Libourne

Philippe Buisson conserve l’héritage Mitterrand à Libourne

C’est surement une des satisfactions du PS en Gironde, car Philippe Buisson a conservé Libourne à gauche face au fondateur de la droite populaire Jean-Paul Garraud. C’est encore un échec pour ce dernier dans le cadre de sa tentative de conquête de Libourne d’autant qu’il a aussi essuyé un revers face à Florent Boudié pour le siège de député. Florent Boudié pour sa part n’a pas maintenu Sainte-Foy la Grande à gauche en prenant la succession de Robert Provain.

Libourne ville filleule de Bordeaux avec le croissant de Lune figurant sur ses armes est une de ces 155 villes de plus de 9.000 habitants que la droite n’a pas conquis Philippe Buisson ayant pleinement assuré dans sa succession à Gilbert Mitterrand. Philippe Buisson a commencé sa carrière politique auprès de Gilles Savary en 2001 et s’est installé à Libourne quand il a pris le poste de directeur de cabinet auprès de Gilbert Mitterrand à la mairie. Il a suivi son chemin passant du rôle de technicien au rôle d’élu jusqu’à succéder à Gilbert Mitterrand en cours de mandature en 2011. Aujourd’hui il a acquis le titre de maire en pleine propriété face à Jean-Paul Garraud que Gilbert Mitterrand avait déjà battu à Libourne dans le cadre de la précédente campagne municipale. Philippe Buisson et Gilbert MitterrandPhilippe Buisson dans cette campagne a bénéficié de l’appui de son mentor avec le succès que l’on sait et il compte bien exercer son mandat au profit de tous les Libournais de quelques opinions qu’ils soient. Ainsi c’est une page qui se tourne à Libourne car Gilbert Mitterrand était arrivé en 1976 et il avait été le suppléant de Pierre Lart pour les élections législatives de 1978 face à Robert Boulin. Pour revenir plus près de Bordeaux, sur la communauté urbaine les bastions de Pessac et de Saint Médard en Jalles ont basculé permettant d’assurer une large majorité à Alain Juppé pour la présidence de la CUB mais Mérignac a tenu le coup. A près cette "rouste" mémorable sur la CUB c’est aujourd’hui Alain David qui apparaît comme l’homme fort du PS mais en tout état de cause on assiste à la faillite d’un système mis en place par François Hollande, premier secrétaire. Serge Lamaison a bien exprimé son sentiment dans sa phrase sybilline " Je suis arrivé avec François Mitterrand et je pars avec François Hollande" montrant quand même un peu d’amertume. Il faut noter que Béatrice de François a préservé son siège a Parempuyre au second tour, ce qui sert bien la cause féminine au PS.

Ecrit par Bernard Lamarque

Co-fondateur et rédacteur en chef de Bordeaux Gazette


Recherche

Nous suivre

Vous pouvez nous suivre sur les différents réseaux sociaux ci-dessous!


Newsletter!

Recevez directement le nouvelles actualités de Bordeaux Gazette.