Portets

Chine, Russie, USA, tous coupables ?

A l’heure où les malheureuses représentantes du personnel hospitalier ont eu l’idée saugrenue de demander à la Convention citoyenne sur le climat de donner son avis sur les réformes indispensables à apporter à l’hôpital public, il ne reste plus que trois conférences à suivre chaque dimanche à 17 h au château de Mongenan pour faire le point sur la pollution qui affecte le monde et la crise que nous venons de vivre. Celle qui sera donnée par Florence Mothe dimanche prochain 24 mai est précisément en plein dans l’actualité puisqu’elle sera consacrée aux trois plus grands pollueurs de la planète ; la Chine, la Russie et les Etats-Unis. Alors qu’on discute à longueur d’antenne sur les risques représentés par la pollution, nul ne se soucie de rapprocher ces éléments à l’histoire récente. Il serait pourtant bon de rappeler que l’opposition de Sakharov au régime soviétique a été causée par l’effarement de ce savant devant la pollution du lac Baïkal par l’énorme combinat de cellulose qui avait été installé sur ses rives et plus encore par le projet de détournement des fleuves sibériens qui avait été imaginé au moment où se multipliaient les catastrophes nucléaires secrètes dans l’Oural. Il a fallu attendre le suicide du savant Legassov après la catastrophe de Tchernobyl pour que le peuple soviétique se révolte contre ses dirigeants. Aujourd’hui, la Chine est, sans conteste, le premier pollueur de la planète et pas plutôt éteinte l’affaire de coronavirus, la pollution y est repartie de plus belle. 90% de l’eau consommée en Chine est polluée. Aucune norme n’existe pour la pollution de l’air et l’Empire du Milieu émet 9615 millions de CO2 par an et utilise 250 000 tonnes de pesticides. Il faut dire que les chinois ne sont pas responsables en tant que citoyens de cet état de choses puisqu’ils sont 540 millions à utiliser le vélo qui fait tellement rêver en Europe les songe-creux de l’écologie.Quant aux Etats Unis qui dispose de la plus importante réserve de charbon du monde, bien malin qui leur interdira de l’exploiter. Car ceux qui passent là-bas pour des écolos purs et durs tels Al Gore auquel on a décerné en 2007 le Prix Nobel de la Paix pour sa lutte pour le climat est, dans le civil, le premier négociant de bons d’exploitation de CO2 au monde. De quoi en revenir à un peu plus de bon sens et aux dures réalités du capitalisme que tous les amateurs d’écologie théorique et punitive ignorent trop souvent. Non, l’écologie n’est pas une religion et la considérer comme le dogme suprême, c’est confondre cette religion avec le sacré que doit inspirer la nature.
Renseignement : Château de Mongenan 05 56 67 18 11.
Visite tous les jours de 14 h à 18 H,
conférence le 24 mai à 17 h suivie de la dégustation gourmande des vins du domaine.


Recherche

Nous suivre

Vous pouvez nous suivre sur les différents réseaux sociaux ci-dessous!


Newsletter!

Recevez directement le nouvelles actualités de Bordeaux Gazette.

Bordeaux Gazette Annuaire

Et si je vous racontais...

Chapitres : 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7
Bienvenue à Sainte Gueille

Chapitres : 1 - 2 - 3
On ne refait pas l’histoire

Chapitres : 1 - 2 - 3
Un monde meilleur

Chapitres : 1 - 2 - 3
Comme une plume

Chapitres : 1 - 2 - 3 - 4
Le Génie du Sculpteur

Nous suivre sur Facebook

Agenda