionnée avec son jeune amant Octavian, son cousin le Baron Ochs vient lui annoncer ses fiançailles avec la jeune Sophie : il faut, selon la tradition, qu’un chevalier aille porter à la fiancée une rose d’argent : Octavian est choisi pour être ce porteur. Mais, lorsqu’il vient présenter la rose à Sophie, les deux jeunes gens succombent à un coup de foudre. Sophie n’est plus guère pressée d’épouser le pleutre et grossier Ochs. Le piège tendu par Octavian se refermera sur lui et le Baron, surpris en galante compagnie, n’aura plus qu’à s’effacer devant l’amour de Sophie et Octavian ; cause de quelques larmes chez la Maréchale.
Livret
Hugo Von Hofmannsthal
Direction Musicale
Daniel Oren
Mise en scène
Dominique Pitoiset
Distribution
La Maréchale  : Renée Fleming
Le Baron Ochs :Franz Hawlata
Octavian  : Sophie Koch
Sophie  : Diana Damrau
Chanteur Italien  : Jonas Faufman

Jeudi 7 mars
19h30 précises
Durée du spectacle
4h 15 / 3 actes dont 2 entractes de 20 minutes

Ecrit par Bernard Lamarque

Co-fondateur et rédacteur en chef de Bordeaux Gazette


Recherche

Nous suivre

Vous pouvez nous suivre sur les différents réseaux sociaux ci-dessous!


Newsletter!

Recevez directement le nouvelles actualités de Bordeaux Gazette.

Bordeaux Gazette Annuaire

Petites Annonces Bordeaux Gironde

Nous suivre sur Facebook

Agenda