Les chiens guides s’invitent au Marché de Noël

Comme presque chaque années, l’association Aliénor Sud-Ouest est présente au Marché de Noël de Bordeaux. Son but ? Faire découvrir aux bordelais le monde du chien guide, un monde encore très méconnu du grand public. Rencontre avec le vice-président Jean-Marie Schiocchet et son chien Nash, qui l’accompagne au quotidien.



Entre petits producteurs et gourmandises québécoises qui s’agglutinent dans les allées du Marché de Noël, un stand sort un peu de l’ordinaire. Dans ce petit chalet, peluches canines, t-shirts, mugs ou encore chaussettes et magnets sont à vendre afin de récolter des fonds pour l’association.
Chiens guides : mode d’emploi
Depuis sa création en 1985, l’association des chiens guides Aliénor Sud-Ouest forme et met en relation ces petites bêtes à quatre pattes avec de nombreuses personnes déficientes visuelles afin de créer les duos parfaits. En 35 ans d’existence, près de 700 chiens ont déjà été remis gratuitement à des personnes dans le besoin, grâce au travail des 147 bénévoles et 20 salariés de l’association.
« A la différence des chiens d’assistance souvent confiés aux personnes en situation de handicap moteur ou psychologique, le chien guide ne travaille uniquement qu’en extérieur, explique Jean-Marie. Plus concrètement, il est là pour remplacer le travail effectué avec les canes blanches et rend d’ailleurs les déplacements beaucoup plus évidents »
Nash, un joli labrador âgé de 7 ans, est ainsi le compagnon de tous les jours de Jean-Marie depuis les cinq dernière années.« A la maison, il ne porte pas le harnais et a donc tout d’un chien de compagnie habituel. Son travail commence au moment où l’on sort de la maison et qu’il l’enfile. Les personnes qui possèdent un chien doivent apprendre à lui faire entièrement confiance car, pour donner un exemple, ce n’est pas moi qui cherche les passages piétons : je demande à Nash de les trouver ».
Pour Jean-Marie, c’est exactement pour cela que les éducateurs de l’école des chiens guides ont aussi un rôle de profileurs.« On acceuille les chiens lorsqu’ils ont environ deux mois. Ils vont ensuite être formés pendant près de deux ans afin d’être totalement prêts à accompagner une personne mal-voyante ou aveugle. Afin de trouver les bons duos, les demandeurs passent deux jours à l’école. Nous leurs faisons faire différents exercices avec plusieurs chiens jusqu’à trouver celui qui matchera le plus. Au-delà de faire coïncider l’allure de la personne et celle du chien, on essaye aussi de choisir des duos avec des personnalités similaires. En gros, on évite de mettre un berger australien surexcité avec une personne âgée fatiguée » ajoute-il en rigolant.

Le marché de Noël, lieu de rencontre et d’information
Depuis sa création, l’association participe à des nombreuses manifestations et forums afin de faire découvrir ce monde, ainsi que pour informer et répondre aux questions du grand public. Pour Jean-Marie et les bénévoles, ce sont des rassemblements importants à tous les niveaux. « Quand on est présents sur ce genre d’évènements, c’est toujours un plaisir de rencontrer du monde extérieur et de sociabiliser avec des gens hors de l’association. La présence de Nash, ou même des autres chiens, aide même les personnes aveugles comme moi à créer du lien social ». Une réalité qui reste non-négligeable pour tous les propriétaires de ces bêtes à poil. « Dans les grandes assemblées, on peut avoir beaucoup de mal à discuter parce qu’on a pas forcément conscience de tout ce qui se passe autour de nous. Mais les gens adorent les animaux, en particuliers les chiens, ce qui va attiser leur curiosité et même souvent lancer un premier sujet de discussion. En fait, Nash me permet de créer du lien social : les gens m’arrête pour me dire à quel point il est mignon, chose qui arrivait rarement au sujet de ma cane blanche » m’explique le vice-président de l’association avec humour.
La présence de l’association au Marché de Noël présente aussi un grand rôle dans son avenir financier. En effet, elle ne bénéficie d’aucune subvention de l’état et vit alors grâce aux dons et à ses partenaires. Sur les lieux, de nombreux « goodies » à l’effigie des animaux et de l’association sont donc en vente, afin de contribuer à ses frais. Jean-Marie m’explique : « Nous, on remet les chiens guides gratuitement, ce qui est très important afin que toutes les personnes qui en ont besoin puissent en bénéficier. Mais derrière cela, il y a quand même des coûts importants : les charges, l’entretien des locaux, la nourriture, les soins des chiens et surtout la masse salariale de l’association. On pourra toujours aider les gens qui en ont besoin, et c’est pour cela qu’on existe. Mais il arrive que nous aussi, on ait besoin d’un peu d’aide à ce niveau ! ». Une dure vérité qui reste très importante à prendre en compte pour l’association Aliénor qui donnent beaucoup de son temps pour réaliser de si belles choses et accompagner, dans les meilleurs conditions possibles, les personnes en déficience visuelle.

Ecrit par Flore Vanthournout


Recherche

Nous suivre

Vous pouvez nous suivre sur les différents réseaux sociaux ci-dessous!


Newsletter!

Recevez directement le nouvelles actualités de Bordeaux Gazette.

Bordeaux Gazette Annuaire

Et si je vous racontais...

Chapitres : 1 - 2 - 3 - 4 - 5
Jeanne et Gédéon

Chapitres : 1 - 2 - 3 - 4 - 5
On ne sait jamais de qui l’on peut avoir besoin

Chapitres : 1 - 2 - 3 - 4
Et cum animo

Chapitres : 1 - 2 - 3
Une Vie de Chat

Chapitres : 1 - 2 - 3
Les Danseurs

Nous suivre sur Facebook

Agenda