Bordeaux

Bordeaux Saint-Jean : Animation Chefs de gare

Rassurez-vous il ne s’agissait pas de rassembler tous les chefs de gare de la Gironde en un seul lieu mais de redonnez le gout "Buffet de la gare" aux voyagers avec un chef étoilé.

L’évolution du monde a voulu que l’on passe du monde du repas en mode consommation assise au mode sandwichs en consommation debout dans les gares et qu’ainsi de nombreux buffets de gare ont disparu. Il n’en reste plus qu’une petite poignée dont le prestigieux "Train Bleu" de la gare de Lyon, au point que des restaurants prennent le nom de Buffet de la Gare ou que des gérants de buffet sont aller face au gare s’installer pour faire fortune. Comme témoin de la gestion de la SNCF, on peut prendre pour exemple les trains de nuit et après les avoir supprimés on les remets en route car comme par hasard on se rend compte qu’il y a une clientèle et qu’ils rendent un fier service comme ce train entre Perpignan et Rungis dit "train des primeurs" qui a été supprimé pour être rétabli. Les transversales à l’identique, car alors que l’ouverture à la concurrence fait prendre conscience que ces lignes transversales intéressent beaucoup les compagnies étrangères, du coup Railcoop qui cherche à ranimer ce transport transversal, rame un peu avec l’obtention de ses sillons, la SNCF semble avoir du mal avec l’ouverture du rail ! On a tout sacrifié à la grande vitesse, ce qui s’avère aujourd’hui comme un peu la grande bêtise, car si elle permet de joindre rapidement les centres, la Covid a fait prendre conscience de l’existence de maladies spécifiques aux concentrations urbaines et particulièrement les maladies virales qui adorent les endroits où il y a beaucoup de monde qui se croisent.

Marion Texier, Wyatt Reeves, Emma-Lucie Trupiano, Carine Teyssandier l’animatrice et Romain Lorenzon

La SNCF cherche donc pour relancer la qualité de la restauration en gare, à redonner un sens pour les gens à cette notion de "buffet de la gare" née avec l’implantation du chemin de fer et l’emploi massif du transport en commun auquel on va être obligé de revenir entre pollution et prix de l’essence. La gare c’était un lieu de vie et un point de rencontre pour tous ces gens qui se rendaient au travail le matin ou qui en revenaient le soir où l’on pouvait s’attarder dans des conditions agréables mais si c’est encore un tout petit peu vrai dans les gares des grandes villes, combien de stations de petites villes voire de grosses bourgades, sont en déshérence que ce soit par exemple à Saint André de Cubzac ou Saint Médard de Guizières en devenant de simples haltes. Au siècle dernier dans une bourgade il y avait des repères incontournables : l’église, la mairie et la gare pour celles qui en possédaient une mais avec la stratégie SNCF les gares de ces grosses bourgades, sont devenues des coques vides occupées seulement quelques heures par jour et pas tous les jours par un hypothétique guichetier suppléé par des automates complexes pas toujours en état de marche car souvent exposés au quatre vents sans bénéficier d’un contrôle régulier. Positivement une image d’abandon pour ces lieux chargés de sens et de signification pour les habitants.

Marion Texier, Wyatt Reeves, Emma-Lucie Trupiano, Romain Lorenzon et Francis Lavaud

Consciente de l’évolution des comportements et cherchant à redorer son image, Gares et Connexions a imaginé cette animation avec la complicité de chefs renommés dans de nombreuses gares de France simultanément entre le 11 et le 16 octobre. À Bordeaux c’est Romain Lorenzon qui a été sollicité pour illustrer cette volonté louable de monter en gamme de la restauration dans les gares. Romain Lorenzon officie au Pressoir d’Argent, le restaurant de l’Intercontinental Grand Hôtel orné de deux étoiles au Michelin et c’est avec une brigade constituée pour l’occasion qu’il a préparé et fait déguster une "tartelette aux poireaux" et une "palourde au voile de Jurançon". Les bouchées ont été confectionnées sur place avec le voile de Jurançon préparé à l’avance et que le chef avait fait suivre. C’est ainsi qu’épaulé par Emma-Lucie Trupiano du Pressoir d’Argent de Marion Texier, Francis Lavaud, de Wyatt Reeves et deux jeunes filles en formation à l’Ecole Hôtelière, Romain Lorenzo a confectionné et servi avec cette petite brigade les nombreux voyageurs qui ont pris le temps de s’arrêter devant le comptoir dressé pour l’occasion dans l’espace départ de la gare Saint Jean et tout le monde a bien apprécié ces délicieuses petites bouchées de dégustation constituées de produits du terroir qui ont témoigné d’un grand savoir-faire. A quand un trois étoiles dans l’enceinte de la gare Saint Jean !

Ecrit par Bernard Lamarque

Co-fondateur de Bordeaux Gazette


Recherche

Nous suivre

Vous pouvez nous suivre sur les différents réseaux sociaux ci-dessous!


Newsletter!

Recevez directement le nouvelles actualités de Bordeaux Gazette.

Et si je vous racontais...

Chapitres : 1 - 2 - 3
Secret de famille

Chapitres : 1 - 2 - 3 - 4
Chloé n’est pas ce qu’elle croit

Chapitres : 1 - 2 - 3
La chaise vide

Chapitres : 1 - 2 - 3 - 4
Querelle de voisinage

Chapitres : 1 - 2 - 3 - 4
Mascarade

Nous suivre sur Facebook

Agenda