Portets

Le faux complot des Chemises Rouges

Après avoir répondu mardi à 18 h 30 au Château des Mille-Fleurs à Cadaujac et à l’invitation du SIGM aux questions que l’on peut se poser sur la Convention citoyenne pour le climat où elle représente le Sud-Gironde, Florence Mothe se replongera dans les complots qui ont émaillé la Révolution en racontant au château de Mongenan, le dimanche 10 novembre à 17 h, la prétendue Conspiration des chemises rouges. On enseigne à l’école que Robespierre fut responsable de toutes les horreurs de la Révolution. C’est faux. L’historien Mathiez a démontré que le directeur de cabinet de Jules Ferry, neveu de Danton, distribuait allègrement les Légions d’Honneur à tous les universitaires qui acceptaient de valider cette thèse et de valoriser par conséquent son oncle qui en avait pas mal à se reprocher. En réalité, Robespierre n’a pas pu ou n’a pas voulu réduire la Terreur que faisait régner un certain nombre de membres du Comité de Salut Public accoquinés avec des policiers véreux qui envoyaient à l’échafaud tous ceux qui tentaient de s’opposer à leurs combines. Car la Révolution honnête et pure appartient au grand roman national. En réalité, ce fut une période de corruption intense au centre de laquelle Robespierre fit seul figure d’Incorruptible. Le complot des Chemises rouges qui enverra à l’échafaud cinquante quatre personnes dans la même fournée se situe en juin 1794 alors que la chute de Robespierre qu’il préfigure sera pour le 27 juillet.
Un certain nombre d’affairistes unis autour de Barère de Vieuzac se sont lancés dans la confection de faux assignats à grande échelle. L’affaire est fort juteuse, mais elle est aussi politique car les milieux contre-révolutionnaires ont eux aussi, à l’étranger, des imprimeries de faux assignats que d’intrépides aristocrates font entrer en France au péril de leur vie. Cette fausse monnaie est blanchie dans des tripots et dans des maisons de plaisir dont le plus célèbre est le "50", gérée par Mme de Saint-Amaranthe avec la protection de Barère et de Fouquier-Tinville, habitués des lieux.
Robespierre qui constate que les finances françaises sont gravement obérées par ce trafic veut y mettre bon ordre. Son honnêteté le perdra. Fomentant de toutes pièces deux faux attentats, Barère et Fouquier-Tinville enverront à l’échafaud six charrettes pleines d’hommes et de femmes, pour la plupart innocents et qui ne se connaissent même pas, revêtus du châle rouge des assassins, en faisant croire que cette hécatombe a été ordonnée par Robespierre. Le complot atteindra son but et la tête de l’Incorruptible tombera quelques semaines plus tard dans le panier de Samson.
Cette histoire passionnante ouvre des perspectives infinies sur les vrais ressorts de la Révolution, soigneusement occultés car beaucoup de grandes fortunes du XIXème siècle ont été bâties sur la fausse monnaie.
Renseignements : château de Mongenan 05 56 67 18 11.
Ouvert tous les jours de 14 h à 18 h accès par le bourg de Portets en raison des travaux SNCF.
Conférence suivie de la dégustation gourmande des vins du domaine.
Entrée 10 €.


Brève suivante

Recherche

Nous suivre

Vous pouvez nous suivre sur les différents réseaux sociaux ci-dessous!


Newsletter!

Recevez directement le nouvelles actualités de Bordeaux Gazette.

Petites Annonces Bordeaux Gironde

Nous suivre sur Facebook

Agenda