Le pouvoir à la foule ? Dégénérescence de la démocratie, de la démocratie à l’ochlocratie.

(Toute ressemblance avec des événements actuels ne saurait être une coïncidence …)

L’ochlocratie est une forme de gouvernement dans lequel la multitude, la foule, détient tous les pouvoirs et impose tous ses désirs. Le mot ochlocratie a une connotation péjorative pour désigner le règne de la médiocrité, de la vulgarité, accompagné d’une décomposition de la loi et des mœurs engendrant un chaos politique et la lutte entre les individus. Il s’oppose au règne de la politique caractérisée par l’existence de l’Etat et de la loi qui permet aux hommes de cohabiter.

Le terme ochlocratie sert aussi à qualifier certaines dérives de la démocratie qui, par des pressions et des demandes particulières de plus en plus fortes et de plus en plus disparates, finissent par bloquer le fonctionnement de l’Etat. De nos jours, selon le point de vue duquel on se place, certains mouvements populaires peuvent être considérés soit comme une expression de la démocratie ou soit une forme d’ochlocratie (pression populaire).

Bien que le terme soit peu utilisé, il a été de tout temps débattu dans les traités de philosophie politique :

L’historien grec Polybe (vers 200 - 125 avant JC) considère l’ochlocratie comme le pire des régimes qui termine le cycle des six phases constituant la théorie de succession des régimes politiques : monarchie, tyrannie, aristocratie, oligarchie, puis démocratie qui dégénère en ochlocratie avant l’avènement d’un homme providentiel qui ramènera la monarchie. John Stockwood, écrivain anglais, décrit en 1584 l’ochlocratie comme un Etat dans lequel les personnes grossières décident de toute chose d’après leur propre intérêt. Dans le Contrat social, Jean-Jacques Rousseau (1712-1778) définit l’ochlocratie comme une dégénérescence de la démocratie par une dénaturation de la "volonté générale" qui tend à incarner les intérêts de certains et non de la population toute entière.

La définition qu’en donne Le Robert :
« Ochlocratie : 1568. Emprunté au grec okhlocratia, de okhlos, « foule » et –kratos, « pouvoir ». « Gouvernement par la foule, la multitude, la populace ».

Ochlocratie n’est pas un synonyme de démocratie au sens de gouvernement par le peuple. Le terme foule, non le terme peuple, est employé ː il suggère dans un sens péjoratif la foule en tant que masse manipulable ou passionnelle. On parle alors de phénomènes de foule, souvent provoqués par la démagogie ou le populisme. Ceci en l’opposant à des formes de gouvernement politique supposées plus rationnelles ou du moins raisonnables, qu’elles soient démocratiques ou non, et pour cela considérées plus souhaitables par principe.

Dans l’espoir de retombées électorales, jusque là plus que réduites, nombre de nos "ochlocrates" patentés, n’interviennent que pour exacerber le moindre problème, histoire de semer la confusion, de dénaturer la volonté générale et de donner sous leur contrôle soi-disant libérateur le pouvoir à l’émotion et à la foule. La populo-démagogie est bel et bien mise en musique, inutile de citer les membres de l’orchestre ...

Ecrit par Dominique Mirassou


Recherche

Nous suivre

Vous pouvez nous suivre sur les différents réseaux sociaux ci-dessous!


Newsletter!

Recevez directement le nouvelles actualités de Bordeaux Gazette.

Bordeaux Gazette Annuaire

Et si je vous racontais...

Chapitres : 1 - 2 - 3 - 4
Chloé n’est pas ce qu’elle croit

Chapitres : 1 - 2 - 3
La chaise vide

Chapitres : 1 - 2 - 3 - 4
Querelle de voisinage

Chapitres : 1 - 2 - 3 - 4
Mascarade

Chapitres : 1 - 2 - 3 - 4 - 5
Cordélia et son fantôme

Nous suivre sur Facebook

Agenda