Villenave d’ornon

Comment composter en appartement ?

Dans le cadre de l’opération "Tous au compost" organisée par Bordeaux Métropole, l’association "Au ras du sol" éduque les particuliers sur cette pratique. Jusqu’au mois d’avril, des ateliers sont proposés partout autour de chez vous et permettent par exemple d’apprendre à fabriquer un lombricomposteur.

Comment composter lorsqu’on habite en appartement ? C’est la question que beaucoup de personnes se posent. Si vous n’avez pas la chance d’avoir accès à un composteur partagé, le lombricompsteur - ou vermicaisse - est fait pour vous. Placés dans une caisse, dans une pièce calme, les vers de fumier, appelés Eisenia foetida, se nourrissent de tout ce que vous pouvez leur donner à manger. Différent du composteur classique, le lombricomposteur n’a pas besoin de brins pour fonctionner. Il suffit simplement de mettre du carton humide et de boîtes d’œuf au-dessus. La vermicaisse maison est composée de deux caisses, une première trouée sur tout le fond et une autre, placée dessous qui servira à réceptionner le jus de votre compost. Si vous souhaitez avoir du compost en tant que tel en évitant de toucher aux vers, il vous faudra ajouter une troisième caisse, entre les deux, également trouée.

Lombricomposteur de l’association "Au ras du sol", ils sont 8 à l’utiliser

Le lombricompstage est un élevage. On prend soin des vers, notamment en répondant aux besoins alimentaires de ces petites bêtes. Gare donc à ne pas leur donner n’importe quoi ! Ils sont friands d’épluchures de fruits et de légumes, de sachets de thé et autres filtres à café. Ils aiment également les tickets de caisse, les boîtes d’œufs découpées en petits morceaux ou encore, ils raffolent du marc de café. En revanche, ils n’aiment pas particulièrement le pain, les écorces d’agrumes et les pâtes. Et par dessus tout, ils détestent la viande et le poisson, l’ail, l’oignon, le gras, les pommes de terre et les sacs en plastique. À savoir que plus vous leur donnerez de nourriture, plus ils se multiplieront. Autre facteur à prendre en compte, les vers sont sensibles à la lumière, c’est pour cette raison que la caisse doit avoir un couvercle. Il aime l’humidité et la température ambiante doit se trouver entre 15 et 25°C. Et pas de panique si vous partez en vacances, Eisenia foetida peut vivre de façon autonome pendant trois semaines.

François-Xavier, en vert, fait participer les particuliers à fabriquer les lombricomposteurs

Durant l’atelier, François Xavier Moogin, de l’association "Au ras du sol", tord le coup aux idées reçues et répondra à toutes vos questions et autres inquiétudes. Très impliqué dans le compostage, il partage son savoir avec bienveillance et bonne humeur. La séance commence par un tour de table. Toutes les personnes présentes cet après-midi ont déjà essayé le compostage avec un composteur classique en plastique qui reste au fond du jardin. Pour eux, c’était tout sauf pratique. Ce qu’il y a de bien avec le lombricomposteur, c’est qu’il est à l’intérieur de votre maison. L’idéal est de le placer dans la cave, le cellier ou encore le garage. Veillez bien à l’éloigner des ondes et des vibrations ; il y est très sensible. Certains vont peut-être être dégoûtés par le fait d’avoir des vers chez soi. Sachez qu’ils ne sortent pas et qu’ils ne se trouvent même pas en surface.

En participant à cet atelier, vous pourrez repartir avec votre vermicaisse

Cet atelier est divisé en deux parties. Une partie théorique où pendant deux heures, vous apprenez tout ce qu’il faut savoir sur cette pratique. La dernière heure est consacrée à la pratique. Vous allez fabriquer des vermicaisses que vous pouvez rapporter chez vous ! Divisés en trois groupes, certains découpaient des morceaux de cartons qui serviront de couvercle, d’autres perçaient les caisses et d’autres faisaient des petits tas avec les vers du lombricomposteur de l’association. En y regardant de plus près, avoir une vermicaisse chez soi aide à réduire considérablement ses déchets. Donc si vous voulez adopter un style de vie zéro déchet, cela peut être une bonne solution. Pendant encore deux mois, vous pouvez participer à cet atelier et bien d’autres. Renseignez-vous sur le site aurasdusol.org et sur le site de la métropole. Une chose est sûre, vos plantes et la planète vous remercieront !

Ecrit par Margau Gonzalez


Recherche

Nous suivre

Vous pouvez nous suivre sur les différents réseaux sociaux ci-dessous!


Newsletter!

Recevez directement le nouvelles actualités de Bordeaux Gazette.

Bordeaux Gazette Annuaire

Et si je vous racontais...

Chapitres : 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7
Bienvenue à Sainte Gueille

Chapitres : 1 - 2 - 3
On ne refait pas l’histoire

Chapitres : 1 - 2 - 3
Un monde meilleur

Chapitres : 1 - 2 - 3
Comme une plume

Chapitres : 1 - 2 - 3 - 4
Le Génie du Sculpteur

Nous suivre sur Facebook

Agenda