Bordeaux

L’UBB à Toulon dimanche à l’heure du pastis

L’Union Bordeaux Bègles entame sa dernière ligne droite avec en point de mire une qualification pour jouer la phase finale mais dieu que le parcours est dangereux.

C’est une fin de parcours assez peu favorable pour l’UBB qui se profile avec trois déplacements et la réception de l’ogre toulousain qui a subi quelques revers récents mais n’en est pas pour autant à la "ramasse". La tâche de Jo Worsley qui assume la succession-intérim de Teague qui a fait beaucoup de dégâts avec son management par la peur totalement contre-productif a laissé une équipe profondément fragilisée. Avec cette équipe de l’UBB habituée à un jeu basé sur la vitesse et qui aujourd’hui a du mal à se montrer dangereuse balle en mains quand elle prend le jeu à son compte. Avec un Jalibert qui a aussi du mal à s’y retrouver dans ce jeu de pression de son aveu même et on a droit à un jeu étriqué même quand l’équipe occupe le camp de l’adversaire. Quand on pense que l’UBB a laissé partir Jérémy Davidson pour incompatibilité d’humeur avec Teague et qui aujourd’hui à Brive occupe la tête de la Pro D2 avec de très sérieuses chances de retrouver le Top 14, on est un peu surpris d’avoir fait un choix aussi négatif que l’on traîne comme un boulet avec le départ de quelques cartes intéressantes, pour ne pas dire plus et on verra qui sera en face à Lyon toujours à l’heure du pastis le dimanche suivant.

Matthieu Jalibert retrouve le chemin des perches

On reste un peu étonné de voir encore sur la touche un Marco Tauleigne alors qu’il revient en forme et si on comprend que Worsley cherche un maximum de cohésion pour cette fin de saison, on est loin d’un Stade Toulousain où tout le monde joue sur un tempo beaucoup plus élevé. Le casse tête reste alors de savoir comment on fait jouer tout le monde en maintenant la cohésion, là on est dans l’humain et cela demande beaucoup de doigté et de psychologie et avoir pris le temps de construire quelque chose. Ce n’est pas que Worsley manque de psychologie mais il est obligé de faire avec ce qu’on lui a laissé sur le plan sportif et moral tout en cherchant à valider une option. Teague était surement un bon technicien mais seulement un bon technicien sans compréhension réelle des hommes et ce que cela demande, étant plus prompt à rejeter qu’à comprendre, le rugby ce n’est pas l’armée ! Dans le meilleur des cas pour cette saison il se pourrait que tout se joue sur le dernier match à La Rochelle qui serait alors un véritable huitième de finale avec en cas d’égalité un partage aux points terrain, ceci prouvant l’homogénéité de ce Top 14 dans lequel évolue encore beaucoup trop de joueurs étrangers, fermant la porte à l’éclosion de locaux prometteurs.

Ecrit par Bernard Lamarque

Co-fondateur et rédacteur en chef de Bordeaux Gazette


Recherche

Nous suivre

Vous pouvez nous suivre sur les différents réseaux sociaux ci-dessous!


Newsletter!

Recevez directement le nouvelles actualités de Bordeaux Gazette.

Petites Annonces Bordeaux Gironde

Nous suivre sur Facebook

Agenda