Marmande

Stromae, Orelsan, Dj Snake, The Hives, Martin Garrix, un final parfait à Garorock

Après deux premières soirées réussies malgré une sous la pluie, le week-end qui s’annonçait extraordinaire a réuni presque 90 000 festivaliers, portant le chiffre total de fréquentation à 140 000 billets vendus.

Un chiffre en dessous de ce qui était espéré, mais qui satisfait malgré tout Christophe Sabot, Président d’Olympia Productions, car avec un contexte particulier, une nouvelle vague de covid, des annulations de dernières minutes, l’édition anniversaire des 25 ans fût une pleine réussite. Avec le soleil retrouvé, les 92 000 campeurs présents sur le site, la semaine de travail terminée pour les autres, et une programmation extraordinaire, la plaine de la Filhole a retrouvé la vie de festival qui la caractérise tant. Une plaine noire de monde, une foule retrouvée devant les scènes, de longues files d’attente devant les food trucks, des décibels à fond, des attractions qui tournaient à plein régime. Pas de doute, Garorock a vécu un week-end plein.

La foule se manifeste

Le samedi, sur la scène de la plaine, il y a eu la pop de Girl in Red, le rap argentin de Nicki Nicole, mais aussi la musique du monde des soeurs d’Ibeyi qui ont fait voyager les festivaliers à travers des univers différents. C’est le grand Cut Killer qui a fermé la scène, d’un show qui faisait office de première partie du concert qui arrivait sur la scène suivante avec le tant attendu DJ Snake. Car en effet sur la scène Garonne, DJ Snake après son passage en 2018 a tout simplement mis le feu, avec un show pyrotechnique incroyable et un set d’une heure et demi où l’on a retrouvé les tubes « Lean On », et le mondialement connu « Taki taki » qu’il a fait avec Selena Gomez, Cardi B, et Ozuna. Des flammes, un feu d’artifice, des canons, tout était en place pour une fin de soirée en apothéose, sans oublier les artistes avant lui qui ont également répondu présent. Orelsan qui a sorti il y a quelques semaines, probablement un des albums les plus réussis de ces dernières années avait donné rendez-vous à ses fans mais aussi aux néophytes, et il a mis tout le monde d’accord avec « L’odeur de l’essence », « Basique », « La quête », et « La terre est ronde ».

Orelsan

Vianney juste avant lui a fait lever les mains, chanter et danser les 45000 festivaliers, même celles et ceux qui n’étaient pas venus pour lui. Mais comment faire autrement avec les titres comme « Pas là », « Beau-papa », « N’attendons pas », et le fameux duo avec Maitre Gims « La même » pour terminer son passage d’une heure. C’est le groupe pop de L’impératrice et le groupe funk de Parcels qui avaient ouvert la scène Garonne pour ce qui a été une soirée très hétérogène en terme de style musical, contrairement à la scène du Trec qui elle, était très électro, regroupant Mr.Oizo, Anetha, NTO, Thylacine… Pour le dernier jour et la clôture du festival, la sensation assurément, était le retour sur les scènes de la star belge, Stromae, qui après un passage à vide, a mis les petits plats dans les grands avec un système d’écrans orientables. Même si le concert a commencé en retard suite à un problème technique, ce fût la sensation avec les titres « Formidable », « Alors on danse », « Papaoutai », « Tous les mêmes » et le nouveau morceau « L’enfer » issue de son dernier album «  Multitude  »

Vianney

Après un show d’une et demi (le plus long concert du festival), Stromae a remercié et félicité l’ensemble de tous les bénévoles du festival, les organisateurs, chose qui est à noter, car il est le seul à l’avoir fait. Juste après lui, Martin Garrix a transformé la plaine de la Filhole en Ibiza avec son set regroupant ses plus grands sons comme «  Animals » ou encore son duo avec Dua Lipa « Scared to be lonely ». Le jeune prodige de 26 ans, rare en France, a mis fin à la 25ème édition du festival Garorock avec un feu d’artifice, mais a terminé également sous l’orage et une averse, qui n’a pas été sans rappeler le premier jour du festival. Le rappeur SCH avec ses lunettes de ski avait quelques heures plus tôt fait bouger la scène Garonne avec son tube « Fusil ». Le rappeur et ses 1,7 millions d’abonnés sur Instagram a usé et abusé cependant de l’auto-tune, comme beaucoup de nouveaux rappeurs, très souvent désagréable, mais très apprécié de la jeune génération (comme pour JUL)

Vladimir Cauchemar

Sur la scène de la plaine, 4 concerts se sont enchainés avec des styles complètement différents.
C’est d’abord le reggae de Vanupié qui a fait danser les festivaliers, avant la pop folk de Lilly Wood & the prick, puis la techno du masqué Vladimir Cauchemar. Pour finir, (et quel finish…), ce sont les suédois de The Hives qui ont fait explosé Marmande. Une tenue noire et blanche, des sauts dans tous les sens, des riffs endiablés de guitare, un son très rock, pour un concert d’une heure, bien trop court pour les gourmands de rock et surtout dans un festival qui se nomme Garorock.
Une édition 2022 réussie malgré un contexte difficile et une prochaine édition déjà planifiée du 29 juin au 2 juillet 2023 pour une 26ème édition sur 4 jours, et nous l’espérons, une programmation aussi alléchante que cette année.

Ecrit par Loïc Cousin

Chez Bordeaux Gazette depuis 2016, j’assure essentiellement la couverture des concerts/spectacles/festivals sur la région Nouvelle-Aquitaine, et également la couverture d’évènements sportifs. Je m’occupe de la rédaction des articles, illustrés de mes photographies. Je travaille à côté comme photographe Freelance auprès des productions, agences, clubs de sport, fédération, presses et médias.


Recherche

Nous suivre

Vous pouvez nous suivre sur les différents réseaux sociaux ci-dessous!


Newsletter!

Recevez directement le nouvelles actualités de Bordeaux Gazette.

Bordeaux Gazette Annuaire

Et si je vous racontais...

Chapitres : 1 - 2 - 3 - 4
Et cum animo

Chapitres : 1 - 2 - 3
Une Vie de Chat

Chapitres : 1 - 2 - 3
Les Danseurs

Chapitres : 1 - 2 - 3
Secret de famille

Chapitres : 1 - 2 - 3 - 4
Chloé n’est pas ce qu’elle croit

Nous suivre sur Facebook

Agenda